Partagez|

Eugène Fitzherbert.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: Eugène Fitzherbert. Mar 31 Mai - 11:12

۩ Eugène Fitzherbert ۩



"On devrait toujours être légèrement improbable."
Oscar Wilde.

Fiche d'identité

Né(e) : 30 Janvier
Age : Vingt-et-un ans
Sexe : Masculin
Nationalité : Suisse.
Groupe voulu : 1st Class.
Animal : Gecko Léopard.
Situation amoureuse : Célibataire.
Surnoms : Divers et variés.
Chanson thème :

I think I'd prefer to stay inside...

Eugène n'est pas un garçon bien compliqué, ni vexant. Trouvant vite qu'il était bien laborieux de faire avec ses envies et celles des autres, il a décidé de garder les siennes à l'intérieur de son être, pour se fondre totalement aux exigences d'autrui. On le verra toujours acquiescer à l'apport d'un avis sur un débat, trouvant toujours que les autres ont raison de toute manière. Ce comportement révèle sa très grande flemmardise, qui aura raison, tout au long de sa vie, de la plupart de ses projets et de ses ambitions. Pourquoi se compliquer la vie, et la rendre fastidieuse, quand on peut simplement la laisser vivre et couler toute seule ? N'étant pas contraignant pour un sou, il lui arrive de paraître joyeux quand il pense que la situation le demande, triste quand il voit que les autres le sont. Le jeune homme pourrait être une sorte de calque tant il a besoin des autres pour savoir comment se comporter. Eugène est le genre d'homme à vivre l'instant présent, bien qu'il lui échappe régulièrement. Pas si sûr de lui et de ses capacités, il préfère largement remettre au lendemain ce qui est faisable le jour même, tant qu'il juge la situation gérable. On pourrait d'ailleurs le qualifier d'hypégiaphobe, tant il ne parvient jamais à prendre ses responsabilités. Partisan du moindre effort donc, ou comme il aime à le penser, à son adaptation à la vie ennuyeuse. Eugène ne s'étonne plus, et c'est bien là le problème. Las de tout et de rien, il n'arrive pas à trouver quelque chose pour l’embringuer dans un projet fou, une passion, un passe-temps, une personne capable de le sortir de sa semi-léthargie. Il a bien parfois essayé, et surtout parce qu'on le lui avait demandé, de s'investir dans quelque chose.. Mais ce fut peine perdue à chaque fois. Eugène restait le même, un homme moyen, sans assez histoire pour paraître intéressant aux yeux des autres. Étant bien humain, quand même, le jeune adulte a parfois quelques tics et manies, dont il ne serait se défaire. En réalité, il n'aurait pas la volonté nécessaire pour changer, également. En rentrant dans une pièce, ou en extension quand il va dans un nouvel endroit, il ne peut s'empêcher de sortir sa langue pour tester la température. Ouvrant en grand la bouche pour se faire, il reste dans cette amusante positions quelques secondes, puis continue son chemin. S'arrêtant toujours pour le faire, c'est un réflexe, et lui même ne s'en rend plus compte. Qu'on lui fasse remarquer ? Il en haussera les épaules, promettant de se corriger. Ah, Eugène, où comment l'image du petit singe qui joue des cymbales dans la tête d'une personne peut alors prendre tout son sens.


•••



Plutôt sociable tout de même, il a la capacité d'avoir toujours su s'entourer des personnes prête à palier ses manques et faiblesses. Plutôt bon ami, et puisqu'il n'est jamais en désaccord avec personne, il se voit souvent être le confident de ces demoiselles, quand les hommes le voient simplement comme le bon pote. Jamais plus loin. Certains ont tenté de se lier davantage à lui, mais encore une fois, cela semblait si..complexe pour le jeune homme, qu'il préférait hausser les épaules, ou accepter, avec toute la mauvaise foi possible et imaginable. Eugène a la fâcheuse tendance à tout intérioriser, de la plus petite peine, à la plus grande joie. Ce qui en découle certains moments de "folie", où, incapable de contrôler tout ce qu'il a enfouit, il devient remuant, expressif à souhait, presque trop exagéré. Dans ces moments précis, il passe du coq à l'âne comme de l'angoisse à l'euphorie. Ce n'est qu'une fois calmé qu'il peut recommencer, appréciant tout de même ces petits instants où il est capable de lâcher prise.


•••
Eugène, de part sa capacité particulière et l'animal qu'il incarne de temps à autre, a également laissé certains comportements déteindre sur sa personne. Extrêmement frileux, il ne supporte pas avoir froid. Les couchent d'habits qu'il pourrait porter sur sa peau n'y changeraient rien, car il cherche constamment de la chaleur provenant directement des rayons du soleil, où, dans le pire des cas, du chauffage ou de la chaleur humaine. Bien que pas très enclin à se frotter aux autres, s'il n'a pas d'autre choix, il ira se coller à la première personne venue, quémandant de sa chaleur corporelle. Il n'aime pas vraiment en parler, mais comme pour tout, se laissera habilement faire si on en vient à le questionner. Sa saison préférée est donc l'été. Ses mains sont toujours froides. Dans n'importe quelle circonstance. De plus, il lui arrive, pendant certaines périodes, d'être complètement décalé par apport aux autres. Préférant vivre la nuit, il dormira le jour, dans un endroit clos, voir, en se créant un petit cocon bien douillet. Du côté de ses goûts, Eugène n'aime pas manger d'insectes ni de petits animaux non.. Mais il affectionne plus particulièrement la nourriture froide que chaude, se penchant bien plus vers le salé que le sucré. Il exècre le chocolat, qu'il soit noir, blanc, au lait, avec des éclats de n'importe quoi...Plutôt amusant pour un Suisse. De part son passé d'enfant des campagnes, Eugène affectionne énormément les différentes odeurs de la nature. Il aime sentir l'odeur du foin plus que tout au monde, et pourrait même s'apparenter à un droguer reniflant son rail avec manque, quand il est privé de cette odeur sur une trop longue prériode.




This was a triumph.


Mon histoire commença dans la ferme familiale. Un endroit que j'ai toujours aimé d'ailleurs, et qui encore maintenant, reste cher à mon cœur. Si je devais être pointilleux, je vous aurai certainement raconté mon passage presque forcé par l’hôpital, les longues heures de souffrance de ma Mère, quand celles de mon Père étaient parsemées d'angoisses et d’inquiétudes. Même en grandissant, je n'ai jamais réellement compris pourquoi les Pères avaient si peurs. C'était le propre de la femme que d'accoucher non ? On ne pouvait même pas compter le nombre de naissance à la seconde dans le monde.. Alors pourquoi craindre une chose qui se révélait être si commune ? Certainement que je n'ai jamais le bon sens de la logique, ou bien, parce que je ne suis pas encore père moi même. Toujours est-il que je suis né en pleine santé. Un bon gros bébé des campagnes, pesant pas moins de quatre kilogrammes et cent centigrammes. L'anecdote veut que le médecin ait du gifler ma Mère, qui, trop fatiguée par l'effort à fournir, en avait plus qu'assez de pousser. Bref, ma naissance n'a rien d'extraordinaire, et même moi je sais que tout le reste se veut plus intéressant.. Relativement parlant. Mes premiers mois se faire sans soucis, et si l'on se tient à la parole de mon Père, je fus un nourrisson bien bruyant, qui tardait même à faire ses nuits. Mes parents étant des éleveurs de bovins, le manque de sommeil ne sembla pas leur manquer tout ça. Certaines grossesses de vaches porteuses s'étaient déjà révélées bien difficiles, et ils avaient vite pris l'habitude de veiller sur les veaux. A côté d'eux, je paraissais presque être un cadeau de Dieu. Je me calmais dès que l'on me berçait de toute manière, et encore plus rapidement quand je pouvais plonger mon regard dans celui de ma mère, qui me chantait de ces comptines que j'aime toujours autant. Des mois passèrent encore, et voila que je leur facilitai un peu plus la vie en apprenant à marcher. Il paraîtrait que je me suis lancé en voulant attraper la queue d'un veau qui n'arrêtait pas de battre l'air... Ou bien une manière de plus d'avoir de jolies petites histoire à raconter entre amis, durant les repas où je dormais depuis longtemps. Si l'on devait retenir quelque chose de ma petite enfance, je dirai que ce fut ce long mois de coqueluche. Non vacciné contre la maladie, je la contractai à presque deux ans, faisant la frayeur la plus importante pour ma Mère. Comme tout le reste, je n'en ai aucun souvenir, et je suis toujours en vie, ça ne dut pas être si dramatique en somme.. Non ? Et pourtant, c'est à partir de ce moment là que ma Mère ne cessa de me choyer, me surprotégeant même. Je n'avais plus le droit de gambader parmi les vaches, et encore moins d'aller jouer dans le foin. Je devais rester sage, rester à la maison et jouer comme n'importe quel bambin de ville. Et dire qu'à l'époque, j'adorai déjà jouer les petits explorateurs en culotte courte, ou plus précisément en salopette. L’Été était toujours agréablement chaud, avec une légère brise sur mon doux visage d'enfant. Mais non, j'allais apprendre à jouer aux puzzles, aux jeux d'intérieurs, à regarder la télévision... C'est ainsi que j'entrai dans ma fatidique période du "Non", refusant tout et n'importe quoi, et n'ayant que comme argument que ces trois petites lettres ridicules. Frustré de ne pouvoir m'écorcher convenablement les genoux et les coudes comme n'importe quel enfant, cette étape de ma vie dura.. et dura encore.

Et alors que les autres enfants allaient en cours normalement, il fut décider que j'étudierai à la maison. Pourquoi ? Je n'ai connu que deux raisons officielles. La première était que venant d'un village, il me faudrait du temps pour m'y rendre, et qu'avec ma particularité que je ne maîtrisais pas encore, j'étais particulièrement vulnérable face aux humains. Il m'arrivait de me transformer sans m'en rendre compte, et surtout lorsque j'entrai en plein conflit du "non". Ah oui, ces trois bonnes vieilles lettres. Toujours aussi frustré de ne pouvoir découvrir le monde, du haut de mon mètre vingt, je n'avais toujours pas passé cette étape, rétorquant toujours la même rengaine, les bras croisés et la tête tournée sur le côté, à son maximum. Maman a du avoir peur de m'inscrire à l'école, de surcroit. Peur que je refuse tout, peur que je tombe malade, peur de tant de choses... Mais moi, je ne demandais que cela, toujours peiné de devoir vivre comme un veau en enclos. Et puis je ne comprenais pas tellement pourquoi des gens de notre apparence viendrait à me faire du mal. Bon, j'étais un enfant assez difficile, qui tentait de s'échapper chaque jour de la maison - et qui y arrivait de temps à autre - mais je risquai simplement de perdre mon nom sur la liste du Père Noël, du haut de mes huit ans. Et heureusement qu'il y avait mes cousins et cousines. Venant de la ville, ils venaient toujours prendre un bon bol d'air frais pendant les vacances. Plus grand que moi, j'avais alors le droit de sortir sous leur surveillance, dans un certain périmètre, tout de même. C'était les moments que j'attendais le plus, et j'aimais particulièrement me faire porter sur le dos de Capucine, qui avait déjà 14 ans. Avec eux, je pouvais courir, je pouvais faire de véritables expériences d'enfants. C'est d'ailleurs les meilleurs souvenirs que je garde de mon enfance, parce qu'il se passait toujours quelque chose de fort amusant. C'est aussi à cause de l'un de ces moments que j'ai changé du tout au tout, alors que j'avais gagné en âge et en - sale - caractère. Il n'y avait qu'avec Célestin et Capucine où les trois petites lettres s'envolaient réellement. J'arrivais à être normal, à justifier mes choix sans me voir borné dès le départ. Ca restait néanmoins beaucoup plus compliqué avec mes parents et les autres personnes qui ne pensaient qu'à me confiner. Mais voila, lors d'une douce matinée d'été, et alors qu'il était de mise de sortir pour attraper les têtards dans le petit cours d'eau qui longeait les champs voisins, nous tombâmes, avec Célestin et Capucines, sur de bien étranges personnes. Deux hommes, ou des femmes, encore maintenant je n'en suis pas réellement certain. Vêtu de cuir pour la saison chaude de l'année.. La vision pittoresque de ces deux adultes m'avaient d'abord arraché un sacré rictus, avant de vite m'effrayer, puisque j'étais encore si jeune. Une discussion assez absurde s'en suivie, et je laissais mes cousins s'en occuper, étant bien plus âgés que moi. Il était question de partir avec eux, et je ne comprenais pas tellement. Célestin semblait avoir tout compris, et je ne manquais pas de lui tirer la chemise pour en savoir davantage. ‹ Ne t'en mêle pas Eugène et retourne à la maison. › Ont été les seuls mots qu'il daigna m'adresser. Mais non ! Il n'allait pas devenir comme Maman après tout ! Je lui rétorquai mon magnifique ‹ Non. › Avant de rester sur place, croisant les bras et me laissant tomber sur les fesses, regardant l'herbe un peu jauni par la chaleur de la saison. Le reste semble assez flou dans ma mémoire, et certainement qu'elle eut bien fait de ne pas me faire souvenir. Je me souviens d'un coup à la tête, de mes pleures, et de Capucine qui se fit enlever alors que Célestin était à terre, frappé également. On m'expliqua par la suite que ces hommes étaient de ceux qui faisaient du mal aux personnes de notre genre. Pourquoi ? Je ne l'ai jamais su, et cela reste encore la plus grande des énigmes pour moi. Toujours fut-il que je me vis complètement traumatisé par cet évènement, changeant du tout au tout. Une certaine peur inconsciente s’immisça en moi, et pour éviter de devoir subir le même sort que ma cousine disparue, j'adoptais le comportement inverse de mon enfance et répondait oui à tout, trouvant toujours que mes parents avaient raison. Pas totalement en réalité, et si mon esprit critique s'est normalement développé, je décidai de toujours être d'accord avec tout le monde, pour éviter les conflits, pour éviter de disparaître à mon tour. C'était mon ‹ Non. › qui avait tout déclenché, et je me refusais presque à le dire, désormais.



Je crois que les années suivantes se passèrent plutôt bien..selon moi. J'étais bien plus facile à vivre pour Maman, puisque je ne refusais plus à aller dans son sens. Et pourtant, de son côté, elle craignait encore et toujours que l'on vienne me chercher, comme c'était arrivé à Capucine. Et du haut de mes douze ans, alors que l'adolescence n'avait pas encore pointé le bout de son nez, je n'arrivais à croire qu'elle puisse être morte, ou blessée, ou mal. Certainement qu'elle allait revenir comme d'un de ces films qui arrivent à m'émouvoir aux larmes. Chaque jour, je regarde quelques minutes par la fenêtre de ma chambre. Je ne sais pas tellement où regarder, mais si elle doit réapparaître, ça sera bien devant mes yeux non ? Ca s'est toujours passé ainsi dans les films de l'après midi. Célestin n'ai plus venu à la maison depuis. Il paraîtrait qu'il est parti en France, dans un endroit plus sûr pour lui et sa famille. Mais nous, avec tout le bétail, on n'a jamais pu véritablement bouger.. Et comme on n'a jamais fait tellement de bruits dans notre village de Suisse.. Mais Maman, elle n'a jamais réussi à se défaire de cette peur depuis, et comme je n'ai jamais voulu la voir souffrir, j'ai décidé de faire tout ce qu'elle me demandait, même si ça pouvait être ridicule parfois. Papa nous a construit un abri sous la maison. Et de temps à autre, Maman nous y a fait enfermer. Ca a duré quelques heures parfois, comme plusieurs jours. Je n'ai jamais pu m'empêcher de penser que son comportement était de plus en plus étrange. Mais je n'ai jamais posé de questions, parce que je n'avais pas envie de la déranger.. Ou d’alimenter sa peur, également. Et puis, alors que j'allais sur mes seize ans, il s'est passé quelque chose d'important, encore. Papa a parlé d'un train qui passait par là, un train pour les gens comme nous. Je n'ai jamais compris en quoi j'étais différent des autres, mais je n'ai jamais rien dit contre. En fait, je n'avais pas le droit d'écouter cette conversation, mais maintenant que je suis calme, c'est bien plus facile de me transformer. Et comme je me transforme en petite chose, c'est bien plus facile d'écouter les conversations interdites. Il a eu des cris, des pleurs, et une sorte de résignation je crois à la fin. Ce que je n'avais pas compris tout de suite, c'était qu'il était question de m'envoyer dans ce train, mais moi seul. Papa a évoqué ses bêtes, qu'il ne voulait pas quitter, Maman a évoqué le manque d'argent, qui ne permettait que de prendre qu'un billet véritablement. Pourquoi moi ? Pourquoi Maman ne part pas elle ? Je n'ai jamais eu peur, alors elle devrait y aller à ma place. Mais j'ai gardé cet avis pour moi et quand il fut temps pour moi de me préparer, je l'ai fait, sans laisser transparaître une seule opposition. Maman m'a promis de me rejoindre ce jour là, mais elle a menti, sa voix tremble toujours quand elle ment. J'ai seize ans et je quitte tout ce que j'ai toujours connus jusqu'alors. J'ai l'air un peu idiot à me faire embrasser par ma mère qui s'agite autour de moi pour que je sois bien présentable, mais je m'en fiche totalement. Elle m'a promis d'avoir moins peur une fois que je serai parti et son sourire était bien plus sincère que son précédent mensonge, alors je veux bien faire ça pour elle. Le petit enfant en moi doit être bien heureux de partir à l'aventure, mais moi, grand gaillard sur le quai d'embarcation, j'ai une trouille immense.


Train Station ▼ A bord du Cinderella

Comme expliqué plus haut dans son histoire, Eugène est dans le train depuis quelques années déjà, depuis qu'il a quinze ans. Ses parents ont décidé de l'y mettre pour le protéger, tant la rumeur voulait que la machine se voyait être l'endroit le plus sûr au monde pour les personnes de leurs genres. Depuis, il y vit sans réellement y être, ne s'étant pas réellement attacher à une personne en particulier. Toujours serviable et d'avis de tous, il lui arrive parfois d'être à l'amont de quiproquos, sans grandes incidences sur la vie de train. Plutôt discret donc, il préfère largement trouver un endroit désert, plutôt que de se mêler à d'autre. Le train a aussi vu naître sa première histoire d'amour, ou du moins, la première histoire où il ne put réellement se dérober. L’anecdote veut qu'il n'est su satisfaire sa petite amie, et que celle-ci, au caractère plus que trempé, désespérait de le voir toujours de son avis, sans jamais prendre de décision. De l'extérieur, l'on dirait qu'il se fichait d'être vu avec ou pas, ce qui n'était pas réellement faux, voir pas du tout. Le temps passa et la jeune fille du quitter le train. Fort heureusement pour Eugène, qui n'aimait pas recevoir ses foudres à chaque fois qu'il avait le malheur de la croiser. Le jeune homme, maintenant adulte, n'a pas d'avis sur le conflit entre les 1st class et les 2nd class. En réalité, il en a un, mais préfère le taire, comme pour tout le reste. Il lui ait arrivé d'approuver un 2nd class en train de le descendre, juste par habitude de dire oui à tout. Eugène se dit que toute manière, s'il n'embête personne, il ne sera pas embêté en retour.

Apparence

Couleur des yeux : Verts.
Couleur des cheveux : Bruns.
Taille : Un mètre et soixante-treize centimètres.
Poids : Soixante-huit kilogrammes.
Style vestimentaire : Plus troubadour qu'autre chose. Eugène affectionne les chapeaux, les vêtements semblant appartenir à un autre temps, qui reviennent tant à la mode.
Maitrise

Animal : Gecko Léopard.
Quoi qu'est-ce ? Le gecko léopard est un petit lézard fort sympathique. Petit lézard très docile, il se laisse facilement manipuler et s'habitue à rester sur votre épaule si vous le voulez. Pour lui, vous devenez une grosse souches chaudes qui se déplace. Sa couleur sauvage est jaune/beige avec des taches noires ou brunes foncées à la manière du léopard, d'où vient son nom. Sa taille adulte est entre 20 et 25cm incluant la queue ce qui fait de lui un beau petit lézard qui ne prendra pas beaucoup de place.
Maitrise : Eugène maîtrise plutôt bien sa capacité à se transformer en petit lézard à la peau de léopard. Souvent très calme et toujours dans ses pensées, il a vite pu faire le lien entre sa sérénité et la facilité de se transformer qu'elle pouvait engendrer. Dans ses moments de stress et d'angoisse, quand il craque, il se voit incapable de changer de forme. Même si danger il y a et même avec le plus grand besoin ou la plus grande envie. Eugène a besoin d'être calme pour actionner sa particularité, c'est un fait. Une fois en Gecko, et quand il décide de reprendre sa forme humaine, une fatigue surprenante l'envahie pendant plusieurs heures. Si l'on est alors le jour, une envie irrésistible de dormir naîtra en lui.






Dernière édition par Eugène Fitzherbert le Sam 4 Juin - 7:35, édité 30 fois
1st Class
1st Class


« Eugène Fitzherbert »

Messages : 8

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Eugène Fitzherbert. Mar 31 Mai - 11:19

    Hey ! Bienvenue à toi sur le forum.
    Bonne chance pour la suite de ta fiche. :3
Controllers
 Controllers


« Ambre Patterson »

Messages : 47

Boarding Pass
Nationalité: Anglaise
Age du personnage: 27 ans
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Eugène Fitzherbert. Mar 31 Mai - 12:32

    BIENVENUE officiellement à bord Eugène !

    Eh bé, ton personnage semble être très simple tout en étant très complexe intérieurement. Ça promet d'être intéressant ^^ Et donc, pour correspondre à ton Caractère "flegmatique et arrangeant", voici ce que je te propose :
    ~ Chouette hulotte : pour le calme et l'intériorisation 8D
    ~ Gecko Tokay Léopard : pour la flemmardise et le manque de motivation...
    ~ Pieuvre : pour les "pétages de câbles" xD

    En espérant qu'1 de ces Animaux t'inspirera, je te souhaite BON COURAGE pour la suite de la rédaction de ta Fiche et n'hésite pas, si tu as un doute ou une question, le Staff est là <3
    -code validé-

__________________________________________

J'en suis FAN :
 


Dernière édition par Aaron Olivier le Mer 1 Juin - 11:46, édité 1 fois
Modérateur RP

Modérateur RP


« Aaron Olivier »

Messages : 223

Boarding Pass
Nationalité: Franco-Canadienne
Age du personnage: 22 ans
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Eugène Fitzherbert. Mar 31 Mai - 18:12

Bienvenue parmi nous, Eugène! =)
Je crois bien que tu es notre premier suisse! ^^ Caractère intéressant et bien écrit. Je ne peux qu'approuver les choix d'animaux d'Aaron, en espérant qu'ils te plaisent.
Bon courage pour la suite de ta fiche et à bientôt! =)

__________________________________________


Modérateur RP

Modérateur RP


« William Grant »

Messages : 219

Boarding Pass
Nationalité: Ecossais
Age du personnage: 19 ans
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Eugène Fitzherbert. Mer 1 Juin - 3:43

Spain *-* (Aheum pardon.)

Bienvenue parmi nous petit First Class! Bon courage pour le reste de ta fiche, et ton caractère me plait !

__________________________________________
--- ---
• Allan L. Hawkins; Né pour tuer •
Je suis fan de tout ça ! o/

Spoiler:
 
Modérateur CB

Modérateur CB


« Allan L. Hawkins »

Messages : 251

Boarding Pass
Nationalité: Anglaise
Age du personnage: 14 ans
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Eugène Fitzherbert. Jeu 2 Juin - 5:47

Bonjour,

Merci à tous pour l'accueil. Je me suis permis de rajouter un peu dans son caractère après avoir porté mon choix sur le Gecko Léopard. J'espère que ça ne dérangera pas. Je m'attelle donc à sa biographie aujourd'hui normalement.

Bonne journée.
1st Class
1st Class


« Eugène Fitzherbert »

Messages : 8

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Eugène Fitzherbert. Ven 3 Juin - 4:41

Aucun souci, monsieur Fitzherbert! Cela ne peut rendre ton personnage que plus intéressant! Wink
Invité


« Invité »


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Eugène Fitzherbert. Sam 4 Juin - 7:38

Bonjour,

Je viens prévenir de l'avancée de ma fiche, qui est à présent terminée. Toute critique, mauvaise ou bonne, est bien sur la bienvenue. J'aimerai également que l'on m'indique si certains détails ne paraissent pas assez réalistes, car c'est une chose important pour moi.

Bonne journée.
1st Class
1st Class


« Eugène Fitzherbert »

Messages : 8

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Eugène Fitzherbert. Dim 5 Juin - 10:38

Eh bien quelle histoire ! Moi je ne vois rien à y redire, c'est bien écrit ^^
Le seul truc, éventuellement, c'est l'absence d'introduction, concernant ta "particularité". En effet, elle apparaît un peu brutalement dans l'Histoire, et on met du temps à comprendre que finalement, toute ta famille fait partie des 1st Class et c'est pourquoi en parler alors que tu es si jeune n'est pas choquant.

Il y a aussi une minuscule incohérence : dans l'Histoire tu embarques sur le Cinderella à 16 ans, puis tu annonces qu'Eugène est à bord depuis qu'il y 15 ans Rolling Eyes
M'enfin bref, moi ça me convient (malgré quelques fautes xD) Wink

JE TE VALIDE
Animal : Gecko léopard pris
Avatar : recensé !

Tu peux à présent poster dans le Boarding Pass & le Trip Diary, et bien entendu jouer dans le RP !
Amuse-toi bien parmi nous et au plaisir de te croiser à bord ~♥

__________________________________________

J'en suis FAN :
 
Modérateur RP

Modérateur RP


« Aaron Olivier »

Messages : 223

Boarding Pass
Nationalité: Franco-Canadienne
Age du personnage: 22 ans
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Eugène Fitzherbert. Dim 5 Juin - 11:34

Bonjour,

Merci pour cette validation. Je passerai donc sur l'histoire pour y corriger les dernières fautes. Pour l'incohérence, je parle du fait qu'Eugène va sur ses seize ans lors de son embarcation, il en a donc quinze en réalité, il est juste dans l'année où il va fêter son seizième anniversaire. Pour la particularité, c'est voulu, et j'ai toujours la fâcheuse manie d'en dire le moins possible sur ce qui semble important, pour avoir le loisir de le développer en Rp.

Merci encore pour la validation, ainsi que les critiques. =) Bonne fin de journée.
1st Class
1st Class


« Eugène Fitzherbert »

Messages : 8

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Eugène Fitzherbert. Aujourd'hui à 10:56




« Contenu sponsorisé »


Revenir en haut Aller en bas

Eugène Fitzherbert.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Train Station :: 
En attendant le train,
découvre notre monde.
 :: → TICKET RESERVATION :: → OUR PASSENGERS
-
Sauter vers:
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit