Partagez|

The Midnight Devil !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: The Midnight Devil ! Sam 14 Mai - 3:42

Le quartier des bars, à 23h58, était en pleine effervescence. A l'heure où la plupart des gosses étaient au lit, les adultes prêts à se détendre sortaient de leurs chambres pour aller voir dans le wagon bar s'il y avait de l'animation... et cet endroit lors de la nuit était toujours animé. Toujours. Tandis que par la fenêtre on pouvait voir le ciel étoilé et illuminé par la lune, les tables étaient quasiment toutes remplies, avec différentes boissons alcoolisés à leurs côtés, venant des quatre coins du monde : vodka, whisky, cidre, bière, téquila, saké, aguardiente, angostura, borovicka... les citer tous prendrait des heures, mais n'importe quel amateur d'une bonne boisson alcoolisé pouvait trouver facilement son bonheur. Les Waiters étaient toujours au service des passagers et remplissaient à la quasi-perfection leur rôle. Cet endroit pouvait être facilement considéré comme un des meilleurs bars du monde, si ce n'est le meilleur avec le voyage dont il faisait profiter les différents personnages présents.

23h59. Tout le monde discute, sourire aux lèvres, certains sont déjà un peu pompettes. Mais la nuit ne faisait que commencer vraiment, ils n'allaient pas s'arrêter en si bon chemin. Le bar entier était une cacophonie de discussions et de rires plus ou moins aigus. L'ambiance, cette soirée, était vraiment idéale, pas un pet de tension, même un dépressif venu se plonger dans l'oubli offert par le vin ne pouvait s'empêcher de se faire porter par l'ambiance de folie, ou à sourire envers une jolie demoiselle venue comprendre pourquoi il ne pouvait s'amuser. Le comptoir était envahi par différents mâles cherchant à reremplir leurs verres, prêt à se bourrer.
Dix secondes avant minuit, il y eut un claquement de doigts qui fut étouffé par le bruit. Néanmoins, ceux qui étaient proches de l'entrée purent noter ce petit bruit particulier. Un autre claquement se produisit deux secondes plus tard, un peu plus audible, et un mec adossé à une table chuchota quelque chose à son voisin qui hocha la tête. Une seconde avant minuit, il fit son entrée.

Raphaël Dumas était quelqu'un de facilement remarquable, soyons honnête. Sa chevelure verte et son costume faisaient forte impression même dans la foule. Plusieurs têtes se retournèrent vers lui, interrogatifs et surpris. Leur incompréhension était honnête : d'habitude, le français arrivait beaucoup plus tôt. Certains furent heureux de le voir, il était toujours un des plus grands fêtards de l'endroit et cela depuis son arrivée sur le Cinderella, d'autres grincèrent des dents, incapable de supporter son arrogance et son étalage de richesse. Il claqua des doigts, marchant d'un pas traînant, répondant d'un vague geste du doigt à ceux qui lui disaient bonjour, son sourire narquois gravé comme d'habitude sur son visage. Les gars du bar continuèrent ce qu'ils avaient commencés tandis que lui s'approchait vers le comptoir...

En réalité, la raison de son retard était idiote. Son corps, il s'en blâmait, avait besoin de dormir. Il avait décidé de prendre sur son après-midi pour être de nouveau d'attaque pour la soirée... pour se réveiller à dix heures et demi du soir, putain. Après s'être lavé, parfumé, peigné, habillé pendant un certain temps, il avait quitté son wagon d'un pas lent, comme il le faisait à son habitude. En fait, il réfléchissait déjà comment il allait faire pour rattraper son retard de deux heures... il fallait qu'il fasse un truc vraiment génial, le genre de choses dont on se souviendrait, et que tout ceux qui furent présent se disent : « Ouais, c'était bien un coup de Raphaël. ».

En jetant un coup d'oeil au bar déjà en activité, son sourire s'élargit en fixant son regard sur le comptoir. Il avait le regard de quelqu'un qui avait trouvé une cible, celui d'un chasseur excité par sa proie. Il continua d'avancer, les mains dans les poches.
*En plus, elle semble être de service... parfait, ça m'évite de réfléchir à un moyen de l'aborder.* L'objet de son attention était une Waiter aux cheveux noirs en train de travailler, se chargeant de servir de l'alcool aux différents ivrognes du coin, une très belle femme, il fallait dire. Bon, peut-être un peu jeune, elle devait avoir à peine dépassé la majorité et était assez maigrichonne mais globalement, elle était assez jolie pour taper dans l'œil de n'importe quel mâle un tant soit un peu intéressé. Ça tombait bien, Raphaël était un mâle un tant soit peu intéressé.

Il se plaça face à la demoiselle, prenant de court un homme qui voulait sans doute lui aussi établir un contact avec elle. Déçu, il partit se rasseoir en grommelant des jurons à l'encontre du français qui le snoba. Il claqua des doigts avant de parler de sa voix suave :


« Salut, beauté, tu pourrais me servir ce que tu as de plus fort ? J'ai du retard à rattraper sur le manque de sobriété des autres et je n'aimerais pas être à la ramasse. Tu serais un amour. »

Il avait ponctué le dernier mot d'un sourire séducteur. Il attendit la réaction de la belle, savoir quelle stratégie il devrait employer. En tout cas, cela faisait seulement trois minutes depuis son arrivée qu'il avait déjà ses vues et il se jurait intérieurement qu'il arriverait à la faire chavirer, d'une manière ou d'une autre.
Invité


« Invité »


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The Midnight Devil ! Dim 15 Mai - 11:25

La nuit était tombée, le bar s'était rempli. Il n'y avait plus de place pour la fatigue, pour le repos, les waiters étaient débordés. Hella ne comptait plus le nombre de verres qu'elle avait servi, ce soir, ils avaient matière à travailler.

La soirée avait pourtant commencé calmement. La jeune femme s'était réveillée en fin d'après midi, après s'être couchée tard le soir -ou tôt le matin. Le corps fatigué de sa nuit précédente, qu'elle avait passé à travailler au bar, Hell avait eu beaucoup de mal à sortir du lit. Lit qu'elle n'avait par ailleurs pas partagé cette fois. Son premier réflexe avait été de se glisser sous une douche glacée, qui lui galvanisa les sens et lui remit les idées en place. Elle piocha rapidement une robe dans sa penderie, qui lui arrivait à mi-cuisse. Légère, entièrement noire, cintrée en dessous de la poitrine, elle lui allait comme un gant. Sensuelle tout en restant élégante, et très sobre, elle incarnait bien le mythe de ''la petite robe noire''. Elle se maquilla peu, soulignant simplement son regard de mascara et d'eye liner, se coiffa rapidement puis enfila des chaussures à talons noirs. Prévoyante, elle en prit des plates pour ne pas se briser une cheville lors de son service, bien qu'elle aie un sens plutôt bon de l'équilibre. Et, enfin, d'un pas lent dans lequel on ne décernait pas une once d'entrain, elle se rendit jusqu'au quartier des bars.

C'est donc derrière le bar que nous retrouvons Hella. Elle préparait les cockails, des plus forts aux plus doux. Aussi bien rodée qu'elle était, elle remplissait les verres sans même vérifier les doses. La jeune femme se fit rapidement la remarque que ce soir, il y avait beaucoup plus de monde qu'à l'habitude. Hommes et femmes, célibataires ou couples, semblaient s'être donnés rendez vous dans cet endroit, tous en même temps, pour boire un coup. L'effervescence de la salle attirait d'autant plus les badins qui trouvaient en cet endroit une ambiance chaleureuse et animée. Au plus grand malheur des waiters qui, au bout d'un certain temps, furent débordés. Ce ne fut pas le cas d'Hella, qui, avec la plus grande désinvolture, allait à son rythme. C'est à dire lentement. Elle discutait avec les personnes accoudées devant elle, plaisantant, et chassant les plus atteints par l'alcool, puis servait une chope de bière, buvait un verre de whisky avec une fille, ou un garçon. Ou les deux. Bref, elle n'était pas vraiment impliquée dans son travail.
Un sourire cousu sur les lèvres, elle discutait calmement avec une connaissance Waiter, accoudée au bar. Ainsi, elle ne vit pas Raphaël rentrer. Elle ne le vit pas non plus s'approcher d'elle, ni repousser l'homme qui s'apprêtait lui même à l'aborder. Si elle avait vu le jeune homme, peut-être se serait-elle intéressée à lui plus rapidement. Lorsqu'elle posa les yeux sur lui, lorsqu'elle l'entendit lui parler, elle cru saisir ses intentions. Il n'était pas le premier homme qu'elle croisait, qui lui demandait un verre pour l'approcher plus facilement.


« Salut, beauté, tu pourrais me servir ce que tu as de plus fort ? J'ai du retard à rattraper sur le manque de sobriété des autres et je n'aimerais pas être à la ramasse. Tu serais un amour. »

Rentrant dans son jeu, elle eut un léger sourire en coin. Hella ne le trouvait pas juste beau, elle le trouvait doté d'une présence, dans ses paroles, dans ses gestes, qui effaçaient chaque personne aux alentours. Comme s'il était, ou se sentait supérieur. Ce qui ne déplut pas à la jeune femme. Il avait l'air d'un homme intéressant, singulier. Différent de ceux qu'elle avait pu croiser. Elle sortit une bouteille de whisky, plutôt fort, et lui en servit un verre avec des glaçons. Le faisant glisser sur la table, elle lui lança un regard significatif :

« En espérant que cela te suffira... »

Elle eut un sourire, se reculant doucement sans le lâcher des yeux. Yeux qu'il avait d'ailleurs bleus, un joli azur, nota-elle. Clair et limpide comme de l'eau. Hella se mit à le détailler, comme elle le faisait souvent. Un bon mètre quatre-vingt, un visage aux traits charmants, et charmeurs, surement habitué aux sourires qu'il lui octroyait en ce moment même. Le détail qui la troubla fut ses singuliers cheveux verts. Non pas qu'ils lui aillent mal, mais ils se révélaient plutôt improbables. Cependant l'effet était réussi. Ce n'était pas de ce genre de vert fluo, criard et saute aux yeux, mais un vert émeraude, plutôt foncé. Surmonté d'un chapeau noir. Il était habillé d'un costume élégant, avec cravate. Cintré comme il le fallait pour révéler les formes de son torse, sans pour autant trop les montrer.

«  Sinon, tu peux toujours revenir me voir. »
Waiters
 Waiters


« Hella Luskovtich »

Messages : 37

Boarding Pass
Nationalité: Russe.
Age du personnage: 19 ans.
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The Midnight Devil ! Dim 15 Mai - 16:15

En espérant que cela te suffira... bah, baratin. En voyant la Waiter la gratifier d'un sourire, il pouvait capter qu'elle avait compris que cela ne lui suffirait absolument pas. Oh bien sûr, les glaçons étaient une touche magnifique de sa part, mais il n'allait pas s'arrêter là, oh non... que faire maintenant ? Au vu de son invitation à venir la revoir si le whisky ne le rendrait pas assez ivre à son goût, il pouvait sentir qu'elle avait décidé de jouer un peu avec lui. Dans quel but ? Le plaquer au final ou bien aimait-il sa tentative de s'approcher d'elle ? Séduire une femme était une tâche compliquée dans laquelle il excellait. Selon ses expériences avec des dizaines de femme, lorsqu'une femelle voulait jouer sur ce terrain-là, il faisait bonne impression de ne pas partir et revenir. L'inciter à revenir signifiait qu'elle appréciait malgré tout sa présence. Un bon signe. Il porta le verre à ses lèvres, ha, la senteur de l'alcool était vraiment quelque chose de reposant... il gratifia la serveuse d'un : « Merci, poupée ! » avant de commencer à boire.

Il reposa le verre à moitié vide sur le comptoir. Ha, ça faisait du bien de se déchirer la gorge par moments ! Son visage ne montra aucun signe que l'alcool avait agi efficacement sur lui. En fait, il avait une résistance surnaturelle à la drogue et l'alcool, si bien qu'il ne commençait à être bourré qu'après une quantité incroyable de verres, assez pour assommer un individu peu habitué. Il se pencha vers elle, la fixant d'un regard assuré.


« Je pourrais partir puis revenir lorsque mon verre serait vide, oui. Mais je serais très triste de voir que pendant mon absence, tu sois la cible d'un quelconque puceau frustré cherchant à satisfaire ses pulsions ou un personnage peu recommandable, ma jolie. »
« Et par curiosité, tu es en train de faire quoi si tu veux pas la sauter ? » ironisa leur voisin, un grand blond à l'air arrogant écoutant leur conversation depuis peu.
« Par exemple, ce malpoli qui m'interrompt. » Il pointa du doigt l'individu en question. « La seule chose qu'il a en tête est de profiter que je me retourne pour te draguer afin de croire qu'il est autre chose qu'un pitoyable looser. Te rends-tu compte à tel point c'est dangereux ? »

Il afficha un horrible sourire malsain en voyant que le blond avait été extrêmement vexé et cherchait dans sa tête une répartie cinglante en vain. Il tapota du doigt son verre, l'abruti qui l'avait gêné malgré le fait qu'il avait à moitié raison, après tout il devait être le personnage le moins fréquentable de ce lieu au vu de ses innombrables infraction à la loi française, l'avait mis en valeur auprès de la serveuse qu'il voulait effectivement draguer. De là à dire qu'il était puceau... non, juste non. C'était pour lui un jeu amusant, sans plus. Il remit le verre à ses lèvres et but le reste du whisky, souriant. Il se prépara à en recommander un verre lorsque soudain, une voix surgit derrière lui.

« Raphaël Dumas ? »

Il poussa un soupir exaspéré. Bordel, tout le monde voulait l'empêcher de séduire la jeune femme au moins ? Il se retourna, tout sourire ayant disparu de son visage. Il faisait face à un mec basané, un arabe très certainement, un peu plus petit que lui, aux cheveux bruns, le visage animé par la suspicion et la colère. Il s'approchait à grand pas du français qui redressait son chapeau, contrarié. Le blond à côté observait, curieux. Le maghrébin était face à lui et continuait de fixer l'homme aux cheveux verts qui supportait mal qu'un homme de la race inférieure s'approche trop de lui.

« Tu as intérêt à avoir une bonne raison de me déranger, le bronzé. Tu veux quoi ? »

Il s'immobilisa. Visiblement, l'inconnu avait attendu ce moment pendant longtemps, rencontrer le people avait été une occasion soudaine, à tel point qu'il ne savait pas exactement quoi dire. Raphaël comptait sur ses doigts les secondes de son silence, se disant qu'il avait dix secondes, après quoi il retournerait à ses activités. Puis, au prix d'un effort manifeste, il s'exprima.

« Tu es l'homme responsable de la mort de ma mère. »

Il y eut un silence autour d'eux, le blond semblait abasourdi. Lui poussa un long soupir, c'était tout ? Il se retourna vers la serveuse et parla comme si rien ne s'était passé, au point où ça en devenait déroutant.

« Ha, ces gens je vous jure... bien, on disait quoi ? Ha oui... par curiosité, quel est ton nom ? Moi, comme tu dois maintenant le savoir, c'est Raphaël, mais je t'autorise à m'appeler Raph'. »
Invité


« Invité »


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The Midnight Devil ! Lun 16 Mai - 14:24

Hella avait un sourcil haussé, son regard passant du dit Raphaël au nouvel arrivant, un homme plus ou moins jeune, pas très grand, la peau matte. Il n'avait pas l'air très rassuré, et pour ainsi dire, Raphaël ne le mettait pas vraiment en confiance. La jeune femme prit appui sur ses paumes, et se pencha un peu vers l'avant pour observer la scène d'un coup d'œil attentif, l'oreille tendue. La curiosité, était, disait-on, un vilain défaut qu'elle incarnait à la perfection.. Le visage de l'inconnu semblait se décomposer face à celui qu'on pouvait désigner comme son adversaire. Ce dernier s'était montré piquant, incisif. Il l'avait expédié à des années lumières en trois mots, et l'autre mit quelques temps à se manifester. Le silence se fit dès lors que ces quelques paroles furent sorties de la bouche de l'arabe, ''Tu es l'homme responsable de la mort de ma mère'', entre autre. Les oreilles se tendirent, ils attendaient tous la réaction du potentiel meurtrier. Contre toute attente, il n'y en eu pas. Aucune. Rien, ni même un regard significative, une insulte, une justification, rien. Silence.
L'homme au chapeau se retourna lentement vers notre danseuse, Et il reprit la conversation là où il l'avait laissé, sans paraître troublé, désappointé. Comme si rien ne s'était passé, il lui demanda son prénom. La seule réaction qu'elle pu avoir, à la surprise de certains, fut un bref éclat de rire. Dans la salle, les conversations qui avaient cessé autours d'eux reprirent lentement, la plupart cherchant toujours à écouter ce qui allait se dire.


« Tu es pas un mec commun toi. Je m'appelle Hella. Hella Luskovtich, t'as l'air d'un gars... singulier, mais intéressant. Raphaël Dumas. »

Ses yeux se plissèrent, puis elle lui resservit un autre verre, trois fois plus fort que le précédent. Concernant les doses, elle n'y allait pas avec des pincettes. Son regard croisa celui du métisse derrière eux. Impassible, il continuait de les regarder, après s'être prit un vent monumental. La sulfureuse brune ne lui accorda pas plus de deux secondes d'attention, l'abandonnant à sa solitude pour vaquer à ses occupations de serveuse. Elle se demanda quand même, tout en servant un verre à un client auquel elle n'adressa pas un mot, ce que voulaient dire les paroles de l'inconnu. Raphaël avait-il véritablement tué la mère de ce dernier ? Il serait, dans ce cas, encore plus tumultueux qu'il ne le laissait paraître. Elle n'espérait pas avoir de précisions à ce sujet, sauf si l'autre osait une fois de plus interrompre celui qui l'avait plus ou moins ignoré.
Il ne s'était écoulé qu'une dizaine secondes depuis les dernières paroles d'Hella. Ses yeux émeraudes, profonds et intenses, enfermés dans un somptueux écrin de cils noirs, vinrent subitement se planter dans ceux de Raphaël. Il régnait dans ces vertes prunelles une atmosphère mystérieuse et séduisante, elles baignaient dans des remous aux sombres volutes azurs, envoutantes. Au fond de ces orbes, on décelait une chose qui n'apparaissait pas dans son attitude, une singulière chose à la signification inconnue. Elle le regardait en silence, son visage s'était vidé de toute expression qui pouvait aider à comprendre ce qu'elle ressentait en cet instant. En réalité, Hella était dévorée par la curiosité. Elle voulait comprendre les paroles de cet inconnu, savoir ce que cet homme aux cheveux verts cachait derrière cette désinvolte attitude, qui avait tant attisé sa curiosité, sans qu'elle ne l'aie spécifiquement montré. Pas un mot ne fut échangé lors de ces quelques secondes d'échange, de regard à regard. La danseuse redressa lentement le menton, la bouche entrouverte, puis un sourire traversa ses lèvres, fugace :


« Au fait. Concernant tout à l'heure, je n'ai pas peur d'être la cible d'un quelconque puceau frustré. Le malvenu comprend avant même que je n'aie parlé, mon regard doit parler pour moi. Et il fait vite demi tour. Mes hommes, je vais les chercher moi même. Je n'ai pas peur des... Pitoyables looseurs. Cependant, c'était sympa de ta part de virer celui qui me collait au train depuis près d'une demie heure. »

La jeune femme se servit un verre de vodka qu'elle mélangea avec les diverses choses qui lui passèrent sous sa main, puis le bu d'un seul trait, sans tiquer. Le goût de l'alcool ne la dérangeait plus. Elle s'y était récemment habituée, et elle avait finit par aimer ce qu'elle qualifiait auparavant d'un pur et simple désinfectant. Un bref soupir traversa ses lèvres à la douce et délicieuse couleur rosée, puis elle lança après avoir but la dernière goutte de son breuvage, le regard animé d'un sourire


« C'est dans tes habitudes d'être si sympa avec les mecs du coin ? Non, parce que les deux dernières que tu as abordés s'en sont pas sortis... Brillamment. »

Elle ne lui parlait pas pour lui parler. Les paroles se présentaient à sa bouche tout naturellement, elle avait envie d'en savoir un peu plus sur ce personnage.
Waiters
 Waiters


« Hella Luskovtich »

Messages : 37

Boarding Pass
Nationalité: Russe.
Age du personnage: 19 ans.
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The Midnight Devil ! Mar 17 Mai - 16:15

Tiens tiens... Raphaël Dumas haussa un sourcil mi-amusé mi-surpris lorsque la Waiter lui annonça qu'il n'était pas un mec commun. Bien sûr, ça, il le savait déjà, mais il n'avait pas prévu une telle réaction de sa part après qu'il ait royalement dégagé les deux abrutis, généralement les filles le prenaient pour un rustre, ce qui le faisait royalement chier au point qu'il devait se défouler sur les responsables de l'échec. Ici, ce blond débile et ce bougnoule chiant lui avaient permi au contraire d'attirer pour une certaine raison cette femme... Hella Luskovtich. Elle devait être sans aucun doute d'origine russe, avec un joli prénom qui plus est, simple à retenir. A Paris, les immigrés russes étaient généralement des gens réglo et cools, il n'avait par conséquent pas de problème avec eux. Plus que l'envie de la draguer se dessinait maintenant un soupçon de sympathie, surtout pour une femme ayant la clairvoyance nécessaire pour reconnaître qu'il était exceptionnel.

Il claqua des doigts en voyant son nouveau verre devant lui. Au vu de l'odeur, elle avait décidé de forcer un peu niveau doses... bien ! Au moins il était sûr de ne pas boire une boisson de femmelettes... il le laissa en suspens devant lui, curieux avant tout de poursuivre la conversation, ils n'allaient pas s'arrêter en si bon chemin ! Il lui rendit son regard avec une intensité troublante, comme s'il cherchait à scanner les moindres recoins de sa personnalité, avec un je ne sais quoi de mauvais et malsain au fond de sa pupille. Derrière eux, le maghrébin tremblait, ce mec... ce mec l'avait humilié, il avait fait la chose la plus chiante possible pour quelqu'un : faire comme s'il n'existait pas. Comment pouvait-il autant peu se soucier des gens qu'il avait envoyé à la mort ? Ce genre de connards méritait la mort.

Mais les réflexions internes du basané, Raphaël s'en foutait comme de sa première couche-culotte. Lui écoutait avec attention les paroles de Hella, c'était assez pour comprendre que cette fille était vraiment quelqu'un de géniale : pas trop soumise, capable de faire comprendre ce qu'elle veut, ayant des idées fixes qu'elle veut mettre en pratique... elle lui rappelait un peu Noah, le côté asocial en moins. Cela ne fit que renforcer sa détermination à la séduire, elle était vraiment une femme digne de son intérêt, le genre de personnes dont elle pourrait se rappeler le nom sans passer par le carnet rose qu'il avait dans sa chambre. Il but son alcool en même temps qu'elle dégustait sa vodka, et le reposa à moitié vide sur le comptoir. Effectivement, c'était autre chose, il se sentait tout électrifié. A sa surprise, la russe lui demanda s'il avait l'habitude de snober tout ce qui l'interrompaient dans sa vie, faisant référence aux deux attardés qui avaient l'inconscience de mettre en péril son entreprise de séduction. Il se retourna et vit que ce con de maghrébin continuait de le fixer, hésitant. Il comptait le lâcher quand ?


« Ca dépend, j'aime juste pas qu'on me gêne pour des broutilles quand je suis occupé, ça me frus- »
« Des broutilles ? » tempéra soudainement l'étranger. « Tu as détruit ma vie, connard ! »

Tout sourire redisparut de son visage et un horrible rictus vient déformer ses lèvres. Au prix d'un effort manifeste, il se retourna de nouveau vers l'arabe avec la solide résolution de faire en sorte qu'il arrête de l'emmerder car ça commençait à devenir *franchement* saoulant. Il fit un geste de la main en poussant un long soupir, l'invitant à continuer, à venir au point et à lui foutre la paix une fois pour toute. Son interlocuteur se méfia d'abord de cette attention soudaine et les conservations autour d'eux s'interrompirent de nouveau, curieux de l'histoire. Puis, enfin, il se lança :

« T'es pas le beau gosse que tu veux faire croire, ok ?! Je viens du bled de Paris, moi, ma mère était une journaliste. Elle a deviné que des trucs louches se passaient avec mes potes du ghetto, des trucs liés aux business que tu fais en coulisse, mon coco... elle a réussi à comprendre que tu profitais de la détresse des jeunes de banlieue et que tes larbins vendaient de la coke aux ado à des prix abusés, afin de les transformer en abrutis destinés à te refiler du fric ! Elle avait voulu te dénoncer mais vous avez été plus rapide qu'elle... je l'ai retrouvé dans notre appartement, le corps criblé de balles. J'avais seize ans, je n'oublierais jamais ce jour... le Cinderella est le seul endroit auquel j'ai pu m'intégrer, et maintenant que je vois que t'y es, je vais enfin pouvoir faire justice et te faire payer ! »

Les derniers mots montraient qu'il avait sévèrement la haine contre Raphaël, qui n'avait pas bronché d'un poil lors de ce discours que le jeune homme avait du garder en lui pendant de nombreuses années, un poids psychologique intense... non, en fait, il se demandait pourquoi on l'avait fait chier avec ça en fait. Il bailla et se retourna vers Hella, toujours sans montrer le moindre signe de trouble, c'était comme si on lui avait raconté une mauvaise blague en fait.

« Tu vois, c'est de ça dont je parle, des chieurs qui me font des histoires alors que je discute, tu comprends pour- »
« MAIS TU VAS M'ECOUTER DIS, SALOPARD ?! »

Comprenant que le français avait décidé d'ignorer complètement sa détresse, il avait décidé de s'imposer par la force : il avait foncé sur Raphaël, point en arrière, prêt à lui défoncer sa figure et à chasser de son esprit l'image du cadavre de sa mère.
Il fut stoppé dans son élan. Le mafiosi s'était retourné, avait bloqué son attaque et le regardait d'un air habituel. Ce que l'arabe voyait, c'était de la haine, un mépris intense combiné à une rage destructrice, à l'opposé du côté cool et branché qu'il présentait en public. Le blond les observait les yeux grands ouverts, et les conversations s'étaient éteintes dans un rayon beaucoup plus large. Souriant devant l'attention qu'on lui portait, l'homme aux cheveux d'émeraude se mit enfin à parler :


« Trois. Je t'avais laissé trois chances. La première est partie en fumée lorsque tu m'as appelé alors que je discutais gentiment avec une chouette fille, la seconde quand tu m'as raconté ton histoire de merde avec ta mère paparazzi dont je n'ai absolument rien à foutre, que je sois responsable de sa mort ou pas. Et là, tu viens de gaspiller ta troisième... »

Il repoussa le poing et son ennemi se reçut un magnifique crochet du droit dans son ventre. L'arabe posa un genou à terre, plié en deux avant de se retrouver plaqué au sol par un coup de coude sur la nuque. Il n'y avait maintenant plus que du silence dans la pièce, les gens observant comme des charognards le corps de la victime à terre. Plusieurs individus qui avaient le même profil de ce jeune imprudent se lévèrent d'une table et s'approchèrent du mafieux, le regardant avec une profonde haine. Lui avait un sourire provocateur.

« On va t'enlever définitivement ce sourire de ton visage, pauvre merde... »

En seule réponse, Raphaël finit son verre et le reposa brutalement sur le comptoir. Il fouilla dans sa veste et en sortit des billets de 100€ qu'il présenta à Hella. Il fit craquer les jointures de ses doigts et dit :

« C'est une avance pour les quelques trucs qu'on va casser, en fait. Comme tu le vois, on me laissera pas un moment de tranquille ce soir, poupée... néanmoins, je te fais cette faveur : ça te dérange pas si je leur défonce la figure, hmmm ? »

Invité


« Invité »


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: The Midnight Devil ! Aujourd'hui à 5:32




« Contenu sponsorisé »


Revenir en haut Aller en bas

The Midnight Devil !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Train Station :: 
Le Cinderella ;
c'est toute ma vie !
 :: Le wagon bar :: Le quartier des bars
-
Sauter vers:
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com