Partagez|

Mon service est finit, là... [ PV Kanvaël ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: Mon service est finit, là... [ PV Kanvaël ] Mer 4 Mai - 12:26

I was a dancer all along

Le pas tranquille, j'allais jusqu'au Salon de thé après m'être préparée rapidement. J'avais arrangé mes cheveux avec simplicité, les laissant s'étendre entre mes omoplates. À peine maquillée, habillée d'un jean remonté aux extrémités et d'un t-shirt court qui se révélait plutôt ample, ce matin n'était pas un bon jour. En retard pour commencer mon service, je n'allais pas me presser pour autant. Ce boulot de serveuse avait bien trop peu d'importance pour moi, il était d'ailleurs rare de me voir avec un plateau. On me reconnaissait plus comme une artiste dansante, bien je ne me représente que peu dans le cinderella. À la réflexion, être une Artiste dansante était un peu abstrait pour moi. Je ne dansais pas pour faire plaisir aux autres, danser était pour moi un plaisir individuel qui ne se manifestait que lorsqu'un bout de musique m'inspirait quelque peu. En l'occurrence, je n'aimais pas trop satisfaire les autres sans réelle raison. Il était donc légitime que je n'aie aucun plaisir à me rendre à mon travail, qui se révélait être tout sauf intéressant... Quand je poussai la porte du Café, de toutes autres pensées vinrent assaillirent mon esprit avec voracité. Ce n'était ni mon patron, ni un collègue qui vint me trouver, en colère, mais un certain rendez vous que j'avais oublié. Un jeune brun, la vingtaine, plutôt mignon. J'eus la malheureuse impression qu'il allait être l'une des causes de ma mauvaise humeur du jour. Et cela n'avait pas l'air d'enchanter au plus au moins ce joli petit minois qui m'avait attendue de longues minutes.

- Oh. Je t'avais totalement oublié toi.

Ces paroles n'eurent pas l'effet de le calmer, au contraire. Il se mit à m'insulter, en me disant qu'il l'avait avait poireauté pendant près d'une heure. Et ce manège continua pendant deux bonnes minutes où il ne fit que m'envenimer. Inutile de préciser que je ne l'écoutais plus. Malgré tout le sang froid que je tentais de conserver, je sentais ma colère monter. Seulement, je ne voulais pas m'énerver sur mon lieu de travail. Je n'aimais pas faire mauvaise impression, et, en cet instant, le plus humilié de nous deux était l'homme en face de moi. Chose qui n'avait pour particularité que de me satisfaire. Quand il eut finit de s'énerver, je lui lançais un regard piquant, à la mesure des paroles qui suivirent. Foudroyante et ironique, j'eus sourire glacial.

- Allez, salut.

Et, à ma plus grande délectation, je le plantais là. Ma satisfaction ne fit qu'augmenter quand, avant de tourner pour me rendre dans la salle réservée aux serveurs, je vis son visage se décomposer. Joie fugace, car, à peine arrivée, ce fut au tour de ma collègue de m'engueuler. La remettant proprement à sa place, j'enfilais mon tablier et me rendis dans la salle pour faire mon boulot comme j'aurais du le faire depuis plus d'une heure. La matinée s'écoula avec lenteur, comme engluée dans le temps. Je m'arrêtais fréquemment au bar pour observer, à travers la fenêtre, les nuages gris qui empêchaient le soleil d'illuminer l'atmosphère monotone de ce mois de mai printanier. Il n'y avait que peu de clients à l'approche de midi, les gens se dirigeant plus vers le restaurant, je pouvais donc m'attarder à rêvasser, accoudée au bar. Les yeux rivés sur le bois brut et vernis, je faisais jouer mes ongles contre le cristal d'un verre à pied que je venais tout juste de rincer. Mon regard vagabonda sur le couple qui buvait leur café, l'air niais, les yeux dans les yeux. Je n'aimais pas cet amour dégoulinant, qui suintait de tous leurs pores. En règle générale, je n'aimais pas l'amour. Toutes mes histoires ne duraient qu'une nuit, la plupart du temps. Je ne souhaitais me lier avec aucune personne capable de m'aimer. L'amour n'entrainait-il pas que le malheur ? C'était pourtant ce que la vie m'avait apprit. Oui, en ce matin grisonnant, je n'étais faite que de pensées négatives. Je me demande bien d'ailleurs ce qu'il prit à cette personne de venir m'aborder, car je n'inspirais rien qui donnait envie de me parler. Seulement, malgré mon service terminé, j'avais totalement oublié de retirer mon tablier de serveuse. Cette dite personne avait donc du penser que j'étais encore disposée à la servir. Après m'avoir hélée, je redressais la tête pour la contempler, l'œil attentif. J'essayais d'avoir l'air avenante, mais il était clairement écrit sur mon visage qu'il valait mieux être aimable...
Waiters
 Waiters


