Partagez|

Comme l'impression d'être suivi [SCR private]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: Comme l'impression d'être suivi [SCR private] Lun 2 Mai - 10:46

Cela faisait maintenant 11 jours que l'irlandais était monté à bord du Cinderella, et 8 qu'il avait prit ses fonctions en tant que controller, et pour être franc, ça se passait plutôt bien, le taff lui plaisait, il était au contact des gens, et, il avait déjà arrêté deux fraudeurs, dont un qui, avait voulu se rebeller. Sûrement un de ses petits kéké, trop sûr d'eux, se sentant imbattable. Pour Moon qui été monté sur le ring contre les meilleurs boxeurs du monde, les petits coups de celui-ci semblaient si lent, que même s'ils arrivaient dans l'angle mort du borgne, les esquiver ne posait absolument aucun problème. Le fraudeur, en plus d'être très mauvais en attaque, ne possédait aucune endurance aux coups, si bien que, en un seul coup "gentil" il fut mis au sol, et jetté hors du train comme il se devait. Le second fraudeur traînait avec le premier, et, au vu de la correction infligée, il se rendit tout de suite, sans faire d'histoire, et c'était tant mieux.
Durant cette semaine de travail, l'irlandais apprit à contrôler un peu mieux son don, et, bondait ses habits de graînes, chacune différentes dans diverses poches, plantes qui pourraient servir dans son métier.
A vrai dire, il était heureux, lui qui pensait ne plus jamais pouvoir vivre de ses poings, il s'était trompé, et en plus de cela il s'était découvert un pouvoir incroyable, et puis, être au contact des gens lui permettait de surpasser petit à petit sa timidité, et cela ne pouvait être qu'une bonne chose.

Malgré tout, sa nouvelle vie avait quelques petits défauts. Premièrement, l'intégration au sein du groupe se faisait mal, la plupart des contrôleurs étaient froid, et faisaient peur, de ce fait, les passagers craignaient ceux-ci, et donc Moon. Du moins, une grande partie des passagers. Deuxièmement et dernièrement, depuis qu'il était arrivé, une jeune femme étrange le ... Suivait, le traquait, et l'observait. De quoi foutre les jetons quand même, même si, l'inconnue semblait inofensive, et, il faut bien le dire, plutôt jolie. Et puis, dans les films, et les bouquins, les plus dangereux ne sont ils pas ceux qui semblent les plus fragiles ? Surtout dans un endroit comme celui-ci, ou la plupart des personnes ont un pouvoir ou encore un artefact. Immaginez un enfant de 6 ans qui se retrouve avec le pouvoir des flammes ou encore de la foudre, comment le soupçoner de pouvoir nous tuer en un battement de cils ? Cependant, la jeune femme ne semblait pas armée de mauvaises intentions, mais le regardait avec une espèce ... D'envie, et c'est précisément ce regard qui torturait le boxeur, pourquoi le regarderait on avec envie ? Il avait beau y réflechir, il ne trouvait aucune réponse.

--

Pour cette onzième journée, Moon fut envoyé dans le wagon jungle afin d'y repérer d'éventuels fraudeurs qui penseraient à se cacher dans cet endroit hostile, chose qui serait encore plus facile pour bon nombre de first class. On l'avait choisi lui pour son pouvoir lié à cet endroit, qui rendrait les choses plus facile. Le borgne était donc affublé de son uniforme personnel, dont le pantalon était un treillis affublé de nombreuses poches à pression, chacune remplie de graînes toute différentes, sur son badge était écrit son nom, puis, pour ceux qui n'arriveraient pas à le lire, était inscrit son surnom "Moon". Comme à son habitude, un bandeau - qu'une vacancière de son enfance lui avait donné - lui tennait ses dreadlocks en place, et un cache oeil recouvrait l'horreur de sa blessure.

Peu de temps après son entrée dans cette luxuriante végétation, cette impression d'être observé reprit de plus belle. L'irlandais s'arrêta net faisant mine de chercher quelque chose du regard devant lui, mais s'occupant plutôt de ses oreilles, essayant de localiser la jeune femme, car, il était certain que c'était elle. Sa patience ne fut pas mise à rude épreuve, car, elle se trahit bien vite en marchant sur une branche. Discrètement, le forgeron prit une graîne dans une de ses poches, l'emplit de son pouvoir et la relâcha afin qu'elle tombe, et s'enfonce dans le sol. De là, il la fit évoluer, et, dirigea les racines jusqu'à la position de la jeune fille, et y fit éclore un rosier, possédant à son sommet une magnifique rose rouge, puis, sans se retourner il balança quelques mots.


"Il est dit que, plus la rose est belle, plus l'épine qui la protège sera douloureuse, si vous décidez de prendre celle-ci, faites attention à ne pas vous blesser."

Il se retourna alors vers elle, fit quelques pas, et, lorsque celle-ci était proche, Moon reprit la parole.

"Cela fait quelques jours que vous me suivez, et m'observez, puis-je savoir à qui ai-je l'honneur et quel est le but de cette ... "traque" ?"
Invité


« Invité »


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Comme l'impression d'être suivi [SCR private] Mer 4 Mai - 12:11


Tic. Tac. C'est le bruit que fait l'horloge. Tic. Tac. Elle ne s'arrête que quand il lui manque des piles. Tic...

Sivilotti se releva, chaussure en main. Depuis son lit, le bruit que faisait l’horloge l'avait ennuyé. Péniblement, elle fit le tour de la pièce, récupérant au passage sa défunte chaussure, morte contre la terrible guerre du bruit de l’horloge. Quelle idée de faire un pareil boucan après une soirée arrosée. La jeune femme se retourna vers son lit ; un homme ivre mort y gisait encore. Bah. Après avoir prit une dizaine de minutes pour se doucher, Cassy entreprit de démêler ses cheveux, ce qui était vu comme un défit, d’une certaine façon. La soirée avait dut être tonique ; il fallu bien une demi-heure pour avoir l’air décente. Un étirement s’imposait, les courbatures se trouvaient nombreuses, preuve formelle qu’elle n’avait pas fait d’exercice depuis longtemps. Ensuite, elle prit un peu de temps pour faire le ménage. La tâche la plus dure s’avéra être rapide, tirer un ivrogne jusqu’au couloir n’était pas si complexe qu’il y paraissait. En bref, elle finit par se trouver habillée, et très simplement, pour une fois. Un jean délavé et une chemise dans les tons bleus clair avaient suffit à la faire belle, du moins pour son gout. Sivilotti fit une pause devant son miroir ; il fallait vraiment qu’elle pense à prendre du poids. Donc, comme le topo l’indique, direction le wagon bar. Pour cette fois, rien n’indiquait qu’elle était waiter, et elle était bien déterminée à payer sa part.

Déambulant dans les couloirs, elle se mit à divaguer quelque peu, tirant la langue à un passager de ci de là, faisant une petite pirouette de côté, et ainsi de suite. Lorsqu’elle finit par s’en rendre compte, elle y comprit un mélange bien étrange ; une sorte de Cassy combinée à Ravy, qui, alors qu’elle ne sortait que très rarement, paraissait assez éveillée ce matin là. Sivilotti poussa un soupire, la journée s’annonçait longue, surtout si Ravy prenait la tête. Ce fut avec un effort surhumain que Cassy reprit la tête, et la douleur qui s’en suivi la poussa à envoyer paître quiconque lui adressait la parole. Ravy disparu alors, laissant la mauvaise humeur matinale prendre place. La jeune femme ne fit qu’une courte halte au wagon bar, ne prenant finalement qu’un croissant et un jus d’orange à emporter plus loin, espérant n’avoir personne sur qui crier. Cassy avait beau être dragueuse, son caractère était bien trempé, ce qui laissait souvent patoises les deux autres personnalités. Un aller-retour dans le wagon à toit ouvrant annonça à la demoiselle qu’il n’était pas fait pour son humeur, et elle reprit donc sa route.
Alors qu’elle pénétrait dans le wagon jungle, la tension retombait, et elle se sentait soudain plus sereine. La demoiselle ne mit pas longtemps à trouver une place confortable, où elle dégusta paisiblement son croissant en s’inventant de petites histoires à faire pleurer de rire. Les personnages concernés n’étaient autres que les arbres et les feuilles du wagon, mais Cassy se plaisait avec ça. En réalité, elle avait déjà utilisé cette technique pour draguer, et plusieurs fois, ce avait bien marché, mais elle avait finit par prendre gout à ces histoires enfantines. Se faire passer pour une simple d’esprit est plus facile que ce que l’on pourrait croire, et c’est parfois une bonne idée. Alors qu’elle se reposait, Sivilotti avait trouvé pour alibi que l’idée d’aller aider les 1st class dans leur wagon était bien pour son boulot.

Au bout d’un certain temps, une sorte de bruit bizarre tira la jeune fille de son repos, quelqu’un se trouvait maintenant non-loin d’elle. Certes, le wagon jungle est peuplé d’animaux, mais on les croise rarement, car quand il s’agit des 1st class, ils préfèrent rester à l’écart, et quand il s’agit des autres animaux, ils s’enfuient pour de bon. Cassy se releva pour voir si son alibi fonctionnerait si c’était un autre waiter, ou pour vraiment aider si c’était un passager. Elle s’avança calmement, jusqu’au moment où elle reconnu la personne ; l’homme, le si bel homme qu’elle suivait depuis quelques jours. Bon, pas franchement discrète, mais elle le suivait, il lui plaisait, il l’intriguait. Se mordant la lèvre inférieur, elle ralenti le pas pour ne plus faire de bruit. L’erreur fut bien d’écraser une branche au passage. Il ne se retourna pas. Il glissa juste la main dans sa poche, ce qui fut vite remarqué pas la jeune fille. Mais elle fut d’autant plus surprise en voyant un rosier se mettre à évoluer à grande vitesse, là, sous ses yeux. D’abord elle eut un mouvement de recul, puis elle comprit qu’il s’agissait là de son don. Il était contrôleur, après tout. Ah. La magie.
« Il est dit que, plus la rose est belle, plus l'épine qui la protège sera douloureuse, si vous décidez de prendre celle-ci, faites attention à ne pas vous blesser. »
Pas faux. Il semblait bien savoir de quoi il parlait, ce qui fit d’autant plus reculer Sivilotti. Et il se retourna. Se trouver face à l’homme convoité fit monter l’adrénaline de Cassy, si bien qu’elle se replaça correctement, gardant à la fois dignité et charme, sans paraitre vulgaire.
« Cela fait quelques jours que vous me suivez, et m'observez, puis-je savoir à qui ai-je l'honneur et quel est le but de cette ... "traque" ? »
Sivilotti ouvrit la bouche. Puis la referma. La question était bonne. Trop bonne. Elle hésita, puis finit par repousser une branche du rosier via le dos de sa main, ce qui ne manqua pas de l’écorcher, pour pouvoir passer sur le côté, enfin, plutôt entre deux autres arbres, et finir devant l’homme. Après encore une hésitation, elle se décida enfin à parler ;
« A dire vrai, c’est surement pour ton œil, mais il est tout aussi probable que ce soit pour ta personne, ou peut être pour tes mains… J’en sais rien. Toi… T’as jamais été fasciné ? »


__________________________________________
Spoiler:
 
Modérateur RP

Modérateur RP


« Sivilotti Cassoli Ravel »

Messages : 119

Boarding Pass
Nationalité: Lithuanienne
Age du personnage: 24 ans.
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Comme l'impression d'être suivi [SCR private] Jeu 5 Mai - 7:49

La question posée sembla déranger, ou du moins surprendre la demoiselle, enfin, c'est ce que Kanvaël comprit de son oeil peu aguerri pour la lecture des expressions, son oeil était encore moins aguerri pour ce qui était de regarder une femme. Afin d'éviter tout malentendu, je tiens à préciser que l'irlandais n'est en aucun cas gay ou autre sexualité bizarre, il est juste un très grand timide, bien que son nouveau travail l'aide à battre petit à petit ce handicap, il lui arrive encore de bloquer devant une jolie fille.
Enfin, là n'est pas la question.

La jeune femme finit par écarter le rosier du revers de sa main - en s'écorchant bien sûr - afin de rejoindre le contrôleur, elle resta là quelques instants, comme si elle hésitait à répondre, mais, l'hésitation disparut bien vite pour laisser place à la parole, disant que c'était sans doute pour son oeil, sa personalité, ou encore ses mains, finissant en fin de compte par dire qu'elle n'en savait rien, tout en lui demandant s'il n'avait jamais été fasciné par quelque chose. Le jeune homme sourit à la déclaration de l'inconnue, tout en rougissant, c'était comme une déclaration étrange et maladroite, mais, ce qui le fit vraiment sourire, ce fut le fait qu'elle ne parle pas d'yeux, mais bien de son unique oeil, il répondit donc avec son habituel sourire chaleureux.


"Et bien, et bien ... Quelle déclaration, si je n'étais pas défiguré j'prendrai ça pour une proposition."

Il rit un bref instant avant de reprendre.

"Je plaisante, je plaisante, en tout cas, je vous remercie de prendre en compte mon handicap, même si ... La formulation semble quelque peu étrange. Cependant, mon oeil n'a rien de particulier, et ma personalité, je ne pense pas que vous connaissez grand chose sur celle-ci, à moins que vous m'ayez suivi bien plus que je ne l'imagine héhé. Pour ce qui est de mes mains ...."

Moon mit ses deux mains et les regarda attentivement de son seul point de vision, et, il pouvait les regarder sous tout les angles, il n'y avait rien de beau là-dedans, elles étaient boursouflées, avec de nombreuses cicatrices de part et d'autres, tout ça, à cause de ses entraînements intensifs.

"Pour ce qui est de mes mains, là aussi j'ai beau regarder, mais je vois rien qui puisse être beau, se sont celles d'un boxeur qui a commencé sa formation que bien trop tard, enfin, elles sont boursoufflées, et meurtries de tout les côtés, comment trouver une quelconque beauté à cela ?"

Sur ces mots, le jeune homme se sentit mal à l'aise et se gratta l'arrière du crâne, avec un sourire étrange qui lui donnait un air niais, il se reprit assez vite pour répondre à la question, et cette fois, son habituel sourire disparut, ainsi que tout ce qui était de chaleureux en lui, pour laisser place à une grande tristesse dans son regard.


"Pour ce qui est de la facination ... J'avais la boxe, je ... J'étais professionel, et, à deux doigts du titre de champion du monde, jusqu'à ce que .... Le Dieu qui m'avait tout donné, me reprit tout, sans la moindre explication ...."

Sur ses mots, de son index il fit un trait vertical sur le cache-oeil, pendant que son dernier globe se teint petit à petit de rouge, et versa quelques larmes. Bien que cela faisait deux ans que l'évènement se produit, la blessure était encore ouverte, et la douleur toujours ancrée au plus profond de son âme. Sa joie, son bonheur, la seule chose qu'il aime vraiment, tout lui fut arraché en un seul instant. Beaucoup de ses fans lui "crachèrent" dessus, l'insultèrent et l'accusaient de "trahison", cependant, aucun ne pouvait comprendre ce qu'il ressentait.
Le borgne finit par se reprendre, ne voulant pas embêter la belle demoiselle, il tenta de changer de conversation, heureusement, son nouveau job l'aida à ceci.


"Humm. Je suis désolé de vous demander ceci en plein milieux de la conversation, mais, je dois faire mon travail. Puis-je voir votre billet s'il vous plaît ? Miss ... Heu ... Tiens, d'ailleurs, comment vous nommez vous ? Je suppose que, à force de me suivre, vous connaissez mon nom, puis ... Il n'y a qu'à savoir lire."

Dit-il en indiquant son badge.
Invité


« Invité »


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Comme l'impression d'être suivi [SCR private] Jeu 5 Mai - 12:52

« Et bien, et bien... Quelle déclaration, si je n'étais pas défiguré j'prendrais ça pour une proposition. »
Sivilotti pencha la tête sur le côté ; le sourire qu'il abordait était surprenant, il changeait totalement de celui qui venait presque de l'effrayer un instant auparavant. Cassy douta ; victime de schizophrénie simultanée ? Elle repoussa cette idée au fond de son esprit, cherchant ce qui l'avais changé. Puis elle finit par en conclure que son discourt avait plut. Peut être.
« Je plaisante, je plaisante, en tout cas, je vous remercie de prendre en compte mon handicap, même si ... La formulation semble quelque peu étrange. Cependant, mon œil n'a rien de particulier, et ma personnalité, je ne pense pas que vous connaissez grand chose sur celle-ci, à moins que vous m'ayez suivi bien plus que je ne l'imagine héhé. Pour ce qui est de mes mains .... »
L'entendant parler de sa personnalité, Cassy eu un sourire feinté, elle avait bien découvert un bon nombre de choses qu'elle n'aurait pas cru quelque jours auparavant, et cette lui donnait à la fois fierté et nausée ; la fierté pour sa superbe filature, la nausée pour avoir filé quelqu'un. Écoutant ses mots, la brunette suivit le regard de Kanvaël, il visait ses mains, ses superbes mains...
« Pour ce qui est de mes mains, là aussi j'ai beau regarder, mais je vois rien qui puisse être beau, se sont celles d'un boxeur qui a commencé sa formation que bien trop tard, enfin, elles sont boursoufflées, et meurtries de tout les côtés, comment trouver une quelconque beauté à cela ? »
Consternée, la demoiselle aurait voulu ajouter quelque chose, mais l'air du simple d'esprit qu'il prit par la suite l'en dissuada, pour le moment, et elle lui laissa de nouveau la parole, il n'avait pas encore répondu à sa question, qui était certes sans sens, mais qui avait une certaine importance. Sivilotti fut surprise de ne plus voir son sourire en relevant la tête, la tristesse qui imprégnait son regard était franche, de quoi donner de la pitié à beaucoup de monde. Mais elle ravala la sienne, personne n'aime que l'on ai pitié de lui, c'est une question d'honneur. Du moins, en général.
« Pour ce qui est de la fascination ... J'avais la boxe, je ... J'étais professionnel, et, à deux doigts du titre de champion du monde, jusqu'à ce que .... Le Dieu qui m'avait tout donné, me reprit tout, sans la moindre explication .... »
Cassy reprit son souffle, le trait qu'il fit sur son œil inexistant était significatif, aussi bien pour elle que pour lui, et, pour une fois, elle réussit à comprendre ce qu'un autre pouvait ressentir en ayant subit une telle perte. Elle même avait perdu son père, non ? N'avait-elle pas voulu le rejoindre ? Si cela s'était passé en dehors de Cinderella, elle savait qu'elle n'aurait pas tenu. « Moon » était une preuve, une de plus, qui prouvait qu'elle n'était pas seule, qu'on pouvait ressentir ce qu'elle avait ressenti et, curieusement, elle sentit son cœur se réchauffer, un peu. Une sorte de larme rouge coula alors sur sa joue et Sivilotti retint un cri de stupéfaction. Il s'était reprit, curieusement, mais la larme restait.
« Humm. Je suis désolé de vous demander ceci en plein milieux de la conversation, mais, je dois faire mon travail. Puis-je voir votre billet s'il vous plaît ? Miss ... Heu ... Tiens, d'ailleurs, comment vous nommez vous ? Je suppose que, à force de me suivre, vous connaissez mon nom, puis ... Il n'y a qu'à savoir lire. »
La jeune femme fut stupéfaite de ce prompt changement et failli bien demander au controller de quoi il parlait, mais ne fit que lui lancer un regard intrigué. Enfin, alors qu'elle comprenait sa phrase, elle levait la main et, d'un geste simple et efficace, effaçait toute trace rouge de la joue du garçon. Elle reprit alors conscience de ce que signifiait d'ordinaire ce geste, et glissait sa main dans sa poche. Elle en ressorti une petite carte qu'elle pointait sous le nez de l'homme, tout sourire.
« Je ne suis pas passagère, monsieur. »
Aussi rapidement qu'elle l'avait sortie, elle rangea sa petite carte, puis attrapa la main du boxeur. Elle la leva en hauteur, comme s'il s'agissait d'un objet, et l'examinait avec attention. Plus elle découvrait de cicatrices, plus son idée se renforçait, il avait des mains fabuleuses, vraiment, les cicatrices lui donnaient un air plus fort. Lâchant alors sa main, elle fit une courbette, qui descendit jusqu'à ses genoux, puis, sans bouger, se présenta ;
« Sivilotti Cassoli Ravel, waiter à votre service, monsieur Maëwan ! Mais appelez moi Cassy. Et vos mains sont divines. Je parle en connaissance de cause. »
Puis elle se releva, les yeux pétillants. C'est vrai, une teinte de Ravy était présente. Elle fit alors une pause, puis contourna l'homme avec soin, le regardant de bas en haut. Elle n'avait rien d'une folle, non, pas cette fois, elle avait juste envie... Envie de tout, de l'homme comme du reste, du calme comme de la fête, de boire comme de manger. Sivi' soupira, puis se remit en place de Kan', un sourire fin encré sur ses lèvres.
« Et... Sinon... Tu te plais à bord du Cinderella ? »

__________________________________________
Spoiler:
 
Modérateur RP

Modérateur RP


« Sivilotti Cassoli Ravel »

Messages : 119

Boarding Pass
Nationalité: Lithuanienne
Age du personnage: 24 ans.
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Comme l'impression d'être suivi [SCR private] Sam 7 Mai - 10:01

Cela se voyait que les brides d'histoires que racontaient l'irlandais attristaient la demoiselle, enfin, plus ou moins, la mine qu'elle affichait, laissait plutôt penser à une certaine gêne d'avoir - en quelques sortes - lancé le jeune homme dans ces déclarations. Sans doutes le changement de conversation fut vu comme une aubaine, de se racheter. Enfin, ceci est un point de vue.
Sur ce changement, la belle inconnue ne put que le regarder d'un ait intrigué, avant de tendre une main vers lui, pour lui essuyer la larme qui dégoulinait le long de la joue de l'irlandais. Ce qui le fit grandement rougir. Jamais une fille ne l'avait touché, ou même frôlé, et encore moins aussi "intimement". Enfin, quand je dis jamais, c'est hormis sa mère, et Hella, son amie d'enfance, bien que, la dernière fois qu'il l'ait vue il n'avait pas 10 ans.
En plus de rougir, le jeune homme resta come inconscient quelques instants, si bien, qu'il ne l'entendit pas dire qu'elle n'était pas une passagère. Cependant, il finit par remarquer la carte qui pendouillait devant son nez. Apparement, la demoiselle était une waiter, répondant sous le nom de Sivilotti Cassoli Ravel. La belle demoiselle finit par ranger la dite carte, avant de prendre la main du boxeur en la regardant attentivement, elle finit par se présenter sous son nom, et disant qu'il fallait l'appeler Cassy, l'appelant aussi par son nom de famille, et lui disant qu'il avait des mains divines. Chose qui le fit sourire.
En remerciement, l'irlandais baisa la main de la waiters avec tendresse.


"Enchanté dame Silvioti, ravi de faire votre connaissance. Je vois que vous connaissez mon nom, mais, je préfère mon prénom Kanvaël, ou encore mon surnom, Moon."

Puis, Cassy commença à tourner autour de lui, afin de l'observer sous toutes les coutures, pendant que le borgne resta stoïque, lui laissant ce plaisir là, d'observer sans avoir à se cacher. La belle brune finit par se replacer face à lui, en lui demandant s'il se plaisait au bord du Cinderella. L'irlandais se gratta le menton quelques instants avant de répondre.

"Et bien, assez oui. Je ... Quelqu'un a trouvé une utilité à mes poings, que je ne peux plus me servir sur un ring. Je fais des rencontres, j'ai même retrouvé une amie d'enfance, ma seule amie d'enfance à vrai dire, j'ai jamais été si heureux de ma vie à vrai dire. Et puis, j'me suis découvert un don étrange, avec les plantes.
Et vous ? Belle Cassy ? Vous plaisez-vous à bord de ce train ? Et, avez vous d'autres occupations que de suivre des gens ? A ce propos, après une si longue fillature, vous avez sans doutes bien des questions à me poser non ?"
Invité


« Invité »


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Comme l'impression d'être suivi [SCR private] Lun 9 Mai - 15:07

« Et bien, assez oui. Je ... Quelqu'un a trouvé une utilité à mes poings, que je ne peux plus me servir sur un ring. Je fais des rencontres, j'ai même retrouvé une amie d'enfance, ma seule amie d'enfance à vrai dire, j'ai jamais été si heureux de ma vie à vrai dire. Et puis, j'me suis découvert un don étrange, avec les plantes.
Et vous ? Belle Cassy ? Vous plaisez-vous à bord de ce train ? Et, avez vous d'autres occupations que de suivre des gens ? A ce propos, après une si longue filature, vous avez sans doutes bien des questions à me poser non ?
»
Ah. Le boxeur ne cessera donc pas de boxer. Son charme venait, encore une fois, d'être remis en cause ; le fait qu'il ait toujours envie de taper était vraiment, vraiment craquant, et Cassy ne put s’empêcher de se mordre la lèvre inférieur, l'écoutant avec attention. Elle avait fait passer ses mains dans son dos, afin qu'il ne remarque pas la pression qu'elle exerçait sur l'un de ses poignets, pour calmer son attente. Cassy, une vraie bête de chasse. Si l'on devait émettre une recommandation à son égard, c'est bien de ne jamais, mais alors jamais lui parler à cœur ouvert. Mais voilà, Kanvaël était prit au piège, il était trop tard. Passant une mèche rebelle derrière son oreille, elle lui fit un large sourire, puis l'invita à s'assoir à son côté sur une pierre assez stable pour les supporter tout deux sans flancher ;
« A vrai dire, je n'ai jamais connu autre maison que le Cin', je ne peux donc m'en plaindre. Les... passagers y sont assez nombreux pour satisfaire ma curiosité, et puis, quand il y a des escales, je prend un grand plaisir à vagabonder sur les railles, puis dans les villes. Oui, cette vie me plait bien, je n'ai pas envie d'en changer. »
Le regard dans le vague, elle avait rapproché ses genoux de sa poitrine, et se balançait un peu d'avant en arrière, comme si elle parlait plus au vide qu'à son compagnon, ou à elle même. Cherchant son compagnon, elle lui adressa un sourire et, si l'on la regardait assez bien, on pouvait décerner dans ses pupilles une lueur de convoitise, pourtant infime, mais surprenante. D'un geste las, elle écarta ses pensées, pour se tourner pleinement sur la question que l'on venait de lui poser, ou plutôt sur les questions qu'elle avait à poser. Sans prendre de gants, elle se lança, peut être au malheur de Kanvaël.
« Effectivement, j'ai des questions. Longues et courtes, elles sont assez variées pour vous, je pense. Où êtes vous né ? J'ai remarqué vos origines irlandaise, mais plus précisément ? Et qui étaient ou sont vos parents ? Avez vous une femme ou une petite copine ? Comment êtes vous devenu boxeur ? Et ces marques, là, sur vos mains, ces cicatrices, elle ne viennent pas du ring... Vous avez travaillé le feu ? Oh. Et puis, quel age avez-vous ? Et votre pouvoir, vous le contrôlez depuis quand ? Vous vous débrouilliez bien ? Qu'est-ce que ça fait, de battre quelqu'un à coup de poing ? »
Désormais, Cassy regardait Moon avec des yeux brillants, elle voulait une réponse pour chaque question, et sa se voyait rien que dans son regard. Elle soupira, puis prit un air plus sérieux, plus triste. La stratégie était mise en place, il lui suffisait de toucher dans le mile. Le mile.
« Me permettez-vous... De voir votre œil ? »
Elle fit un semblant d'approche, puis se reprit, lui laissant la choix.

__________________________________________
Spoiler:
 
Modérateur RP

Modérateur RP


« Sivilotti Cassoli Ravel »

Messages : 119

Boarding Pass
Nationalité: Lithuanienne
Age du personnage: 24 ans.
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Comme l'impression d'être suivi [SCR private] Mar 10 Mai - 12:05

Ahhh ... Silviotti, une jeune fille fort jolie, mais aussi fort étrange, qui semblait s'interesser à la petite vie d'un peu tout le monde. Du moins c'est ce que pensait l'irlandais, car, au fur et à mesure qu'il parlait de lui, la demoiselle semblait comme captivée par tout ce que l'homme disait, alors que ce n'était que peu intéressant en fait, enfin du moins, pas assez pour créer une telle admiration. La brunette eut une petite action qui ne passa pas inaperçue auprès du celte, le fait de se mordiller la lèvre comme elle le fit avait quelque chose de très ... Séduisant en fait, mais, dans l'esprit torturé du borgne, pleins de questions découlèrent de ce geste. Comme par exemple "Pourquoi se mordre la lèvre ?" "N'est-ce pas habituellement une technique de drague ou un truc dans ce délire là ?". Puis certaines affirmations lui vinrent ensuite. "Nan, s'pas ça, elle peut pas être interessé par moi." "Ouais, c'est ça ! Elle doit juste être captivée par ce que je dis." "Pourtant ... C'est pas fameux quoi."
Au même moment que toute ses pensées défilèrent plus vite que la vitesse de la lumière, [D'après Enstein, la seule chose capable d'aller plus vite que la lumière, c'est bien la pensée, c'est en quelques sortes pour cette raison, que, lorsque l'on s'ennuie, et que l'on se perd dans nos pensées, le temps paraît bien plus long] la jeune femme tint ses deux mains dans son dos, rappelant un peu la pose d'une enfant, mais, en beaucoup mieux.

Une fois le monologue celtique finit, et la question posée, Cassoli rangea une mèche rebelle derrière une oreille avec élégance avant de répondre qu'elle avait toujours vécu à bord de ce train, qu'elle ne pouvait donc pas réelement comparer. Qu'il y avait suffisament de passagers pour assouvir sa curiosité, et puis, quand il y avait une escale, elle en profitait pour se balader dans la ville ou sur les rails. En même temps qu'elle parlait, la demoiselle s'assit sur une large pière, profitant d'inviter son nouveau compagnon à la rejoindre, chose qu'il fit. Assise, elle se recroquevilla, se balançant légèrement d'avant en arrière, regardant devant elle. A cette réaction, le jeune homme conclut qu'elle n'aimait pas parler d'elle. Cependant à peine eût-elle finit son discours, qu'elle profita de la proposition de Moon pour le harceler de question en se retournant vers lui, le regard plein d'étoiles, demandant lui aussi des réponses. Le jeune homme lui fit *patpat* en souriant tendrement avant de prendre la parole.


"Et bien, ça en fait des questions. Mais bon, j'ai proposé, alors, je me lance.
Je suis né, et j'ai grandi dans un village nommé Kinnitty, situé dans le comté d'Offaly, vers le centre du pays. Pour la petite histoire, son nom vient de l'irlandais Ceann Eitigh, signifiant -dans l'ordre- "tête" et Etigh, étant le nom d'une certaine princesse. En fait, une petite légende habite le lieu, comme quoi la tête de la princesse Etigh serait enteressée quelque part. C'est un peu gloque mais bon. Il me semble aussi que c'est le seul village irlandais à posseder des restes de pyramides, contenus dans l'église du village.
Pour mes parents, Maël et Lilith, ils s'occupaient tout les deux de la forge, et la forge Maëwan a traversé les générations depuis plus de mille ans pour garder un certain savoir, on est d'ailleurs réputé à travers le monde. Et, ce que je gagnais en tant que pro, on a pu aggrandir la forge, améliorer le matos et tout. D'ailleurs, j'y ai pas mal travaillé, si j'avais pas découvert la boxe, j'aurais prit la suite de mon père. Mon surnom "Moon" me vient principalement de là-bas, car, dès mes premières oeuvres, ma griffe représentait un croissant de lune."


Kanvaël s'arrêta un instant pour souffler un peu, et à réfléchir sur comment répondre à la question suivante, celle de la copine. Le jeune homme regarda suspicieusement la poseuse de questions avant de prendre la parole.

"Pourquoi cela vous intéresse t-il ? Vous êtes intéeressée ?"

Le borgne continua à la fixer du même regard quelques instants avant de perdre son serieux, et se mettre à rigoler, tout en tentant de reprendre la parole.

"Ahahah, je déconne, aha, c'est juste pas possible. Qui pourrait s'intéresser à un ex-boxeur devenu borgne, et qui ne sait rien faire d'autre que de frapper ? Héhé. Fin, pour répondre plus efficacement à la question, non, je n'ai pas de copine, et, je n'en ai jamais eu. L'on m'a toujours rejetté, et personne n'a jamais voulu de moi. Enfin, jamais ... Quand j'ai commencé à être célèbre, et à avoir des sous, bizarrement, j'ai eu un grand nombre de prétendantes, mais, une telle relation ne m'interesse pas vraiment."

De nouveau, le borgne patpata la demoiselle en affichant un large sourire avant de passer à la suite du questionnaire.

"Pour la boxe, j'ai eu la chance qu'un ancien professionel roumain vienne s'installer dans notre village. Apparement, il avait toujours adoré l'Irlande, et rêvé toute sa vie d'y habiter une fois à la retraite, chose qu'il fit. Il s'appelait Tchukurka Zorita, bien qu'il ne fut jamais sacré champion de quoi que se soit, il avait un bon palmarès, mais ce fut surtout un bon prof, même s'il était rude dans son enseignement, ce qui explique toute ses marques sur mes mains, en plus des brûlures de la forge.
Sinon, et bien, j'ai 22 ans, mon pouvoir, je pense que vous l'avez vu, je peux faire pousser des plantes. Enfin, parlons plutôt d'acceleration de la croissance, car, je dois forcément partir d'une base, que se soit une plante ou uen graîne. Et heu, j'ai découvert mon pouvoir en arrivant ici, il y a une semaine, j'arrive à faire quelques trucs, mais bon ..."


Inintentionellement, le boxeur oublia la dernière question, et respira un grand coup. C'en était presque fini des questions. Il ne restait qu'une requête étrange, celle de voir l'oeil, ou du moins ce qu'il en reste, un air sérieux, à la limite du triste sur son visage, tout en s'avançant en douceur vers lui. Kanvaël posa sa main sur le cache-oeil, limite terrorisé de cette demande.

"Je ... C'est heu ... La blessure est horrible, je vous déconseille de regarder, à dire vrai ... Il ne se passe pas un jour sans que je me dégoûte en me regardant dans le miroir, il ne reste que de la chair entaillé, et un trou béant que l'on peut apercevoir à travers les remous de la paupière atrophiée. Cependant, si vous voulez toujours regarder, je vous laisse m'enlever ceci. J'espère juste que vous ne fuierez pas devant cette horreur."

La terreur laissa place à une tristesse sur son visage, cette blessure était sa pire honte.
Invité


« Invité »


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Comme l'impression d'être suivi [SCR private] Lun 16 Mai - 11:40

Au contact de la main du boxeur, Sivilotti fit la moue et rétracta sa position, « la tête dans les épaules ». Le semblant de sourire qu'il lui fit la laissa pourtant calme, ou, du moins, sage. Alors qu'il commençait de nouveau à parler, elle détourna le regard, préférant regarder les feuilles béantes des arbres tropicaux. Non pas qu'il la dégouta, il lui plaisait toujours autant, mais sa franchise avait parfois des limites, et un peu d'air frais ne lui faisait pas de mal. Tout en écoutant ses dires, elle respirait lentement, prenant soin de ne pas le déranger dans sa conversation, qui ces quelques peu l'air uniforme. Kinnitty, c'était le nom du village d'où il venait. L'histoire ne semblait pas gore, juste réaliste, mais Cassy garda cette réflexion pour elle-même, de peur de déplaire.Un princesse, des semblants de pyramide.... Quel beau pays que ce devait être, l'Irlande elle-même était connue pour ses légendes, mais jamais la jeune femme n'avait imaginée d'histoire comme celle de la princesse, et un petit regret lui prit, elle aurait tant aimé voyager à pied... Mais elle se reprit. Un sourire confiant régnait sur ses lèvres alors qu'elle écoutait ce qu'elle voulait savoir, entendre, comprendre. Alors, il était forgeron, il avait travaillé dans un endroit réputé, il avait failli se cramer plus d'une fois, donc... Puis il aurait pu finir forgeron, une chose étonnante mais, finalement, assez normale. Moon. C'est vrai, ce nom semblait magnifique, et savoir qu'il avait réellement sa signification le rendait d'autant plus beau, plus étincelant. Un soupir s'échappa des lèvres de la brune. Sa vie ressemblait étrangement à un conte... Un beau conte. A la fin, le héros ici présent, commençait une nouvelle vie et était heureux. Et il rencontrait une femme pour la peine. Lui, si pur, si saint, lui qui n'avait alors jamais connu l'amour. Quel héros, ô oui. On en rêve, mes enfants, de celui qui sort du roman pour tout nous dévoiler.

Cassy secoua la tête. Il s'était tut. Il ne disait plus un mot. Il affichait même un air sérieux. La demoiselle arqua un sourcil, se tournant pour de bon, afin de voir l'homme et sa splendeur dans la réflexion. A force de silence, à force de l'écouter, à force de se taire, ses lèvres étaient sèches, sa respiration plus ou moins régulière, et son allure paraissait un peu féline, un peu fatiguée. Tout, tout n'avait aucun rapport avec la question, ni même avec la réponse, mais elle s'en rendit compte à ce moment même, ce qui lui donnait un air plutôt inquiet.
« Pourquoi cela vous intéresse t-il ? Vous êtes intéressée ? »
Elle sursauta, baladant instinctivement son regard étrange sur la silhouette de l'homme ; il n'y avait pas l'ombre d'une plaisanterie dans ses paroles. Et ça ressemblait plus à du dégout qu'à autre chose. Ou peut être à de la surprise, ou encore à de la simple interrogation. Quoi qu'il en soit, il n'était pas sympathique dans sa question. Elle se surprit à ouvrir la bouche, mais elle se retint, voyant qu'il éclatait du rire. De l'indignation pouvait se lire sur son visage, il se moquait d'elle ?
« Ahahah, je déconne, aha, c'est juste pas possible. Qui pourrait s'intéresser à un ex-boxeur devenu borgne, et qui ne sait rien faire d'autre que de frapper ? Héhé. Fin, pour répondre plus efficacement à la question, non, je n'ai pas de copine, et, je n'en ai jamais eu. L'on m'a toujours rejeté, et personne n'a jamais voulu de moi. Enfin, jamais ... Quand j'ai commencé à être célèbre, et à avoir des sous, bizarrement, j'ai eu un grand nombre de prétendantes, mais, une telle relation ne m’intéresse pas vraiment. »
Non, il ne se moquait pas d'elle. Il se moquait de lui, voilà tout. Que ce soit de sa timidité, de son manque d'expérience ou d'autre chose, Cassy s'en foutait bien. Il devenait, à ses yeux, une proie parfaite et fascinante. Plus elle avançait, moins il reculait. Et il recommença, tapotant de nouveau le crane de la demoiselle, un signe affectif auquel elle n'affectait pas vraiment. Puis il reprit ; il avait apprit la boxe par ancien boxeur qui était venu s'installer non loin de chez lui, Tchukurka Zorita, un boxeur pas très connu au bon palmarès. Sivilotti écoutait, patiemment. Un très bon, d'après ce qu'il disait. D'après la jeune femme, il avait même dû être excellant pour apprendre la boxe à un forgeron, à moins que Kanvaël n'ait un don. C'était effectivement fort possible ; n'était-il pas devenu connu ? Oui, oui. Ça collait. A cette idée, Cassy fit apparaitre un sourire sur ses lèvres, même si ce qu'il racontait n'en donnait pas vraiment l'envie, même s'il paraissait presque triste. Mais elle de reprit à suivre ce qu'il disait. Tout juste 22 ans, juste un peu plus jeune qu'elle, et il venait de trouver son pouvoir.
« Étrange. »
Son cas était dont spécial. Puis il ne répondit pas à la dernière question, mais Sivilotti prit son mal en patiente, elle la lui reposerait plus tard. Lors de son ultime réponse, il bégayait, du fait que la jeune femme n’eut pas le plaisir de tout comprendre, mais il paraissait vouloir refuser, sans pour autant lui laisser le droit de laisser tomber... Enfin, son expression était confuse, mais elle passa vite à l'angoisse, ou à la tristesse, refoulant quelque peu la brune. Mais ce n'était pas ce qui allait l'arrêter. Se relevant sur ses genoux, elle murmura un « Ce n'est pas grave... » à l'oreille du garçon, alors que ses mains papillonnaient avec agilité dans sa nuque. Et swipt. La bandeau tombait au sol.
« Oh. »
Elle posa une main sur ses propres lèvres, reculant un peu. Une expression d'horreur lui traversa alors le visage, un mélange de surprise et d’écœurement. Non. Pour Kanvaël, Sivilotti ne devait pas être différente des autres, elle avait les mêmes réactions, elle n'était pas plus forte... Et c'est bien ce qui lui fit aussitôt changer d'attitude. Elle posa alors une main docile sur l'épaule de son camarade, s'exprimant d'une voix claire ;
« Non. Tu ne dois pas avoir honte de ta blessure. Grâce à elle, tu deviens ce que tu es à bord du Cinderella, un bon controller, un homme dont nous avons besoin. »
Instinctivement, son pouvoir s'était déclenché, provoquant un atmosphère curieux, comme si ils se trouvaient alors sur une scène de cinéma, sur grand écran, sur l'une de ces scènes qui font pleurer les romantiques et vomir les asociaux. Sivilotti en avait confiance, le convaincre avec son pouvoir n'était pas bon, pas bon du tout, mais il fallait tout tenter. Un petit sourire éclaira alors son visage, un sourire rassura, qui allait divinement bien avec ses dires. Elle se rapprocha un peu plus du visage de Moon, irradiante de confiance.

__________________________________________
Spoiler:
 
Modérateur RP

Modérateur RP


« Sivilotti Cassoli Ravel »

Messages : 119

Boarding Pass
Nationalité: Lithuanienne
Age du personnage: 24 ans.
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Comme l'impression d'être suivi [SCR private] Aujourd'hui à 5:29




« Contenu sponsorisé »


Revenir en haut Aller en bas

Comme l'impression d'être suivi [SCR private]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Train Station :: 
Le Cinderella ;
c'est toute ma vie !
 :: Le wagon jungle
-
Sauter vers:
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit