Partagez|

Poupée de glace

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: Poupée de glace Dim 29 Mai - 11:46

  • Il devait être cinq heures de l'après-midi. Athéna venait de passer un quart d'heure à gagner le Wagon du cirque. Avant, elle se trouvait sur le toit, où elle regardait défiler le paysage. Elle y serait sans doute encore si elle n'avait pas eut un rendez-vous avec une des seules personnes qu'elle aimait vraiment. Weena, ou plus simplement Weewee. Cette fille de quelques années plus jeune avait quelque chose de différent, quelque chose que les autres n'avaient pas. Cette petite lumière au fond du regard. Elle était si innocente, si pure, si insouciante... Elle aimait la vie, la croquait à pleines dents, profitait de chaque seconde. Tout ce qu'Athéna était incapable de faire. Parce qu'elle ne savait pas et parce qu'elle avait peur. Weena était comme une soeur pour elle. Elle ne se voyait pas poursuivre ce voyage sans elle.

    La femme-loutre pensait donc à tout cela alors qu'elle poussait les portes du wagon recherché. Il n'y avait aucune représentation à cette heure-ci, et l'endroit était donc désert. Athéna n'était pas sûre d'avoir le droit de se trouver ici, mais qu'importe. C'était elle qui avait choisit cet endroit comme lieu de rencontre. La grecque avait toujours adoré les cirques, bien qu'elle n'ai pas eu le temps d'en voir beaucoup dans son enfance. La faute à ces scientifiques qui lui avaient volé une grande partie de sa vie. Mais l'heure n'était pas à se souvenir du passé. Ayant refermé la porte derrière elle, Athéna se mit à détailler la pièce. Elle était immense. Il y avait la piste de sable au centre, entourée de gradins de bois décorés de peinture rouge. On pouvait y distinguer des étoiles jaunes à travers la pénombre. La seule source de lumière était une ancienne lampe accrochée au plafond, qui pendait par un fil et dont l'abat-jour avait été rapiécé de multiples fois. Il ne contrastait finalement que très peu avec le reste.

    Sur la piste, plein de matériel et d'accessoires s'entassaient. A croire que les comédiens, après le dernier spectacle, avait eu une flemme soudaine et décidé de tout laisser en plan. On trouvait donc des monocycles, des trapèzes encore suspendus, des balles de jonglages couvertes de sable, des quilles... Le tout formait un amas monstrueux d'objets à l'allure ancienne. Et pourtant, Athéna se sentait merveilleusement bien au milieu de tout cela. Elle traversa la place ensablée et alla s'asseoir sur une poutre pour attendre l'arrivée de Weena. Elle se fondait parfaitement dans le décors, et on aurait put s'attendre aux applaudissements du public alors que le présentateur annonçait le début d'un nouveau numéro.

    Athéna avait laissé ses cheveux blonds détachés, et ils tombaient en une cascade légèrement ondulée sur ses épaules. Ses pieds étaient chaussés de petites ballerines blanches, et son corps était paré d'une robe à bretelles de la même couleur. Cette dernière lui arrivait jusqu'à mi-cuisse. On aurait dit une danseuse peut-être ou une écuyère qui attendait que ses chevaux entrent en piste. La vétuste lampe l'éclairait d'ailleurs, étant pratiquement juste au dessus d'elle. De loin, on aurait dit un spectacle que le temps avait figé, que la poussière avait recouvert, mais qui pourtant avait gardé tout son charme et toute sa poésie. On aurait put s'attendre à trouver un mécanisme plus loin, qu'il aurait suffit de remonter pour que le cirque s'anime de nouveau. Et ç'aurait été grandiose. Un profond sentiment de nostalgie se dégageait de la scène, et Athéna ressemblait à une poupée au milieu de jouets cassés. Le jeu de lumière contribuait à tout cela, et la mélodie inconnue que la jeune femme s'était mise à fredonner finissait le tableau. C'était un son beau et doux, qui caressait chaque objet, et qui semblait rendre hommage à une quelconque gloire passée.
1st Class
1st Class


« Athéna P. Sélès »

Messages : 198

Boarding Pass
Nationalité: Grecque
Age du personnage: 20 ans
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Poupée de glace Lun 30 Mai - 13:52

Weena courrait dans le train, comme à son habitude, débitant à toute allure toutes sortes de bêtises de sa voix aigüe mais chantante. La plupart des passants la regardaient en souriant ou en riant à gorge déployée devant l'enthousiasme débordant de la jeune fille, s'amusant de ses extravagances. Mais certains ne plaisantaient pas du tout et observaient l'adolescente d'un air peu amène, presque méprisant, se demandant sans aucun doute comme une jeune femme de 17 ans pouvait être aussi puérile et naïve. Cette dernière considérait d'ailleurs ce genre de personne comme dépourvu d'humour et peu intéressant. Après tout, elle ne gênait personne - ou presque - et ne faisait que passer en coup de vent sans percer les tympans des plus éloignés - elle ne répondait pas des conséquences de ses actes sur les oreilles des passants proches d'elle -. Elle était donc parfaitement innocente et merveilleusement attendrissante avec son sourire copier/coller des pubs Colgate. En outre, sa technique avait déjà obtenu de très bons résultats pour rencontrer des gens incroyables. C'était d'ailleurs ainsi qu'elle avait rencontré Matthy, son meilleur ami, et elle ne regrettait pas du tout son choix d'être restée à observer le controller après s'être transformée en Pika. En gros, elle n'était pas décidée changer ses petites habitudes, et peu lui importait d'importuner les passants ou non.

Et puis ... C'était un jour particulier ! Elle avait rendez-vous avec Athie, celle qu'elle considérait comme sa meilleure amie, sa petite protégée pourtant plus âgée qu'elle. Elle savait parfaitement que son amie détestait qu'on la surnomme ainsi, mais elle s'en moquait bien - un peu comme de tout le reste d'ailleurs -. Weena avait tout de suite était attirée par la jeune femme et s'était immédiatement donné la mission de lui redonner le sourire et de lui montrer que la vie est belle. Elle avait été également profondément touchée par cette peur flagrante qui émanait d'Athie et elle voulait tout faire pour que cette émotion disparaisse rapidement. Il ne fallait pas avoir peur de vivre. Jamais.

Breff. Tout ça pour dire qu'elle n'avait pas une minute à perdre si elle ne voulait pas arriver en retard au lieu de rendez-vous. Elle n'avait vraiment pas envie de faire attendre Athie. En fait, elle détestait être en retard tout simplement, pour n'importe quelle personne. Mais surtout pour Athie - et encore plus pour sa jumelle Willow -. Elle savait parfaitement où elle devait aller et la seule chose à laquelle elle devait faire attention, c'était de ne pas croiser des 2nd class importuns. Parce qu'elle savait qu'elle risquait de perdre son calme et qu'elle n'avait vraiment aucune chance face à une de ces vermines. Ce n'était pas sous sa forme de Pika tout mignon qu'elle pouvait faire quelque chose ... Et même si cela lui coûtait de l'avouer, elle était pourtant forcée de l'admettre.

Toute à ses pensées, elle ne vit presque pas le trajet passer et arriva rapidement au Cirque, à peine essoufflée par sa course alors qu'elle avait tout de même traversé une grande partie du train. L'aisance de l'habitude, dirons-nous. Elle ne tenait presque plus en place et sautillait déjà d'impatience. Elle était heureuse, tellement heureuse ! Elle avait pourtant souvent l'occasion de voir Athie, mais chaque rendez-vous lui procurait une joie immense. C'était comme si son amie faisait maintenant partie d'elle-même, et qu'elle ne se sentait complètement entière qu'en sans présence. Presque. Parce qu'il ne fallait pas oublier Willow qui passait avant tout le monde et de loin, ainsi que Matthy qui se tenait au niveau d'Athie. Tout le monde se valait sans peine, de toute façon.

Doucement, Ween' poussa la porte du cirque et entra en silence, ce qui était quelque chose d'inhabituel pour elle. Mais elle connaissait bien Athie et elle préférait arriver lentement qu'en faisant une entrée fracassante. Bien lui en pris, car elle surprit son amie, fredonnant doucement au milieu des accessoires des artistes, assise sur une poutre et l'attendant tranquillement. Weena se figea et admira son amie, émerveillée. Positionnée ainsi, cette dernière ressemblait à une poupée de cire ou de glace, pétrifiée par le temps et le décor. La mélodie qu'elle fredonnait souleva le coeur de Wee' qui était sortie de sa paralysie et avançait doucement vers Athie. C'était une douce chanson, remplie de nostalgie et de délicatesse, de volupté. Un magnifique son qui résonnait dans la salle vide de gens et qui faisait monter les larmes aux yeux. Une faible lumière tombait parfaitement sur le corps à la peau laiteuse de la femme-loutre, la faisant paraître telle une princesse de glace brillant sous les projecteurs. Athie était en vérité un spectacle à elle toute seule ...

Weena s'approcha encore, subjuguée. Elle attendit calmement que son amie finisse de chanter et l'enlaça. Elle se sentait apaisée de l'intérieur, fait très inhabituel pour elle qui n'était qu'une pile électrique en temps normal. Elle murmura tendrement à l'oreille de sa meilleure amie :

    "C'est beau quand tu chantes ... Tu es belle, Athie."


Elle sourit affectueusement et déposa un léger bisou sur la joue de la jeune fille. Oui ... Elle était vraiment belle.
1st Class
1st Class


« Weena E. White »

Messages : 34

Boarding Pass
Nationalité: Américaine
Age du personnage: 17 ans
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Poupée de glace Mer 1 Juin - 8:42

    Athéna n'entendit pas son amie arriver. Elle continua donc à fredonner sa chanson tirée de son imagination. Elle déversait toutes ses émotions dedans : tristesse, nostalgie, solitude, peur... Cela faisait tellement de bien. Elle aurait juste préférer que Weena ne l'entende pas. La jeune grecque n'aimait pas qu'on l'entende chanter. Ni qu'on la voit danser d'ailleurs. Mais cette jeune fille de trois ans sa cadette avait quelque chose de particulier, et Athie sentait qu'elle pouvait être libre et naturelle avec elle.
    A la fin de sa petite mélodie, la jeune blonde sortit de l'ombre et vint l'enlacer en la complimentant. Heureuse, Athéna lui rendit maladroitement son étreinte. Elle n'avait jamais été très tactile, et faire des câlins aux gens à tout bout de champ n'était pas vraiment sa tasse de thé. Mais avec de vrais amis qui l'aimaient, pourquoi pas... Se sentant un peu mieux, la jeune femme proposa même à Weewee de lui chanter une autre chanson, bien réelle cette fois-ci. Et avant que son amie n'ai pu répondre, Athéna commença :


"Kimissou kè san sikothis kati tha sou karisso
Tin Boli kè ti Venetia ti Chio mè ta karavia
Na yinis andras zakoustos s'anatoli kè dhissi
Kavala stin aya sofia na pas na proskinisis.

Kimissou kè san sikothis kati tha sou karisso
Tin Boli kè ti Venetia ti Chio mè ta karavia
Na yinis andras zakoustos s'anatoli kè dhissi
Kavala stin aya sofia na pas na proskinisis."

    Elle venait de chanter deux fois de suite le même complet. Sa voix avait été douce comme de la soie, lente, pleine d'émotion et tellement belle. Et bien sûr, grâce aux murs si performant du Cinderella, Weena avait bien sûr tout compris. Voici d'ailleurs ce que donnait la traduction français :

"Dors, et quand tu vas te lever, je vais te donner un cadeau
Constantinople, et Venise et Chios avec ses bateaux;
Que tu deviennes un homme fameux à l'Est et à l'Ouest,
Pour chevaucher jusqu'à Ste Sophie et prier là-bas."

    Athéna décida ensuite de fournir quelques explications à son amie. Elles ne les auraient pas données à n'importe qui, car cette chanson lui était très chère, et qu'elle le chante à quelqu'un, c'était très rare. Il lui semblait même que la seule autre personne à l'avoir entendue, c'était Hélios. Ce traitre.

    -Tu sais Weewee... Cette berceuse... Mes parents me la chantaient quand j'étais petite. C'est une vieille berceuse grecque et... Parfois, je rêve qu'ils sont encore là, à me la fredonner pour que je m'endorme. Mon frère aussi essayait de la chanter parfois, mais c'était toujours un massacre ! - elle eut un petit sourire triste - Il n'était vraiment pas doué pour le chant... D'ailleurs, à la fin, il me la chantait plus pour me changer les idées quand j'étais triste. Ca me faisait tellement rire ! Ils... me... manquent...

    Après cette dernière phrase, deux grosses larmes salées roulèrent sur les joues pâles d'Athéna. Des souvenirs lui revenaient en mémoire. C'était si beau, et si douloureux. Elle se souvenait des moments où elle chantait cette berceuse. Ses parents et son frère arrêtaient leurs activités et s'asseyaient pour l'écouter. Après, émus, ils lui disaient qu'elle avait une voix de Déesse. Déesse. C'était le surnom que son grand-frère lui donnait. Seul lui avait le droit de l'appeler comme ça. Ses parents en étaient réduis à "ma princesse", par exemple. Et encore aujourd'hui, elle ne tolérait pas que quelqu'un l'appelle Déesse. Pas même ses amis. Elle laissait passer Athie... Elle n'aimait pas beaucoup, mais de la bouche de ses amis, ça passait encore.

    Weena toujours dans ses bras, Athéna ferma les yeux. Elle aurait voulu s'abandonner toute entière. Mais elle n'en avait pas le droit. Le passé était le passé. Il ne reviendrait pas. Il fallait aller de l'avant, seuls le présent et le futur comptaient. C'était la jeune blonde dans ses bras qui lui avait apprit ça. Il fallait vivre. Et pour cela, rester enchainée au passé était la pire chose à faire. Il était révolu, terminé. Disparu, envolé. Pour toujours.
1st Class
1st Class


« Athéna P. Sélès »

Messages : 198

Boarding Pass
Nationalité: Grecque
Age du personnage: 20 ans
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Poupée de glace Sam 4 Juin - 11:49

Weena fut tout de suite subjuguée par la beauté de la chanson d'Athie. La mélodie contenait et déversait tout ce que les mots ne pouvaient exprimer, créant quelque chose de splendide. Quelque chose d'une intensité presque indescriptible, immortel, inoubliable. C'était un peu comme une thérapie qui s'exprimait par le chant. Une autre façon d'extérioriser ses sentiments. Certains pleuraient et montraient leur tristesse, d'autres riaient pour cacher leur peine … Il y avait tant de façons de faire. Mais le chant d'Athie était sans nul doute le plus beau que Ween' entendait de toute sa vie. Elle en avait pourtant entendus, des berceuses ou des choses du genre. Elle avait aussi chanté de nombreuses mélodies très connues, ou crié a tue-tête des chansonnettes dans les couloirs du train. Car c'était sa manière à elle de cacher l'ombre de son cœur. Faire la folle, l'excentrique, l'extravertie … Tout cela pour ne rien laisser paraître et se composer un masque de joie et de bonheur pur. Un masque de mensonge.

La jeune américaine se doutait un peu qu'Athie ne voulait pas qu'on l'entende, car c'était souvent le cas de tous ceux qui veulent rester un peu seuls ou qui ont honte de se laisser aller devant les autres. Mais Weena n'était pas de ces gens trop pudiques, renfermés sur eux-mêmes. Elle, c'était plutôt montrer à tout le monde ce qu'elle savait faire, quitte à subir des plaisanteries ou des moqueries. Car elle se fichait bien du regard des autres. Mais la grecque n'était sûrement pas comme ça. Seulement, elle ne s'était pas interrompue quand Weena était arrivée. Elle n'avait rien fait pour cesser sa mélodie. Alors peut-être que la présence de Ween' ne la gênait pas trop. Peut-être que celle-ci avait quelque chose de particulier qui incitait Athéna à être libre de se laisser aller. A moins qu'elle ne l'ait tout simplement pas remarquer, ce qui était sans doute la raison la plus probable.

Dès qu'Athie eut terminé sa chanson, Weena l'enlaça tendrement en faisant passer tout l'amour qu'elle lui portait dans cette étreinte. Elle la complimenta doucement, et son cœur était apaisé. La flamme ardente qui consumait son âme s'était atténuée, la laissant reposée et calme. Son amie lui rendit maladroitement son étreinte, comme si elle n'était pas habituée. Comme si elle n'avait jamais fait de câlin. Ce qui, en soi, n'aurait pas beaucoup étonné l'américaine si elle l'avait su, car Athie semblait tout sauf affectueuse et tactile. Juste renfermée. Et l'effort, si minime fut-il, fit sourire la jeune femme.

Puis la grecque proposa alors de lui chanter une autre chanson et sans attendre de réponse, sa voix s'éleva dans les airs. Magnifique et teintée d'une douce nostalgie.

    - Kimissou kè san sikothis kati tha sou karisso
    Tin Boli kè ti Venetia ti Chio mè ta karavia
    Na yinis andras zakoustos s'anatoli kè dhissi
    Kavala stin aya sofia na pas na proskinisis.

    […]"


Le couplet chanté deux fois était magnifique, d'une émotion sans borne. La voix d'Athéna avait été douce, si douce, comme un duvet de plume. Weena ne comprit pas tout de suite le sens de cette chanson mais elle se doutait qu'elle était très importante pour son amie, à la vue de l'intensité qu'elle y mettait.

    - Tu sais Weewee... Cette berceuse... Mes parents me la chantaient quand j'étais petite. C'est une vieille berceuse grecque et... Parfois, je rêve qu'ils sont encore là, à me la fredonner pour que je m'endorme. Mon frère aussi essayait de la chanter parfois, mais c'était toujours un massacre ! - elle eut un petit sourire triste - Il n'était vraiment pas doué pour le chant... D'ailleurs, à la fin, il me la chantait plus pour me changer les idées quand j'étais triste. Ca me faisait tellement rire ! Ils... me... manquent...


Weewee … Un de ces nombreux surnoms. Celui qu'Athie employait le plus, à vrai dire. Ce n'était de toute façon pas la seule à l'utiliser, mais dans sa bouche, la jeune fille avait l'impression qu'il résonnait autrement. D'une autre façon, différente. Indescriptible. Elle fut d'ailleurs touchée au plus profond d'elle-même en apprenant la source de cette berceuse. Elle aurait tant voulu que l'enfance de sa meilleure amie soit belle et joyeuse. Elle aurait tant souhaité que celle-ci ne vive aucune des horreurs qu'elle avait dû subir. Elle aurait tant aimé …

Quelques perles salées coulèrent doucement sur les joues de la grecque et Weena s'empressa de les essuyer, déposant un bisou sur chaque larme pour la faire disparaître. Elle était honorée d'avoir pu entendre cette chanson, et elle ne savait pas quoi dire pour étouffer la peine de son amie. Elle n'était pas très douée pour réconforter les gens, et se contentait souvent d'être juste présente. D'être là, avec son optimisme sans borne et ses rires innocents. Parfois, c'était suffisant. Parfois, non. Alors elle garda son amie dans ses bras, attendant que sa tristesse s'envole comme elle était venue. C'était bon, de laisser couler ses larmes de temps en temps. Il ne fallait jamais se retenir. Se laisser aller, doucement, couler. Sombrer. Et ressortir vivant et plus serein. Mais certaines personnes ne comprenaient pas cela. Il fallait pleurer pour avancer. Pour vivre. Il fallait regarder les obstacles, les narguer et les éviter. Mais on pouvait continuer de décharger sa peine en marchant. Toujours.

    " Pleure, petite poupée de glace. Laisse toi aller. Je suis là. Près de toi. Je ne te laisserai pas. Jamais."


Elle desserra alors son étreinte et plongea son regard dans celui de son amie. Elle lui fit un grand sourire, comme pour faire disparaître toute cette peine, cette tristesse qui se peignait sur son visage. Il n'y avait que joie et bonne humeur. Elle se leva prestement et fit quelques pas de danse. Son envie de bouger s'était rallumée, et la flamme de son âme également. Il fallait qu'elle fasse quelque chose. Et amusant. Sinon, cela n'en valait pas la peine. Elle fouilla du regard les objets qu'il y avait sur le sol et fut attirée par les balles colorées. Elle avait déjà jonglé, quelques petites fois, mais peut-être s'en rappelait-elle encore. Après tout, il y avait toujours un moyen de s'amuser dans le train et lancer des balles en l'air était une de ces occupations. Elle attrapa deux balles pour commencer, une rouge et une bleue, et se mit à jongler. Avec un peu de difficulté, certes, mais ce n'était pas si mal que ça. De toute façon, tant qu'elle ne faisait pas tomber les balles, elle se fichait du reste !

Elle adressa un immense sourire à Athie, curieuse de voir sa réaction. Elles étaient dans un cirque et Ween' décida qu'il fallait s'adapter à son environnement. Alors faire l'artiste était une bonne façon de s'accommoder. C'était parfait ! Elle pressa son amie.

    "Athéna ! Viens t'amuser avec moi !"

1st Class
1st Class


« Weena E. White »

Messages : 34

Boarding Pass
Nationalité: Américaine
Age du personnage: 17 ans
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Poupée de glace Mar 21 Juin - 9:16

  • Weena écouta. Elle écouta la berceuse jusqu'au bout, en s'imprégnant de la mélodie. Athéna lui en fut reconnaissante. Ce n'était pas tous les jours qu'elle laissait quelqu'un la voir ainsi. Cette chanson, elle ne l'avait jamais chanté à personne d'autre qu'à sa famille. Jamais. Et elle avait eu peur, en prenant la première inspiration, que la petite blondinette ne se moque d'elle. Ou toute autre réaction désagréable. Mais ça n'avait pas été le cas. Weena avait été très respectueuse. Athéna espérait que cette courte chanson grecque l'avait touchée. Ses larmes coulaient maintenant sans retenue, silencieuses et salées. Elles dégoulinaient sur ses joues pâles, formant de petites rigoles, et certaines finissaient leur course sur les lèvres rosées d'Athéna, et d'autres glissaient jusque sur son cou, pour finir par être absorbées par le tissu de ses vêtements. Weena la tenait toujours serrée dans ses bras, attendant que le flot de larmes se tarissent.

    Cela dura de longues minutes avant que Weena ne lâche son amie pour aller inspecter le matériel de cirque à disposition. Athéna vit son amie disparaitre dans l'amas d'objets entassés, puis réapparaitre quelques secondes plus tard. A la main, elle tenait deux balles de couleurs différentes, idéales pour le jonglage. Athéna resta assise à regarder la petite blonde s'essayer aux arts du cirque, sachant très bien qu'elle aime serait incapable de rattraper correctement les balles. Il fallait qu'elle trouve autre chose, une occupation quelconque pour se sortir de sa tristesse. Ses yeux n'étaient plus humides, et les larmes séchées lui tiraient la peau. Athie frotta doucement ses joues, puis se laissa glisser sur ses pieds. Tandis que Weena s'exerçait toujours, Athéna disparut à son tour dans l'amas d'objets.

    Il faisait plutôt sombre dès qu'on s'enfonçait dans ce coin de la piste. Athéna ne savait donc pas quoi choisir. Surtout qu'elle n'avait aucune aptitude particulière. Les arts du cirque, elle aimait les regarder, mais ils n'étaient pas faits pour elle. C'est pour cela que, après quelques minutes de recherches infructueuses, elle regagna la lumière, là où se trouvait son amie. Elle allait s'asseoir dans le sable, à contempler les mouvements de Weena, quand elle aperçut quelque chose, accroché au plafond, qui se balançait doucement. Après quelques secondes, elle comprit qu'il s'agissait d'un trapèze. Son regard se promena un peu partout dans l'immense wagon, en quête de quelque chose pouvant l'aider à grimper là-haut. Elle ne trouva rien, en partie à cause de la pénombre. L'objet de sa convoitise devait bien se trouver à cinq mètres de hauteur...

    -Dis Weewee... Tu m'aiderais à monter là-haut ?

    Athéna avait dit cela d'un ton pensif en désignant du menton le trapèze. Athéna avait vraiment envie de monter là-haut, sans pour autant pouvoir s'expliquer pourquoi. Elle avait eu l'occasion d'en faire, quelques fois, quand elle était petite. Et elle avait adoré la sensation grisante de se balancer au-dessus du vide, la peur d'une chute fatale qui donnait des ailes... On était si bien en hauteur, loin de tout, loin des autres, seuls dans son univers. On pouvait défier la gravité, s'amuser quelques minutes à faire comme les oiseaux. C'était comme une drogue. Et Athéna avait envie d'y replonger.

    [Court, horrible, longue attente... >< Désolée !]
1st Class
1st Class


« Athéna P. Sélès »

Messages : 198

Boarding Pass
Nationalité: Grecque
Age du personnage: 20 ans
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Poupée de glace Dim 3 Juil - 13:51

Malgré tout ce que l'on pouvait penser de Weena et de son extravagance débordante, malgré ce caractère que l'on pourrait juger de sans-gêne et sans limite, la jeune fille savait écouter. Elle était de celle qui sont toujours là pour les autres, à entendre ce qu'ils ont à dire et à essayer de les réconforter. Elle n'avait jamais manqué un rendez-vous pour consoler une amie ou un ami. Elle ne s'était jamais dérobée et elle n'avait pas l'intention de commencer maintenant. Alors elle écouta tout ce qu'Athie avait à lui dire, même si c'était sous la forme d'une berceuse. Il ne lui était jamais passé par la tête de se moquer de son amie ou de la mépriser. Jamais. C'était totalement impensable, impossible. Elle écouta le doux bruit des larmes qui coulent sur les joues et qui tombent sur le sol, lentement, presque silencieusement. Elle écouta le silence qui s'imposa après quelques minutes. Et elle attendit que la vague de perles salées cesse.

Puis elle se décida enfin à bouger, examinant tout ce qui pourrait remonter le moral de son amie dans le bazar du cirque. Il y avait de tout ! Des balles au quilles en passant par des ballons et des planches ou des diabolos. C'était amusant, rien qu'à voir. Et même si le désordre régnait, ce n'était pas pour autant que cela désespérait la jeune américaine. Après tout, il fallait voir l'état du sol de sa petite chambre pour remarquer qu'elle devait vivre dans le même bordel. Elle repéra deux balles de couleur qui lui plurent immédiatement et s'en saisit avant de les soupeser délicatement dans sa main. C'était parfait pour recommencer !

Elle se plaça devant son amie et commença à jongler, d'abord doucement puis de plus en plus vite. Les deux balles changeaient de place constamment, sans rester plus de deux secondes dans la main de Weena. C'était joli, ce ballet de bleu et de rouge. Elle s'arrêta quelques secondes, attrapa une troisième balle - jaune cette fois - et recommença. Bon, fallait avouer que c'était pas facile mais elle se débrouillait pas trop mal. Faut dire que son agilité et ses réflexes l'aidait beaucoup ! Sans quitter les balles des yeux, elle perçut le déplacement d'Athie qui cherchait quelque chose dans l'amas d'objets en tout genre mais elle revint bredouille. Apparemment, elle n'avait pas trouvé son bonheur. Weena jonglait toujours, surveillant discrètement son amie pour qu'elle n'aille pas faire trop de bêtises, même si elle était plutôt mal placée pour faire ça. Puisqu'en général, c'était elle qui faisait les conneries.

    - Dis Weewee... Tu m'aiderais à monter là-haut ?


Weena rattrapa les trois balles dans une seule main et leva la tête. Elle aperçut le trapèze qui se balançait, poussé par un souffle de vent venu de nulle part. C'était vachement haut, et il n'y avait rien en dessous pour assurer la sécurité en cas de chute. Et la jeune fille n'avait pas du tout envie que la petite loutre se fasse mal. Mais téméraire comme elle était, elle était sûre qu'elle le ferait quand même alors elle ne voyait pas pourquoi elle le refuserait à son amie. Ses sourcils se froncèrent quand même : elle n'avait aucune idée de comment elle allait pouvoir aider Athie à se hisser la haut. Mais elle trouverait bien un moyen.

    « Ok. Si c'est vraiment ce que tu veux. »


Elle fouilla du regard le cirque abandonné, cherchant une quelconque poignée qui ferait descendre le trapèze. Parce qu'après tout, même les artistes devaient bien avoir une astuce pour y monter ! Elle chercha sur les murs, écarquillant les yeux pour essayer d'avoir la moindre parcelle de lumière qui viendrait à travers sa pupille. Parce qu'il n'y avait tout de même pas beaucoup de lumière et c'était assez agaçant.

Au bout d'une bonne demi-heure, elle finit pas trouver le levier qu'elle cherchait, couvert de poussière. Preuve qu'il n'avait pas servi depuis bien longtemps. Elle l'abaissa sèchement et avec un grincement sinistre, le trapèze tant convoité commença à descendre doucement. Weena revint là où se trouvait son amie, un grand sourire aux lèvres.

    « Trouvé ! Allez, grimpe demoiselle ! »


Weena attendit que son amie s'installe et vérifia qu'elle n'allait pas tomber. Parce qu'elle savait qu'elle s'en voudrait toute sa vie si c'était le cas. Une fois à peu près certaine que ça n'allait pas lâcher, elle recula et sourit de plus belle.

    « Prête ?! »


Elle n'attendait pas spécialement de réponse et se faufila jusqu'au levier qu'elle remonta brusquement. Un nouveau grincement lui fit comprendre que le trapèze remontait et elle retourna en vitesse au milieu de la piste. Elle leva les yeux et éclata de rire en voyant son amie tout là-haut, comme un oiseau perché ou comme une déesse que l'on aurait élevée au niveau des cieux ...
1st Class
1st Class


« Weena E. White »

Messages : 34

Boarding Pass
Nationalité: Américaine
Age du personnage: 17 ans
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Poupée de glace Mar 2 Aoû - 11:51

  • Athéna avait à peine finit de formuler sa question que Weena stoppait ses trois balles de couleurs et acceptait de l'aider. Et pendant que la petite blonde cherchait de quoi aider son amie, Athie se rendit compte, une fois de plus, à quel point quelqu'un comme elle avait de la chance d'avoir quelqu'un comme Weena.
    Elles étaient si différentes, toutes le deux. Elle n'avait aucun trait de caractère en commun, aucune passion commune. Elles appartenaient au même camp, et cela s'arrêtait là. Weena était joyeuse, pleine de vie, souriante, insouciante, gentille. Athéna était tout le contraire. Froide, tourmentée, associable, toujours triste. Elles n'auraient jamais pu s'apprécier si Weena n'avait pas eu cette faculté à aimer tout le monde. Et la grecque avait été touchée par tant d'innocence et de gentillesse dans un même corps. L'esprit d'Athéna s'envola vers quelques rencontres qu'elle avait faites. Il y avait Kim, la Controllers. La jeune femme ne l'avait pas du tout appréciée. Parce qu'elle n'aimait pas les personnes ayant du pouvoir, autre que magique. Parce que les gens comme cela finissaient toujours par abuser de leurs pouvoirs. Et ils faisaient n'importe quoi, faisaient souffrir des innocents.
    Les scientifiques et leurs commanditaires avaient du pouvoir. Ceci explique cela.

    Puis, trente minutes plus tard, Weena revint. Elle avait trouvé le levier qui permettait d'abaisser le trapèze. Même si Athéna lui en fut très reconnaissante, elle ne la remercia pas. Elle se contenta de sourire, sachant très bien que Weewee saurait l'apprécier à sa juste valeur. Elle souriait si rarement.
    Quand le trapèze fut assez bas pour qu'elle puisse monter dessus, Athéna s'assit dessus comme sur une balançoire, et attendit que son amie aille le remonter. Pendant ce temps, elle s'attacha les cheveux en une haute queue-de-cheval faite à la va-vite. Des mèches s'échappaient de toutes parts, et cette coiffure lui donnait un petit air innocent et enfantin en la rajeunissant. Weena choisit ce moment pour actionner le levier, et le trapèze remonta si brutalement qu'Athie faillit finir dans le sable. Elle se cramponna de toutes ses forces pour rétablir son équilibre. Quand cela fut fait, elle déchaussa ses ballerines blanches, qui s'écrasèrent en bas, dans le sable. Weena était revenue. La jeune femme savait qu'elle s'inquiétait pour elle. Mais elle ne tomberait pas. Athéna ne tombait jamais. Et, le jour où cela arriverait, ce serait pour ne jamais se relever.

    Le trapèze s'arrêta, elle pouvait enfin bouger. Athéna commença par prendre de la vitesse, en bougeant les jambes comme si elle était sur une balançoire. Cela faisait si longtemps qu'elle n'avait pas fait ça ! Quand elle était petite, en Grèce, et qu'elle vivait encore une vie paisible, elle avait fait du cirque. Malgré cela, elle ne savait pas jongler, ni tenir sur une balle qui roule, ni faire du monocycle. La seule chose qui l'avait intéressée était le trapèze. Elle avait immédiatement adoré être en hauteur, loin de tout le monde. Presque comme un oiseau, à la différence près qu'un oiseau n'avait pas besoin d'un trapèze pour s'élever.
    Athéna revint dans le monde présent. Mais le monde s'était légèrement modifier. Elle ne voyait plus rien en bas. Plus rien n'existait, ni le train, ni le passé, ni le futur. Il n'y avait qu'elle, le trapèze, et le vide dont elle se jouait. Elle n'avait jamais eu peur du vide. Le vide était son ami. Elle l'avait dompté. Il ne lui ferait jamais de mal. Athéna n'était jamais tombée.

    Elle avait maintenant de la vitesse. Elle pouvait commencer à faire des choses. Petite, elle n'avait pas eu le temps d'apprendre grand chose lors de ses deux heures de cours hebdomadaires. Mais en vérité, elle s'entrainait en cachette, en plus. Et sa témérité sans limite, son dédain total du danger et de la mort lui permettait de réaliser des figures complètement insensées. De plus, sa grande agilité, comparable à celle d'une loutre, l'aidait grandement. Athéna s’enivra de cette sensation qu'elle n'avait pas ressentit depuis si longtemps et, sans prévenir, se laissa tomber en arrière. Seule une cheville habilement bloquée l'empêcha de s'écraser dix mètres plus bas. Et elle continua, sans plus se soucier de rien. Athéna enchainait les figures, toutes plus osées les unes que les autres. Ces figures n'avaient pas de nom et n'existaient pour personne. C'était Athéna seule qui avait inventé ces mouvements. Ils faisaient transparaitre toute sa peine, sa solitude, sa détresse. C'était beau, et dérangeant à la fois.
1st Class
1st Class


« Athéna P. Sélès »

Messages : 198

Boarding Pass
Nationalité: Grecque
Age du personnage: 20 ans
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Poupée de glace Mer 31 Aoû - 16:54

Tout ce que voulait Weena, c'était faire plaisir à Athéna. Par tous les moyens ! Elle aurait pu faire n'importe quoi pour elle, aussi bien sauter d'un pont que lui faire des chatouilles ou tout simplement, l'aider à monter sur le trapèze. Réaliser ses voeux, c'était tout ce qu'elle voulait. Enfin, pour le moment. Quand elle était avec elle quoi. Elle remerciait d'ailleurs le destin, la chance ou les coïncidences qui les avaient mises toutes les deux sur le même chemin, au même moment. La jeune fille ne croyait pas vraiment au hasard des choses, se disant que si les choses se passaient ou pas, influencées par les évènements précédents. Il n'y avait pas de destin écrit, pas de ligne droite tracée sas qu'on pousse la faire tourner. Il n'y avait rien de tout ça. Juste un enchaînement de choses.

Elles étaient pourtant si contraires, si différentes. Mais les gens disent souvent que les contraires s'attirent et Weena le comprenait, maintenant. Elles se complétaient. Elle l'aimait tellement, cette jeune fille si renfermée sur elle-même, trop timide et discrète, presque silencieuse. Elle aurait voulu lui donner un peu de sa joie de vivre, de sa gaieté. Pour que Athéna sache pour une fois ce que cela faisait d'avoir envie de bouger, de courir dans tous les sens et de crier en allant voir les gens pour leur parler du beau temps et du trajet du train. Elle voulait que son amie connaisse ça, ce bonheur qu'elle ressentait. Cette sensation qu'elle avait quand elle se disait que c'était beau la vie, qu'elle avait de la chance d'être vivante et en bonne santé malgré les 2nds classes qui rodaient.

Suivant donc le souhait de la jeune femme, Weena partit à la recherche du levier qui permettait de descendre ou de monter le trapèze. Parce qu'il y en avait forcément un, pour que les acrobates puissent y grimper lors des spectacles. Enfin ... Vu l'état de la salle, cela devait faire longtemps que plus personne n'était venu, laissant le Cirque abandonné se délabrer jour après jour, se couvrant d'une épaisse couche de poussière et de toiles d'araignées. Elle ne le trouva qu'au bout d'un certain temps et elle l'abaissa vivement, forçant sur la rouille qui s'était peu à peu installée. Elle revint en vitesse au centre du cirque et sourit à Athéna, satisfaite. Celle ci lui sourit également, sans dire un mot. Et son visage en fut éclairé, sublimé. C'était tellement beau, tellement rare ! Weena l'apprécia parfaitement, le dévora des yeux, l'admira. C'était magnifique.

Athéna monta alors sur le trapèze, comme sur une balançoire. Dès qu'elle fut assurée que son amie ne tomberait pas, l'américaine retourna au levier pour le remonter et ainsi, faire relever la barre suspendue. Lorsqu'elle revint, Athéna s'était attachée les cheveux et commençait sa lente ascension vers les cieux. Enfin ... Lente d'apparence seulement, car le trapèze remontait vite et sans douceur. Weena remarqua que la grecque avait failli tomber au moment de la remontée, mais elle serra les lèvres et ne dit rien. Athéna était très agile et elle ne tomberait pas. De toute façon, la jeune fille n'avait d'autre choix que de lui faire confiance et de croire en elle. Car à cette hauteur, si elle tombait, elle ne pourrait rien faire ... La femme-loutre enleva alors ses chaussures qui finirent leur course sur le sable, quelques dizaines de mètres plus bas. Dans un instant d'extra-lucidité, Weena vit Athéna faire la même chose et elle eut la peur de sa vie. Elle respira un grand coup et essaya de calmer son appréhension, avec beaucoup de mal.

Le trapèze s'arrêta enfin de monter et Athéna prit son envol. Elle balança ses jambes, gagna de la vitesse. On aurait vraiment dit qu'elle volait, comme un oiseau. Un aigle, magnifique. Elle semblait loin de tout, loin du présent. Loin de ses propres pensées, loin d'elle. A moins que ce ne soit le contraire et qu'elle soit tout près de son âme, tout près de son essence. Et puis ... Elle se laissa tomber en arrière. La chute. Mortelle. Stoppée in extremis par le pied de la jeune fille. Weena avait hurlé sur le coup. De peur, de terreur même. Elle aurait regretté toute sa vie si son amie était réellement tombée. Elle aurait pleuré, hurlé jusqu'à la fin de ses jours. Car elle se serait sentie coupable. Heureusement, Athéna semblait contrôler la situation. Elle enchainait les figures, gracile silhouette au milieu des cieux, presque à la hauteur des nuages. L'américaine l'observait d'en bas, admirative. Fascinée. Elle ne la quittait plus du regard, se laissant bercer par ses acrobaties toutes aussi impressionnantes les unes que les autres. Captivantes.

Weena pouvait ressentir toute la détresse qu'il y avait dans cet enchainement de figures, toute la solitude et le cri qu'elle voulait faire sortir autrement que par ses cordes vocales et sa bouche. Toute l'angoisse, le désespoir, presque. C'était une façon d'alléger la douleur et l'américaine le comprenait parfaitement. Elle le ressentait au fond d'elle-même, au fond de son coeur et de son âme, elle qui n'avait jamais connu que l'amitié et la solidarité. Elle n'avait jamais été seule car il y avait sa soeur, Willow. Sa moitié, sa jumelle. Sa raison de vivre, son rayon de soleil. Alors non, elle ne connaissait pas la solitude. Mais la simple pensée d'être seule trop longtemps la peinait profondément. Elle ne voulait pas qu'Athéna ressente ça encore. Elle voulait que son amie sourit enfin à la vie. Elle voulait la voir heureuse.
1st Class
1st Class


« Weena E. White »

Messages : 34

Boarding Pass
Nationalité: Américaine
Age du personnage: 17 ans
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Poupée de glace Ven 11 Nov - 11:40


    Il y eut un cri, en bas.
    Un cri qui la fit sourire.
    Parce qu'il était la preuve de la fascination du public, de sa stupeur, de sa concentration.
    C'était Weena qui avait crié. Son amie.

    Alors qu'elle enchainait les figures au danger certain, son élastique avait glissé. Il s'était perdu en bas, dans le sable. On ne le retrouverait sans doute jamais, tant le bazar en contre-bas était dense. Et puis, on ne le chercherait pas. Une fois redescendue, Athéna n'y penserait sans doute même pas. Et Weena ? Non plus, certainement. Les cheveux à présent libérés d'Athéna dansaient avec elle, sans rythme, sans discipline. Les mèches noisettes virevoltaient, en parfaite contradiction avec les gestes de la jeune femme. Ils n'étaient jamais en accord. Ils n'allaient jamais dans la même direction. C'était un ballet ininterrompu, haletant. On ne savait sur quoi poser le regard, et quand bien même on parvenait à se décider, le mouvement était trop rapide pour que nos yeux aient le temps de se poser. Ce manège dura un temps indéfini. Sur le coup, Athéna aurait juré qu'il avait duré des heures. Puis, plus tard, en repensant, elle trouvera ce souvenir toujours plus court. Trop court.

    Et elle se souviendra de cet instant précis, où, dans une position indescriptible, rayonnante de beauté, de douleur et de tristesse, elle fut prise d'une envie de lâcher prise, de se laisser emporter par le vent, tel un oiseau. Mais la pesanteur n'a pas de prises sur un oiseau. Elle avait alors vu ses mains lâcher les cordes, ses chevilles quitter la barre de bois. Elle avait vu la chute, lente, douce, promesse d'un salut tant attendu. Le tableau était si poétique. Si beau. Divin. Elle voyait chaque détail, le sol se rapprochant, la collision inéluctable... Mais dans ce tableau vint se greffer le visage de son amie, en bas, qui retenait son souffle. Elle voyait le visage ravagé, emplit de larmes et de tristesse, un cri bloqué dans la gorge. Elle voyait toute la peine qu'elle pourrait causer. Alors elle renonça à son projet fou. La Mort attendrait bien quelques temps encore. Elle n'était plus à ça près. Et puis, Athéna s'était toujours promis de ne pas mourir seule. Elle emporterait du monde avec elle. Des gens qui ne méritaient pas la vie.

    Alors Athéna ralentit le rythme, se rassit sagement sur la barre. Voyant cela, elle était sûre que Weena comprendrait qu'il était temps de la redescendre, de la ramener dans le monde terrestre. Ce monde qu'Athéna détestait tant. Mais le royaume des oiseaux n'était pas pour elle. Elle pouvait s'en rapprocher, mais jamais en faire partie. Une immense vague de mélancolie submergea Athéna. Ces moments de liberté, d'euphorie étaient si rares, si fugaces. Elle se força à sourire. Parce que, si elle avait l'air triste en revenant sur le sable, Weena chercherait à comprendre, croirait que ça ne lui a pas fait plaisir. Et elle s'en voudrait, et elle se poserait des questions. Et Athéna n'avait aucune envie de lui dire que faire du trapèze lui rappelait son enfance. Le cirque, elle ne l'avait pas fait toute seule. Il y avait son frère avec elle, son frère qu'elle aimait tant. Lui non plus n'était doué pour rien d'autre que pour le trapèze. On avait finit pas les mettre en groupe, tous les deux. Juste eux. Ils ne s'étaient jamais liés d'amitié avec les autres enfants du cours. Ils étaient restés tous les deux, comme toujours. Heureux.
1st Class
1st Class


« Athéna P. Sélès »

Messages : 198

Boarding Pass
Nationalité: Grecque
Age du personnage: 20 ans
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Poupée de glace Lun 28 Nov - 10:27

Avez-vous déjà vu un déesse qui vole ? Un oiseau qui prend sa liberté ? Une loutre qui perd ses chaînes ? A ce moment là, pendant qu'elle observait la danse silencieuse de son amie, Weena pensait à ces comparaisons qui lui semblaient justes. Juste au dessus d'elle, c'était réellement une petite princesse qui de débarrassait de son carcan pour prendre son envol et partir loin, très loin. Jusqu'à ne plus revenir. C'était comme voir la capture de l'évasion (assez paradoxal, certes) en direct. C'était beau. Magnifique. Sublime. Splendide. Divin. Et les mots lui manquaient pour décrire la grâce dans laquelle évoluait Athéna, petit bout de femme perché sur un bout de bois.

La jeune américaine aurait adoré faire cela, sentir le vent provoqué par les mouvements rapides et fluides glisser dans ses cheveux, être libre et pouvoir se défaire de tous les soucis, là-haut, perchée au milieu des étoiles. Elle aurait adoré mais c'était impossible. Elle n'avait pas la maîtrise de la grecque ni cette assurance qui émanait d'elle comme des vagues apaisantes. Elle n'avait pas le vertige, loin de là. Elle aimait même beaucoup la hauteur, la sensation d'adrénaline qui la parcourait chaque fois qu'elle ne touchait plus le sol, comme si elle avait l'impression de toujours pouvoir tomber. Parfois, elle y pensait. La chute serait-elle assez longue pour comprendre que la fin était proche ? Ou juste assez courte pour une dernière pensée pour les personnes proches ? Elle n'en savait rien et au fond, peut-être n'avait-elle même pas envie de le savoir. C'était bien trop triste, tout cela. Et elle, elle ... Elle vivait dans un monde haut en couleur, où seule la joie avait sa place. C'était ça, le Weena's world. Et cela lui convenait parfaitement.

Doucement, petit à petit, le trapèze ralentit. La fougue qui avait envahi ces deux cœurs s'apaisa également et les laissa toutes les deux soufflées et haletantes. L'une parce qu'elle s'était laissée aller comme elle l'avait voulu et l'autre parce que voir la liberté personnifiée était quelque chose qui marquait profondément et que l'on n'oubliait pas. Lorsque la barre fut plus ou moins stabilisée, Weena retourna vers le mur et actionna le levier. Le bruit réconfortant des poulies qui se mettent en marche pour faire descendre son amie se fit entendre.

Lorsque celle-ci posa un pied sur le sol, Weena l'observa attentivement. Elle remarqua immédiatement qu'Athéna s'efforçait de lui cacher une peine qu'elle ne pouvait comprendre alors elle ne fit aucune remarque. Si la grecque voulait parler, alors elle le ferait. Elle ne l'avait jamais forcée à faire quoi que ce soit et ce n'était pas maintenant qu'elle allait commencer. Et puis, prononcer une parole dans ce silence apaisant lui semblait digne des plus grands sacrilèges. Elle était sereine et le feu de son âme qui commençait à se raviver peu à peu n'était pas encore assez brûlant pour la faire retourner dans son monde de bonheur. Mais elle n'y reviendrait pas toute seule : elle comptait bien entraîner Athéna avec elle.

Quel était le sens du bonheur s'il n'était pas vécu avec ses amis ? Quel était le sens de la vie elle-même si elle était sans couleur ? Un monde en noir et blanc, ce n'était pas ce que l'américaine voulait. Et elle ne l'aurait sans doute jamais. Car le noir et blanc étaient faits pour les gens solitaires. Et ni Athéna ni Weena ne l'était. Et ça, tout le monde le savait.

Parce que les amis sont les couleurs du monde et le sens d'une vie.
1st Class
1st Class


« Weena E. White »

Messages : 34

Boarding Pass
Nationalité: Américaine
Age du personnage: 17 ans
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Poupée de glace Aujourd'hui à 10:57




« Contenu sponsorisé »


Revenir en haut Aller en bas

Poupée de glace

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Train Station :: 
Le Cinderella ;
c'est toute ma vie !
 :: Le Wagon bric à brac :: Cirque
-
Sauter vers:
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com