« Hella Luskovtich »

Messages : 37

Boarding Pass
Nationalité: Russe.
Age du personnage: 19 ans.
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mon service est finit, là... [ PV Kanvaël ] Lun 9 Mai - 8:37

Peut on faire meilleur matin qu'une grasse matinée ? Un meilleur réveil que celui de midi ? Sans aucun soucis, mis à part celui de se demander ce que l'on ne va pas faire de sa journée. Comme je l'ai toujours dit, la glande, est quelque chose de magnifique, et, je dois bien l'avouer, Kanvaël était plutôt d'accord là-dessus, tant qu'il ne s'agissait pas de boxer ou forger, il a toujours bien aimé ne rien faire dans la forêt de son village, où un calme appaisant avait élu domicile tout au long de l'année. Et bien voyez-vous, tout les matins, au lever, l'irlandais se demandait s'il avait bien fait d'accepter ce taff, car, en plus de bouger en permanence, il fallait se lever tôt le matin, enfin, devrais-je plutôt parler de nuit. Car tout les jours, le réveil sonnait à 7h pile, tout les jours il se levait, son seul oeil valide à moitié entrouvert, le borgne déambullait dans sa chambre -tel un zombi dans les films de George A. Roméro- en quête de sa salle de bain. Chaque matin, une longue douche était présente pour, essayer de le réveiller, s'en suivait bien entendu, le rasage, le brossage de dent, ainsi que l'habillage, quoique, pour ceci, il y avait un truc qu'était cool, c'était qu'il portait l'uniforme, de ce fait, fini la réflexion du "Bon, j'mets quoi moi ?" reflexion qui, quand il devait choisir ne durait pas bien longtemps, étant donné qu'il envoyait au pif sa main dans l'armoire et chopait les premiers trucs qui arrivaient. Mais, au bord du Cinderella, les contrôleurs portaient un uniforme que le celte qualifiait d'horrible. Une sorte de bleu moche - il faut savoir que pour Kanvaël, un habit bleu, beau, ça n'existe pas - une chemise serrée, un pantalon serré, et, une veste taillée sur mesure, qui dépassait à peine sa taille, c'était tout bonhement horrible pour le sportif. Lui qui était habitué aux baggys, et hauts avec quelques "X" en trop, c'était juste ... Ah ... Je ne trouve pas de mots pour décrire ça. Enfin, passons. Il y avait quand même quelque chose qui rattrapait tout ça, c'étaient les chaussures, des beaux pontus en cuir NOIR -marre du bleu- dans lesquels Moon se sentait étrangement bien. Et pour finir la préparation, le dreadeux mettait toujours un cache-oeil afin de ne pas effrayer qui que se soit par le trou béant, et enfin, et surtout, un bandeau pour tenir ses cheveux. Bandeau auquel il tennait comme la prunelle de son dernier oeil, voire plus que ça encore. Ce bandeau mes chers lecteurs, était le seul cadeau offert à l'irlandais par la seule amie qu'il eut dans sa vie. Une jolie russe répondant au "doux" nom d'Hella Luskovtich. Russe qui, dans son enfance avait fait un voyage en Irlande avec ses parents, et - le destin fait bien les choses - avait aterrie dans le village de notr cher ami. Lui qui n'arrivait à s'entendre avec aucun gamin, s'était étrangement très vite lié d'amitié avec la belle étrangère. Non pas qu'il soit attiré physiquement par elle, mais plutôt que le courant passait extrêmement bien. D'ailleurs, la séparation fut assez douloureuse, et c'est là qu'elle lui offrit ce bandeau "Afin qu'il ne l'oublie jamais", mais, comment oublier sa seule amie ? Après ce départ, les deux jeunes gens gardèrent le contact grâce à internet, ou encore l'envoi de lettres. La jeune femme aimait danser, au moins autant que lui aimait boxer, et tout deux se soutenaient dans leur amour de leur discipline, bien que, la demoiselle n'était pas trop trop d'accord avec le fait de boxer, mais, le soutenait tout de même. Elle lui avait même dit un jour qu'elle viendrait le voir s'il venait à ne plus prendre de coups. C'est à partir de ce jour que le style de l'irlandais changea radicalement, et qu'il monta en puissance de façon fulgurante jusqu'au titre convoîté de champion du monde, avant ce terrible accident. Mais, ça, c'est une autre histoire.
Le changement venait tout simplement du fait, que d'un style offensif bancal, le forgeron acquit un style defensif infaillible, voulant à tout prix qu'Hella vienne un jour le voir.

Mais bon, ceci, n'est pas si important.

Ce jour-là, Kanvaël avait passé une bonne partie de la matinée à pourchasser un fraudeur, on lui avait dit la veille qu'il avait echappé à un contrôleur, après l'avoir mit K.O, de ce fait, on avait envoyé ceux capables de se battre efficacement sur le terrain à sa poursuite afin de le maîtriser. Et cette fois-ci, aucun portrait robot approximatif, plusieurs photos de lui avaient été données à chacun afin d'être sûr de le retrouver, mais, cette matinée ne suffit pas aux "forces de l'ordre" de retrouver l'homme en question. Moon prit donc sa pause de midi au café, histoire de repartir plus vite à sa traque.
Il rentra donc dans le wagon, esquivant de justesse le déambulateur d'une personne âgée, et marcha tranquilement vers le comptoir, remettant une dread qui venait de s'échaper de son bandeau, avant de jetter un coup d'oeil devant lui et remarquer une sublissime jeune femme regarder dans le vide. Mais sûrement était elle de service, car elle portait encore un tablier et était de l'autre côté du comptoir. Cependant, plus l'irlandais avançait, plus la demoiselle lui faisait penser à quelqu'un, ses yeux, son visage, ses mains, tout lui rappelait quelque chose d'étrangement famillier. Quand il reconnut enfin, Hella, il faiilit se frapper le front devant son idiotie, et faillit surtout sauter de joie en criant son nom et courir comme un abruti vers elle, mais, vu la mine qu'elle tirait, il voulu tenter une approche un peu plus soft.
Pendant qu'il marchait vers son amie, l'esprit du borgne s'emplit de question, comme par exemple, la plus évidente : "Mais que fait-elle ici ?" "A t-elle abandonné la danse ?". Mais, tout ceci resta sans réponse, l'excitation de la revoir après tant d'années était plus forte que tout.

L'irlandais finit par s'asseoir sur un tabouret en face d'elle, qui releva les yeux, affichant un air ... Dangereux, il faut bien l'avouer. Ce qui était sûr, c'est qu'elle ne l'avait pas reconnu. Il lui balança alors quelques mots, d'un timbre doucereux.


"Et bien, et bien, qu'est-il arrivé à la douce fille souriante que j'ai rencontré dans mon enfance ? Lui a t-on prit son apparence et sa joie de vivre ?"

Sur ces mots, espérant qu'elle le reconnaisse, le boxeur afficha le plus beau sourire qu'il pouvait. Enfin ... Tout ce qu'un borgne pouvait offrir évidement.
Invité


« Invité »


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mon service est finit, là... [ PV Kanvaël ] Lun 9 Mai - 16:05

Hella redressa la tête avec lenteur. Les yeux plissés, elle observa avec lassitude l'homme qui l'avait abordée. Son regard parcouru de haut en bas ce personnage qui l'avait dérangée dans son mutisme et sa plate contemplation du bar. Elle prit appui sur son coude, l'autre main sur sa hanche, un sourcil haussé. Hell, avant de l'interrompre, voulu entendre ce qu'il avait à lui dire. Il ne lui commanda pas un verre, non, contre toute attente, il se mit à lui parler de leur enfance. Mais de quoi parlait-il ? L'incompréhension déferlait en elle. Quelle enfance ? Elle ne se souvenait pas du tout, elle ne voyait pas qui il était. Elle en conclu rapidement qu'elle ne le connaissait simplement pas, qu'il devait commettre une erreur. Excusable, c'est vrai. Cependant elle se montra tout de même sèche lorsqu'elle lui répondit.

- … Je peux savoir qui t'es ? Si tu veux embêter quelqu'un va voir ailleurs, j'suis pas d'humeur et j'ai finis mon service. Désolée, je crois que tu t'es trompé, j'ai passé la majeure partie de mon enfance à faire la gueule. 
Sur ce, elle se redressa d'un mouvement vif et défit rapidement le tablier noué dans son dos. En un autre moment, elle aurait surement répondu à son fabuleux sourire par un des siens, ceux dont elle avait le secret. Un sourire mystérieux, qui ouvrait une fenêtre sur son âme tout en illuminant chaque parcelle de son visage, un sourire séducteur sur sa bouche sensuelle. Mais en cet instant, en cette morose matinée grise, elle n'avait aucune envie, mais alors vraiment aucune, de lui sourire. Hella était très bien avant qu'il vienne la déranger, maintenant elle devait bouger. D'un geste brusque, elle posa son tablier sur le bar et le fixa d'un air peu amène. Elle avait tellement envie d'être désagréable, d'un peu embêter son monde. Hell ne disait pas grand chose d'habitude, or, ce matin, -allez savoir pourquoi, elle avait envie de hurler sa mauvaise humeur. Malheureusement, c'était tombé sur lui, sur ce garçon qui n'avait pourtant pas l'air si méchant.
L'évidence la frappa lorsqu'elle plongea ses profonds yeux émeraudes dans les siens, noisettes. Familier, emplis d'une âme qu'elle reconnaissait. Hella devint impassible, immobile, les sourcils froncés, son regard comme piqué, fiché dans celui de son camarade. Elle cherchait, cherchait pour trouver qui il était. Son poing se serra autour du tablier qu'elle n'avait pas encore relâché. Cette sensation était profondément désagréable, comme lorsqu'on cherche absolument à retrouver une saveur oubliée, un nom de chanson. Un prénom, le sujet d'un livre qu'on a lu il y a des années. Quand on cherche à se rappeler des souvenirs. Elle le savait, ce jeune homme faisait partie de ses souvenirs. Il avait dû changer. Soudainement, alors qu'elle allait abandonner et se retourner pour partir, l'image dans sa tête se précisa. Les contours devinrent nets, elle reconnu ce sourire, ces yeux, ce visage. Le souvenir revint, brutal, tel une gifle violemment envoyée. En pleine face. Son regard s'agrandit.

Été 2000.
C'était dans un petit village d'Irlande, dont elle avait si souvent rêvé. Elle se l'était toujours décrit comme adorable, plein de charme. Il avait plu à la petite fille de huit ans qu'elle était. Lui il avait 10 ou 11 ans, soit presque trois ans de plus qu'elle. En vacance avec ses deux parents, Hella n'avait rien à faire de ses journées. Rapidement, elle se trouva des compagnons de jeu. Et elle le rencontra. Grâce à lui, elle vécu les plus belles vacances de sa vie. Ils étaient amis, inséparables. Elle le préférait de loin aux autres enfants, qui semblaient tous fades, face à son sourire et à leurs aventures. Tout allait bien. Il était synonyme de bonheur, d'amusement. D'amitié, la plus belle qu'elle aie jamais eue. Sans trahison, sincère. Une amitié comme jamais, même avec les années, elle n'en rencontra à nouveau. Et surtout, il était un ami avec lequel elle était toujours amie. Lorsqu'elle comptait sur ses doigts, il n'y avait plus que lui. Lui seul. Son unique ami. La seule attache demeurant de sa vie d'avant. Kanvaël Maëwan.

Hella posa une main sur sa bouche, éberluée. Non, plus que ça. Totalement surprise, abasourdie. Stupéfaite. Elle eut vite fait de revenir à la réalité.


- Kanvaël !

Elle s'était écriée entre ses doigts plaqués contre sa bouche. Une véritable marée de questions se déversa dans sa tête, elle ne sut bientôt que penser. Que faisait-il ici ? Pourquoi ? Qu'est-ce qu'il était devenu ? C'était bien un uniforme de controllers ? Depuis quand était il sur le cinderella ? Leur rencontre était préméditée ou juste un coup du hasard ? … Ce qu'elle dit, contre toute attente, fut :


- … C'est mon bandeau dans tes cheveux ?

Ce sourire, dont je vous ai parlé plus haut. Il n'est plus rien face à celui qui trône à présent sur ses lèvres. Celui ci, il exprime le bonheur, pur, brut. Un sourire qui ravirait la beauté de l'aube éclatante au crépuscule d'un levé du jour. Seul le bar entre eux deux les séparaient à présent. Elle aurait pu l'enjamber et se jeter dans ses bras, mais elle n'osa pas. Ce n'était pas dans ses habitudes. La joie n'était pas dans ses habitudes. Elle se retrouva totalement démunie face à lui, perdue, sans savoir que faire. Bouleversée par un bonheur qu'elle ne soupçonnait pas. Si elle s'était attendue, ce matin, à ressentir cette plénitude qu'était la sienne en cet instant, elle aurait couru pour le retrouver plus vite. Mais, on dit parfois que les bonheurs les plus intenses sont ceux que l'on attend plus. Si elle avait su que le retrouver l'aurait rendue si heureuse, elle se serait précipitée à sa recherche. Or, maintenant qu'il était là, devant elle, elle ne savait que faire. Hella ne savait plus quoi penser.

Dans un geste presque mécanique, elle fit le tour du bar, décidant finalement de ne pas passer par dessus comme une sauvage. Ses doigts relâchèrent délicatement le tablier, et dans un geste gracieux et doux, sa main glissa sur le bois du bar qu'elle avait longuement contemplé. Ils se retrouvèrent face à face. Elle était aussi grande que lui, ou presque. Eux deux, eux qui avaient été séparés par des milliers de kilomètres, se trouvaient à un mètre l'un de l'autre. C'était une sensation étrange. La jeune femme poussa un long soupir.
Waiters
 Waiters


« Hella Luskovtich »

Messages : 37

Boarding Pass
Nationalité: Russe.
Age du personnage: 19 ans.
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mon service est finit, là... [ PV Kanvaël ] Jeu 12 Mai - 7:50

A la plus grande déception de l'irlandais, la belle danseuse ne sembla pas le reconnaître de suite. Après tout, cela faisait si longtemps qu'ils ne s'étaient pas vus, et Kanvaël avait tant changé. De longs dreadlocks, une allure stone, et surtout ... Un oeil en moins. Enfin, là n'est pas le problème.
En plus d'avoir changé physiquement, au point de devenir une sublime jeune femme, Hella semblait avoir pas mal changé mentalement aussi, comme si ... Toute la gentillesse qu'il lui avait connue était bien loin de cette époque, cela il put le remarquer au ton de la réponse donnée, très sec. Lui répondant que s'il voulait embêter quelqu'un, il devrait aller voir ailleurs, et qu'elle était pas d'humeur. Elle rajouta qu'il s'était trompé, car elle avait passé la majeure partie de son enfance à tirer la tronche. Le jeune homme eut un petit sourire puis parla à voix basse, pour lui même.


"Pas quand j't'ai connue en tout cas."

Hella finit par enlever son tablier, d'un air que l'irlandais qualifia de coléreux, mais, après quelques instants, que le borgne passa à sourire, la russe finit par planter son regard dans le dernier oeil marron de celui-ci. Elle semblait enfin se souvenir de quelque chose, peut être la forme de son visage ? Son sourire ? Son oeil ? Ou peut être encore son "charisme". Je ne saurais pas vraiment vous dire. Cependant, ce que je peux vous dire, c'est qu'après un court moment de réflexion, la réalité sauta aux yeux de la demoiselle. C'est d'un air plus qu'étonné, la main devant la bouche qu'elle s'écria le nom de son ami, qui en retour souria tendrement, tout en rajoutant quelques mots.

"Ah ... Enfin, tu te souviens de moi. J't'avouerai avoir eu peur que tu m'aies oublié ..."

Mais, il n'eût pas le temps de placer quelque chose d'autre que la waiter lui demanda si c'était bien son bandeau qu'il portait dans ses cheveux. L'irlandais remit en place le dit-bandeau, qui commençait à s'barrer, et ceci tout en souriant pour lui répondre.

"Et bien oui, que pourais-je porter d'autre que ton bandeau ?"

Il prit sur l'instant un air des plus sérieux pour continuer sa phrase.

"C'est ... C'est grâce à lui que j'ai reussi à aller si loin dans la boxe. A chaque fois que ça allait pas trop, j'le regardais, ça m'faisait penser à toi, et j'arrivais à reprendre des forces. De ce fait, il est irremplaçable héhé."

Moon retrouva de nouveau le regard de sa seule amie, et, tout son visage resplandissait de bonheur, et son sourire ... Miam, on en mangerait. Elle qui était devenue si belle, ce sourire sublimait cette toîle de maître. Si l'on regardait du côté masculin, lui aussi souriait à s'en déboîter la mâchoire. Ce fut Hella qui fit le premier pas en contournant le bar, en relâchant son tablier, tout en s'arrêtant en face de lui, en soupirant. Etait-elle gênée de celà ? Kanvaël n'y réfléchit pas et la prit dans ses bras avec la plus grande tendresse, et le plus grand amour que Dame Nature lui avait donné. Une petite larme perla le long de sa joue pendant qu'il lui caressait son dos, de joie de la retrouver enfin.

"Je ... Je suis si heureux de te retrouver. Tu m'as ... Tant manqué pendant ces interminables années."

Il relâcha alors quelques instants son étreinte pour l'écarter de lui quelques instants et ainsi la contempler dans toute sa splendeur, elle était comme ... Parfaite.


"Tu es devenue si belle, une vraie femme. J'dirai même que la Russie a perdu sa plus précieuse perle lors de ton arrivée ici. Je suppose que tu dois avoir beaucoup de prétendants."

Kanvaël lui sourit tendrement en lui faisant un petit patpat.
Invité


« Invité »


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mon service est finit, là... [ PV Kanvaël ] Dim 15 Mai - 8:02

Ils s'observaient, se regardaient, se jaugeaient. Tentant de comprendre ce que chacun était devenu, après toutes ces années qu'ils avaient passé loin l'un de l'autre. Mais tout semblait redevenir comme avant, sans mensonges ni subterfuges. Hella lui souriait, de son beau et doux sourire véritable. Celui qu'il était bien rare de voir, elle ne l'affichait plus très souvent. Elle n'eut pas besoin de lui répondre lorsqu'il lâcha, d'une voix un peu hésitante, qu'il était puissamment heureux de la retrouver. Son regard parlait pour elle, toute son attitude, d'ailleurs. Il n'y avait plus aucune trace de l'amertume avec laquelle la jeune danseuse lui avait répondu.

"Tu es devenue si belle, une vraie femme. J'dirai même que la Russie a perdu sa plus précieuse perle lors de ton arrivée ici. Je suppose que tu dois avoir beaucoup de prétendants."


Un compliment d'un autre homme ne lui aurait pas fait plaisir. Mais venant de lui, c'était totalement différent. Une grande chaleur naquit en son sein, Hella posa une main sur son ventre, où toutes sortes de sentiments se déchainaient. La jeune femme était totalement retournée par l'évènement, aussi, elle attendit que le nœud qui cernait sa gorge s'apaise pour lui répondre, redevenant à peu près maitresse de sa voix.

« … Rien ne vaut le temps où nous étions enfants, j'abandonnerais la femme que je suis devenue pour repartir en Irlande avec toi. »

D'une main volage, elle remit doucement le bandeau qui tenait ses cheveux, l'examinant dans ce même mouvement. Elle s'en souvenait, elle se rappelait même de la boutique dans lequel elle l'avait acheté. La jeune fille qu'elle était l'avait trouvé très beau, et s'était dit qu'il serait parfait pour lui. Hella lui avait confectionné un petit paquet, avec une lettre, et lui avait envoyé depuis les états-unis. C'était à l'époque où sa mère était à l'hôpital, une ou deux années après qu'ils se soient rencontrés. Un sourire étrange apparu sur ses traits à l'évocation de ce souvenir.

« Je t'en rachèterais un autre si tu veux. Celui ci a fait son temps... Il ne faudrait pas qu'il se casse, il contient trop de souvenirs ! »

Puis son regard papillonna sur son visage. Un visage d'homme mature, masculin. Avec un œil en moins, du moins, l'œil droit était caché par un bandeau noir. Ses sourcils se froncèrent. Hella n'avait aucune idée de ce qu'il lui était arrivé. Elle regrettait à présent d'avoir coupé le contact avec Kanvaël. À l'idée qu'il eut pu surmonter ce traumatisme seul, elle se sentit coupable.

« … Que t'est-il arrivé à l'œil ? C'est grave ? »

La jeune femme retira sa main de ses cheveux pour repasser derrière le bar et leur prendre deux verres. Elle leur servit un cocktail de fruits tout simple, puis l'entraina dans un coin du café où ils pourraient discuter en pleine quiétude, sans être dérangés. Les deux vieux amis s'installèrent à une table ronde, à la banquette rouge et douillette. Aux dessus de leur tête, un lustre gracieux qui éclairait l'alcôve chaleureuse dans laquelle la table était dressée. Elle s'adossa lentement, ses doigts se mirent à tapoter doucement le cristal du verre, provoquant un petit son clair et doux qui la détendit. En réalité, son cœur ne s'était toujours pas apaisé.
Lorsqu'il lui avait supposé qu'elle devait avoir de nombreux prétendants, elle s'était sentie mal. Hella n'était pas un exemple de fidélité, d'éthique. Plus encline au libertinage qu'aux relations sérieuses, elle ne voulait pas que son ami la juge pour ce qu'elle était devenue. Elle avait ses raisons pour ne plus faire confiance aux hommes avec lesquels elle sortait, La jeune femme n'avait plus envie d'aimer. La blessure de sa précédente relation était encore trop fraiche, bien que beaucoup de temps se soit écoulé depuis le drame. Alors, elle finissait au lit avec des garçons dont elle ne connaissait même pas le prénom. C'était une façon d'oublier, une façon comme une autre, après tout. Sa méthode à elle, que quelques uns critiquaient, bien que peu soient au courant de ce qu'elle faisait dans sa vie privée. En cet instant elle avait honte de ce qu'elle était devenue. Un modèle de décadence, depuis quelque temps, elle trouvait que son surnom, Hell, lui allait de mieux en mieux. Sa vie était un enfer, elle était enfer. Et lui il était comme un ange qui, perdu dans les lymbes, revenait vers elle. Un soleil. La jeune danseuse eut un sourire en relevant les yeux de la table, qu'elle fixait depuis quelques secondes. Elle ne voulait pas le laisser filer, peut-être qu'elle irait mieux à ses côtés.

« Je crois qu'on a beaucoup de choses à se raconter... »
Waiters
 Waiters


« Hella Luskovtich »

Messages : 37

Boarding Pass
Nationalité: Russe.
Age du personnage: 19 ans.
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Mon service est finit, là... [ PV Kanvaël ] Aujourd'hui à 5:31




« Contenu sponsorisé »


Revenir en haut Aller en bas

Mon service est finit, là... [ PV Kanvaël ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Train Station :: 
Le Cinderella ;
c'est toute ma vie !
 :: Le wagon bar :: Café et Salon de thé
-
Sauter vers:
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit