Partagez|

◄ J'aurais du partir en courant [Pv Jesper]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: ◄ J'aurais du partir en courant [Pv Jesper] Lun 6 Juin - 13:59

    Sujet précédent

    Le livre avait donc eu l’immense honneur d’être mouillé par lui ? Bah voyons. Et il ne pouvait pas bénéficier de l’honneur d’être séché aussi ? Non, bien sûr que non. Et ce même livre s’était finalement retrouvé contre le torse du chasseur, alors que la blonde continuait de fixer ce dernier avec un sérieux inébranlable. Ou presque. Le jeune homme ôta repoussa délicatement le poignet de Drathir, avant de lui annoncer qu’elle avait son entière confiance. Et cette idiote ne s’en était même pas rendu compte. A force de ne faire confiance à personne, elle s’était habituée à ce que le monde en fasse de même, tout particulièrement avec elle. Et voila qu’en cet instant, c’était totalement l’inverse. S’en était presque nouveau pour elle, et de ce fait, c’était perturbant au possible. Et là, comment devait-elle réagir hein ? Continuer sur la voie de l’emmerdeuse solitaire, ou faire de Jesper un allié. En lui accordant une infime confiance. Le pire, c’est qu’il ne désirait rien d’autre, on aurait presque dit qu’il ne vivait que pour expliquer à la blonde qu’elle n’était pas seule. Il était fou. Fou de se fier au serpent qu’elle était. Et elle le lui rappela, quand ce même serpent scintilla au fond de ses prunelles vertes, des prunelles désormais plongées dans l’œil de même couleur de l’infirmier. Celui-ci s’était d’ailleurs rapproché pour finalement passer devant elle, s’éloignant à nouveau.

    Il fallut quelques secondes à la belle pour prendre conscience qu’elle devait avoir l’être d’une véritable idiote, ainsi plantée là, et elle daigna donc se retourner, croisant de nouveau l’unique œil de Jesper. Qui venait d’ailleurs de reprendre leur jeu, sur un ton moqueur, lui signalant qu’il ne voudrait pas d’elle dans les vestiaires, tout en prenant soin de la déshabiller du regard au passage. Ah, et en plus il venait de lui faire comprendre qu’elle était loin d’être jolie, ce qui était un peu paradoxal vu le regard qu’il lui jetait. Elle était difficile à cerner mais il pouvait l’être tout autant. Il semblait choqué par un simple baiser, et pourtant il ne se gênait pas pour la regarder dès qu’il en avait l’occasion, savourant presque ce qu’il avait sous les yeux. Et, de ce côté-là, Drathir savait que ce n’était pas uniquement par jeu, il y trouvait son compte. Quoi qu’il en soit, la blonde avait finit par répliquer rapidement, un sourire narquois aux lèvres, les yeux pétillants. Comme si elle était sérieuse. Je dis bien « comme si ».


    « Ne t’inquiètes pas, il y a trop de monde. Je comptais plutôt te trainer de force jusqu’à ma couchette. Et je suis flattée de voir que tu dévores tout de même des yeux la mocheté que je suis. »

    Et à son tour elle pénétra dans les vestiaires, afin de se changer. Elle surveillait également le plafond, ou du moins les murs de sa cabine. On sait jamais, l’infirmier pourrait – dans une soudaine attitude perverse – regarder par-dessus afin de la voir nue. Mais non, ce n’était pas le genre du rouquin bien sûr. Quoi qu’il en soit il ne fallut que peu de temps à Drathir pour se préparer, utilisant sa serviette pour s’essuyer elle enfila bien vite un débardeur blanc ainsi qu’un short noir. Et oui, elle se demandait encore qui était le con qui avait dit que les femmes mettaient forcement trois heures pour se préparer. En ce qui la concernait, ça allait toujours très vite, sauf quand il s’agissait de quitter son lit le matin. Peu importe, ce fut donc les cheveux encore légèrement humide qu’elle quitta la cabine pour retrouver Jesper. Ce dernier étant bien évidemment prête avant elle. Tsss. Mais c’est normal, un mec n’a besoin que de deux coups de chiffon pour se sécher. Pour une fille, c’était un poil plus long. Mais avant qu’il n’ait put faire la moindre remarque, la blonde leva la main pour le stopper dans son éventuel élan.

    « Au moindre commentaire j’explose la glace juste à côté, je récupère un morceau de verre et je l’utilise pour t’ouvrir du bas du ventre jusqu’à la gorge. Alors chut. »

    L’aurait-elle vraiment fait ? Non. Mais elle aurait vraiment explosé la glace avant de le menacer avec un éclat de verre, juste pour faire bonne mesure. Ce fut sans un mot de plus, mais la mine légèrement boudeuse, qu’elle finit par le suivre, sans trop savoir où il avait l’intention de l’emmener. Peu importe. Elle s’en contrefoutait, et savait qu’il n’était pas prêt de l’emmener dans son lit. Ce n’était pas son genre et elle en avait vite eu la preuve durant la fin de l’après midi. D’ailleurs on pouvait désormais dire qu’on était plutôt en début de soirée. Et ce fut finalement sans grande surprise que la blonde finit par se retrouver devant le cinéma. Jetant un coup d’œil furtif à la structure de l’endroit, elle finit par vriller son regard sur Jesper, tout en retrouvant son habituel sourire moqueur.

    « Tu n’espérais quand même pas que j’irais me blottir dans tes bras à cause d’un film d’horreur ? »

    Quoi que… elle lui offrirait peut être ce plaisir, mais en faisant de sorte que cela ne le gêne plus qu’autre chose. Drathir ne serait plus Drathir si elle n’emmerdait pas son monde. Et ce de toute les manières possible.

    Comme si rien ne s’était passé entre eux.
    Comme si ces paroles ne l’avaient pas perturbé.
    Comme si elle continuait de le haïr, profondément.

    Comme si... Comme si...
2nd Class
2nd Class


« Drathir Linath »

Messages : 47

Boarding Pass
Nationalité: Irlandaise
Age du personnage: 27 ans
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ◄ J'aurais du partir en courant [Pv Jesper] Lun 6 Juin - 16:00

  • C'est avec un sourire qu'il pénétra dans les vestiaires. Elle n'avait pas tort. Son comportement trahissait ses paroles. Comment dire à une jeune femme qu'elle est moche alors qu'on l'admire ? Pas au point de lui sauter dessus mais il faut reconnaître qu'elle est agréable à regarder. Un peu comme une œuvre d'art. On touche avec les yeux. Une fois dans sa cabine, il se sécha relativement vite. Enfilant un jean bien usé, un t-shirt noir à manche noir et ses converses bien trop vieille. Les cheveux mouillés, vraiment désagréable. Si seulement un Waiter ou un Controller pouvant sécher avec son pouvoir était à sa disposition. D'un pas nonchalant, il sortit du vestiaire et sortit un clope en attendant la belle. Et bah tiens, il ne l'avait pas dit ? Adossé au mur, il souffla la fumée qui était dans ses poumons. C'est alors que la blonde sortit des vestiaires pour venir le rejoindre. Il ne pu s'empêcher de passer son regard sur elle. Mais c'est humain non ? Un sourire étira ses lèvres mais la main de Drathir se leva sur son visage comme si elle venait d'anticiper la chose.

    - T'es pas marrante. J'ai même pas le droit de te dire que t'es belle ?

    Bien sûr, ce n'était pas du tout ce qu'il souhaitait lui dire au départ. Mais rien que pour l'embêter, si. Mais. C'est plutôt agréable d'être en sa compagnie, qui l'aurait cru. Dire qu'il pensait cela d'elle à ce moment alors qu'elle venait de le menacer. Et oui, elle voulait juste l'étriper, rien de mal. C'est ainsi qu'ils parcouraient ensemble le wagon, vers la sortie. Direction le cinéma pour Jesper, en espérant que ça lui plaise à l'autre. Et sinon, tant pis, elle n'avait a accepter. Il la voyait déjà s'ennuyer durant le film. Mais le risque, c'est qu'elle s'occupe en lui faisant vivre un calvaire. Arrivé au cinéma, Drathir ne semblait pas mécontente et lui lança alors une remarque qui lui donna un idée.

    - C'est moi où tu ne penses qu'à ça ? Te retrouver dans mes bras, m'embrasser... Vraiment obsédée. Quoique, je comprend. C'est pas tous les jours qu'on a la chance d'être en ma compagnie.

    Haha. Si seulement, il pouvait rire. Mais il faut savoir se retenir pour que ça fasse son effet. Jesper ne pensait pas un mot de ce qu'il venait de dire mais c'était marrant. Si drôle de jouer un rôle. Dans un sens, il oubliait un peu la réalité des choses. Soupirant légèrement, il s'engagea dans la file d'attente. Drathir allait être surprise. Prenant deux billets pour une comédie romantique – histoire de faire rager la blonde – il prit en même temps un pot de pop-corn. Et oui, l'infirmier était prévoyant, il ne voulait pas que la jeune femme meurt de faim. Dommage, il n'avait pas de caméra. Cela aurait été tellement énorme de filmer la blonde devant une comédie romantique. Il aurait pu ruiner sa réputation. Mettant les places dans sa poche, il tendit le pot de friandise à sa partenaire de cinéma.

    - Tiens, si tu as faim. Mais fais attention... Tout à l'heure, j'ai remarqué que tes fesses avaient un peu de surplus et ce n'était pas du muscle.

    Lui donnant un léger coup de coude, il lui sourit. Ayant retenu la numéro de la salle, il y entra en compagnie de la jeune femme, la laissant passer devant. Sa galanterie le perdra. Pour la place, il se contenta de suivre Drathir. Il s’assit à côté d'elle tout de même. Puis c'est seulement à cette instant, qu'une question lui vint à l'esprit. Pourquoi était-elle là, maintenant, avec lui ? Ce n'est pas vraiment son genre, enfin, c'est ce qu'il pensait. Et si c'était leur discussion qui avait tout changé ? Ce serait bien... Son œil était posé sur la demoiselle pendant sa réflexion et il sourit brièvement pour lui même. Il était content, enfin, il pensait. Tellement longtemps qu'un tel sentiment n'était apparu. Ce fut alors plus fort que lui.

    - Drathir, pourquoi tu as accepté de venir ici avec moi ? Je pensais que tu avais autre chose à faire de tes soirées... J'avoue que j'ai été surpris quand tu as accepté.

    Il lui sourit sincèrement, en espérant qu'elle ne lui réponde pas une connerie cette fois. Ses doigts attrapèrent un pop-corn et il le lança dans sa bouche. Le grain de maïs croqua entre ses dents. Un goût qu'il n'avait pas eu en bouche depuis bien longtemps. Quelques souvenirs remontaient à la surface. Mais Jesper évitait de les laisser l'emporter comme lors du baiser. Il reprit le dessus en se concentrant sur l'écran face à eux.
2nd Class
2nd Class


« Jesper Pederson »

Messages : 69

Boarding Pass
Nationalité: Danoise
Age du personnage: 29 ans
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ◄ J'aurais du partir en courant [Pv Jesper] Lun 6 Juin - 16:34

    Lui dire qu’elle était belle. Quelle bonne idée tiens ! Même si au final ce genre de compliments ne la touchait plus, son physique n’était pas vraiment sa priorité mais cela ne l’empêchait pas d’en jouer par moment. De toute façon il fallait bien s’entretenir si on voulait tuer de l’animal à bord de ce train. Enfin, peu importe. Ce qui l’amusa un peu plus, ce fut surtout la réplique du rouquin une fois qu’ils se retrouvèrent devant le cinéma. Elle se mordit doucement la lèvre, se retenant de rire, se contentant de jeter un coup d’œil outré à son compagnon du moment. Et elle, à force, elle finirait par croire qu’il n’attendait que ça. Bon c’est vrai qu’elle s’était déjà attelé à la tâche en l’embrassant à la piscine, mais elle pouvait faire bien plus. Si elle ne le connaissait pas, elle pourrait presque croire qu’il la tentait, même si dans ce cas il s’y serait très mal pris. Pour obtenir quelque chose de Drathir, il suffit presque de lui demander de faire l’inverse. Il fallait avouer que la demoiselle avait un esprit de contradiction assez impressionnant. Un esprit rebelle comme dirait certains. Mais revenons donc à nos deux compères. Ce fut un sourire narquois aux lèvres que la blonde répliqua.

    « Moi, obsédée ? Je dirais plutôt que le fait de t’embrasser était une preuve de mon courage et de mon audace, contrairement à toi qui te contente de baver en me voyant. T’es un beau parleur, mais un peu inactif »

    Mange toi ça dans les dents, et surtout ne t’en fais pas, le temps de digérer ce qu’elle venait de dire, elle aura déjà trouvé une autre saloperie à balancer. Et le pire. C’est qu’elle s’amusait. Ce fut donc l’ombre d’un sourire aux lèvres qu’elle le suivit dans la file d’attente, enfin jusqu’à ce qu’elle décide de l’attendre sur le côté. L’idiote. Elle aurait du le suivre et choisir elle même le film. Pourquoi ne l’avait-elle pas fait ? Aucune idée, pourtant elle s’assurait d’obtenir ce qu’elle voulait mais cette fois elle venait – bien qu’elle ne le sache pas encore – de faire avoir en beauté ! Bref, elle le vit finalement venir vers elle, un paquet de pop-corn à la main. S’emparant de ce qu’elle considérait comme son bien personnel, la jeune femme haussa les épaules à la réplique du rouquin avant de répondre à son tour, haussant un sourcil. Amusée.

    « Je suis ravie de le savoir. T’as remarqué d’autres détails sur mon physique ? T’es décidément très observateur dis donc »

    Et elle rentra dans la salle, avant de s’asseoir dans le rang du fond tout en s’assurant d’être installée bien au milieu. Elle préférait ne pas voir un film plutôt que de le voir en étant à l’extrémité d’une rangée, car dans ces cas là elle ne voyait que la moitié du film et ça gâchait toute la séance ! Et alors que le moment aurait pu être a peu près agréable, ce fut l’infirmier qui décida de tout gâcher, en posant une question sérieuse : qu’est ce qu’elle foutait ici ? Ahah, bonne question. Et bien sûr elle avait la réponse. Disons que la compagnie de Jesper n’était plus aussi déplaisante – du moins quand il ne lui rappelait pas qu’il lui avait sauvé la vie – mais il était hors de question qu’elle lui avoue un truc pareil. Plutôt se trancher la gorge sur le champ. Et puis sa réputation en prendrait un coup. Drathir qui apprécie quelqu’un et qui en plus le lui dit franchement ? Même pas en rêve. La blonde s’amusa alors à garder le silence, comme si elle faisait attention à bien choisir ses mots alors que sa réponse était déjà toute choisie. Ce fut finalement le plus sérieusement du monde qu’elle se tourna vers lui, vrillant ses prunelles vertes sur lui, pour finalement répondre, sur un ton tranquille qui ne tolérait cependant aucune contradiction.

    « Je suis venue juste pour t’emmerder. Et inutile d’insister je ne t’offrirais aucune réponse sérieuse. Tu n’as plus qu’à mettre en marche ton cerveau et ton sens de l’analyse, vu que tu es persuadé que ça te réussit plutôt bien jusque là. »

    Bon, ça c’était bien. Non seulement elle ne lui répondait pas mais en plus elle tentait de le faire douter sur tout ce qu’il pouvait croire à propos d’elle. Car elle ne voulait que ça. Elle ne désirait qu’une chose : être inconnue des autres. Que personne ne puisse vraiment la cerner, que personne ne puisse prétendre comprendre ce qu’elle ressent, que personne ne puisse prétendre la connaître. Elle n’aimait pas ça. Pourquoi ? Va savoir… Elle est juste ainsi. Quoi qu’il en soit la jeune femme se tourna de nouveau vers l’écran, prenant à son tour une poignée de pop corn qu’elle avala normalement – contrairement à son interlocuteur qui s’amusait à les envoyer en l’air avant – tout en observant les bandes annonces. Et enfin le film commença. Et en voyant le titre du film, elle manqua de s’étouffer avec son pop-corn. Ecarquillant les yeux elle se tourna vers Jesper.

    « Tu te fous de ma gueule ? Dis moi que c’est une blague et qu’on s’est trompés de salle, et à ce moment là seulement je te ferais la promesse de ne pas t'éclater la tête contre le siège de devant. »

    ça sentait en effet les scènes d’amour à plein nez. Un film à l’eau de rose, pitié. Tout mais pas ça.
2nd Class
2nd Class


« Drathir Linath »

Messages : 47

Boarding Pass
Nationalité: Irlandaise
Age du personnage: 27 ans
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ◄ J'aurais du partir en courant [Pv Jesper] Mar 7 Juin - 12:19

  • Jesper n'avait pas retenu la remarque concernant son manque d'audace. Son but était de la provoquer mais il n'oserait jamais, physiquement. Par contre, Drathir en était capable et elle le lui avait montré dans la piscine. Au final, son attaque ne lui fit rien... Même s'il s'en voulait légèrement de ne pas avoir son culot. Mais bientôt, il aurait sa vengeance. Apparemment, elle avait bien faim. La demoiselle avait prit les pop-corn et les tenait contre elle. Même si l'infirmier voulait le reprendre, il ne pourrait pas, c'était sûr. Décidément, c'est une tigresse dans bien des domaines... Pff, elle n'était même pas fâché par rapport à la remarque sur son physique. Ahlala, il se fatigué, ses commentaires ne l’irritaient même plus. Il prit alors un nouveau moment pour l'examiner en détail.

    - Observer, c'est mon métier, je te rappelle. Concernant ton physique, le reste est correct... Enfin, banal quoi. Mais si tu veux, tu viens me voir à l'infirmerie pour un examen plus approfondie...

    Non, Jesper ne lui dirait pas qu'elle est canon. Une fois dans la salle de cinéma, l'un à côté de l'autre, il mangea un ou deux pop-corn. Drathir faisait de même et semblait détendu. Alors qu'il prenait plaisir à ce bon moment, une question lui trottait dans la tête. Que faisait la belle avec lui, là ? Sans beaucoup d'espérance, il lui demanda le plus sérieusement possible pourquoi. Pendant un quart de seconde, Jes' cru qu'elle allait lui répondre sincèrement mais rien. Là pour l'emmerder hein ? Mais bien sûr. Il y avait une part de vrai mais Jesper se plaisait à croire que la belle aimait sa compagnie. Peut être que finalement, elle lui accorderait un peu de confiance à l'avenir. Le jeune homme ne la décevrait pas.

    - Tu as raison. Mon esprit d'analyse me dit que tu prends du plaisir à être en ma compagnie. Si c'est pas le cas, ne me le dis pas et laisses moi croire que c'est vrai.

    Jesper lui adressa un sourire puis piqua un autre pop-corn avant qu'elle ne mange tout. Le film commença et permis au jeune homme de détourner son regard vers l'écran. Comment pouvait-il garder son calme ? Il était à deux doigts d'éclater de rire, sentant la réaction de Drathir arriver. Il se mordit alors la lèvre inférieure. C'est alors qu'il entendit un bruit d'étouffement venant de sa droite. C'était sûrement le titre du film qui avait fait réagir la jeune femme. L'instant d'après, elle lui hurlait dessus. Ne pouvant plus se retenir, il se mit à rire en écoutant les menaces de la belle. Même s'il se payait un bon fou rire, il savait qu'il allait prendre cher par la suite.

    - Non, pourquoi ? Tu m'as laissé choisir à ce que je sache. Puis je te sentais romantique avant d'entrer dans la salle... Tu es dans ton élément. Si tu veux, je fais le mec qui s'étire et glisse un bras autour de tes épaules ?

    Doucement, il reprit son calme. Il se voyait déjà, comme ces débiles pour enlacer leur copine. Mais ce qu'il voyait surtout, c'était le poing de Drathir sur son nez s'il tentait cela. Les gens présent dans la salle étaient peu nombreux mais ils les regardaient maintenant. Il faut dire que la blonde est loin d'avoir sa discrétion. Peut être que sa blague n'allait vraiment pas plaire à la demoiselle et qu'elle allait se sauver ? Jesper ne pensait pas qu'elle le ferait, ce serait dommage. Et puis, le film pouvait être intéressant non ? Non, c'est vrai, ça va être nul. Maintenant, lui aussi était piégé. Amusant sur le moment mais maintenant, faut se le taper le film. Souriant, il donna un coup de coude à sa voisine. Restant sur ses gardes si jamais, elle voulait le frapper.

    - C'est qui, qui emmerde le plus l'autre hein ? Je crois que j'ai marqué un gros point là.

    Prenant un pop-corn, il le lança dans sa bouche puis croisa les jambes. Son œil passa de Drathir à l'écran. Faudrait peut être qu'il suit un minimum l'histoire. Un homme qui séduisait les femmes pour briser des couples. C'est toujours les mecs qui ont le mauvais rôle. Vive les clichés.

2nd Class
2nd Class


« Jesper Pederson »

Messages : 69

Boarding Pass
Nationalité: Danoise
Age du personnage: 29 ans
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ◄ J'aurais du partir en courant [Pv Jesper] Mar 7 Juin - 13:25

    Prendre du plaisir à être en sa compagnie ? Il pouvait toujours rêver. Elle supportait sa compagnie, ce qui n’était pas pareil. Ou encore, comme en cet instant, elle n’avait pris la décision de venir que parce qu’elle se serait ennuyée toute seule. Alors autant continuer à faire chier son monde un peu plus longtemps, non ? Cependant elle garda le silence, comme il le lui avait demandé. Autant le laisser rêver alors, si c’est ce qu’il désirait tant. Et puis merde, en quoi était ce aussi important pour lui de savoir pourquoi elle était venue ? Pourquoi voulait-il tant entendre la belle lui dire qu’elle appréciait – jusqu’à un certain point – sa compagnie. Pourquoi vouloir l’entendre exprimer des sentiments qui la répugnait elle même. Mais peu importe, elle pensa bien vite à autre chose en découvrant le titre du film et proférait donc des menaces. Des menaces qui fut superbement ignorées. Il fallait vraiment qu’elle pense à le frapper un coup, histoire de lui rappeler qu’elle ne disait pas que des paroles en l’air, ce n’était pas que du vent. Et elle était donc en train d’hésiter : devait-elle vraiment lui éclater la tête contre le siège de devant ? Hum c’était vraiment tentant, surtout qu’il s’était mit à éclater de rire, partant dans un véritable fou rire qui l’énerva profondément. Serrant les poings elle inspira silencieusement et finit par décider que non, elle ne le défigurerait pas ce soir. Elle trouverait bien un autre moyen – plus subtil – de l’emmerder. Et elle commença aussitôt en répliquant, lui jetant un regard mauvais qui prouvait qu’elle ne trouvait pas ça très drôle.

    « Le seul soucis étant qu’on se demande qui de nous deux est vraiment l’homme ici. »

    Elle ignorait totalement si ce genre d’attaque fonctionnerait. Généralement les hommes se vexaient facilement quand on venait à mettre en doute leur virilité, les traitants implicitement de tapettes. Enfin, elle verrait bien si la remarque toucherait le rouquin. Dans le cas contraire elle trouverait bien autre chose à lui dire. Dans un soupir agacé, elle fixa de nouveau l’écran, du moins jusqu’à ce qu’elle remarque que des gens s’étaient retournés pour les fixer. Leur jetant un regard assassin, l’air de dire « quoi tu veux ma photo ? » les concernés finirent par se détourner d’elle, la faisant soupirer à nouveau. La paix. Qu’on lui foute la paix. Ou elle allait arracher des têtes. Et voila que l’infirmier reprenait ses railleries, lui faisant remarquer qu’il venait de marquer un sacré point. Dans un tremblement dû à la colère, elle lui décocha un coup de poing dans le ventre avant d’approcher son visage de son oreille, pour lui murmurer le plus sérieusement du monde.

    « Bien, après ça j’ai l’intention de te gâcher le film avec des commentaires et des critiques, avant de te frapper à nouveau. Donc si tu veux sauver ta peau, je te conseille de courir très vite à peine la séance finie. »

    Et elle se redressa tranquillement, comme si de rien n’était. La blonde proférait un nombre incalculable de menaces, et ne s’exécutait pas toujours. Mais s’il ne devait la croire qu’une seule fois dans la soirée, alors c’était bien cette fois ci. Prenant une nouvelle poignée de pop-corn, elle dû retenir le grognement rageur qui menaçait de lui échapper. Il était exaspérant, agaçant, énervant, con, avec un humour qui ne lui plaisait pas toujours. Alors elle se le demandait encore, qu’est ce qu’elle foutait ici ? ça lui apprendra tiens, à dire oui sur un coup de tête, sans penser aux conséquences. En l’occurrence, elle était désormais obligée de regarder un film d’amour qui l’énerva d’ailleurs dès les premières minutes. Seul problème c’est que, comme le pensait si bien le rouquin, la jeune femme était loin d’être discrète. De ce fait chacune de ses critique était entendu par toute la salle, et bon dieu elle critiquait beaucoup. Et ce qui revenait le plus souvent, c’était bien la critique du scénario ou encore des manières qu’employait le personnage pour briser les couples.

    « Nan mais je rêve. Comme si dans la vraie vie il suffisait d’un seul regard pour que la femme décide de divorcer et de sortir avec ce mec qu’elle connaît à peine. Et POURQUOI dans les films les femmes sont toujours fragiles et connes. C’est quoi ce cliché hein ? Et évidemment elles sont polies. Et… rah bah évidemment elle pleure en apprenant qu’il s’est joué d’elle. Et lui ça l’amuse. Connard va. »

    L’insulte finale était cependant à double sens, disons que la blonde insultait à la fois le personnage à l’écran – qui était dragueur à un point irréaliste – mais également l’infirmier qui était à ses côtés, car c’est lui qui avait eu l’excellente idée de l’emmener voir ce véritable flop. Et en cet instant la blonde se retenait de tuer ce dernier. Et le film se poursuivait, et la blonde continuait de soupirer, critiquer et grogner, malgré les regards outrés – presque rageux – des autres spectateurs. Ah ça c’est sûr elle faisait chier son monde. Mais peu lui importait. Elle tenait à sa liberté et plus particulièrement sa « liberté d’expression » et ce quitte à empiéter sur celle des autres. Elle finit par se pencher à nouveau vers Jesper, pour lui murmurer à l’oreille, de nouveau sérieuse.

    « Finalement j’ai changé d’avis. Une fois le film fini, je ne compte pas te frapper qu’une seule fois. »

    Car oui, elle s'ennuyait trop pour se contenter d'un seul coup de poing. Il l’avait bien eu, mais une Drathir qui s’ennuie… c’est une Drathir qui tente de s’amuser comme elle peut. Et rien ne l’amuse autant que de martyriser ses pauvres compagnons.
2nd Class
2nd Class


« Drathir Linath »

Messages : 47

Boarding Pass
Nationalité: Irlandaise
Age du personnage: 27 ans
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ◄ J'aurais du partir en courant [Pv Jesper] Mar 7 Juin - 14:55

  • - Si tu veux un homme, va voir ailleurs. J'ai jamais su être un homme, bizarre hein ?

    Il lui sourit. Puis se concentra sur l'écran en volant des pop-corn à l'occasion. Drathir était littéralement en train de bouillir de rage. Jesper venait d'effectuer un vrai coup de maître. Sa fierté venait de monter en flèche, vraiment. Un peu plus et il s'admirait. De plus, le jeune homme était en train de la narguer en lui rappelant qu'il l'avait bien eu. D'ailleurs, ce n'était peut être pas une bonne idée. Comme un éclair, le poing de la demoiselle partit en sa direction pour finir par s'écraser contre son abdomen. Se mordant la lèvre inférieure, il encaissa tant bien que mal le coup. Heureusement qu'il avait plus ou moins l'habitude. Une légère coupure de respiration, il récupéra en toussant deux coups. Il sentit alors le souffle de la belle sur sa joue. Il eu un rire bref.

    - J'en ai rien à faire, je m'en fous de ce film. T'inquiètes pas, j'ai pas besoin de fuir. Je t'affronte sans soucis, tu doutes ?

    Que la blonde fasse bien attention. Ils n'étaient plus à la piscine. Cette fois-ci, il possédait ses gants. En quelques secondes, il les enfile et à partir du moment où il la touche, elle sera en difficulté. Hum... Drathir maîtrisée, il pourrait bien rire tout en l'observant, affaibli. Magnifique plan non ? Jesper pensait à cet instant qu'il était un génie. Alors que le film le dépassait, le jeune homme tourna la tête et observa la belle durant plusieurs minutes. Mine de rien, elle était à fond dans le film. Tout en admirant les acteurs, elle mangeait goulûment ses pop-corn. Le seul petit soucis, c'est qu'elle faisait des remarques à chaque scène. Elle jugeait bon de faire partager son opinion à tout le monde. Jesper la regardait toujours avec un regard amusé tout en l'écoutant attentivement. Un regard tendre était en train de s'installer.

    - C'est moi qui rêve. Tu es à fond de dans, remercies moi d'avoir pris les place pour ce film ! Et ces biens connu, vous, les femmes, vous êtes des petites choses fragiles. Même toi, malgré les airs que tu prends. On est tous fragile dans le fond, c'est comme ça.

    Finalement, ce film était l'occasion d'en apprendre un peu plus sur la belle. Alors que les minutes passaient, son œil restait posé sur Drathir. Ses remarques donnaient une idée de sa façon de pensées. Les gens commençaient à soupirer autour d'eux mais il s'en foutait. Il y a même deux personnes qui ont quittés la salle. Le seul soucis, c'est que maintenant, il n'osait plus prendre de pop-corn. Il allait encore s'en prendre une sinon, pff. D'ailleurs, il sentait toujours une petite douleur dans le ventre... Heureusement qu'il était un minimum musclé pour protéger ses organes. Les lèvres de la belle se rapprochèrent une nouvelle fois de son visage et il sourit à sa remarque.

    - J'aime quand tu me glisses des mots doux à l'oreille... Ça me fait un de ces effets.

    Passant sa langue sur ses lèvres, il jeta son œil sur l'écran. Bah ouais, une scène où une fille était légèrement dénudée, ça se loupe pas. Seulement, il se lassait. Il devait trouver une truc à faire, un truc à dire à sa voisine pour l'énerver ou bien la faire réagir. Une idée lui vint alors en tête. Peut être qu'il avait découvert la façon d'agir de Drathir. Il voulait en avoir le cœur net, risquant de finir en morceau voir dans un cercueil. Puis d'un coup, il se tourna vers elle, très sérieux. Il lui murmura alors quelques mots.

    - Tu sais, je crois que j'aime bien quand tu me frappes... J'ai compris que c'est comme ça que tu me montres ton affection, ton amour... Je suis touché. Il faut que tu exprimes tes sentiments, comme tu le peux.

    Puis comme pour parfaire le portrait qu'il jouait. Ses doigts effleurèrent ceux de Drathir comme pour lui montrer sa compréhension, son empathie et son encouragement à dévoiler ses sentiments. Son œil l'admirait presque. Il était tellement impatient d'avoir une réaction. Sérieux à souhait.
2nd Class
2nd Class


« Jesper Pederson »

Messages : 69

Boarding Pass
Nationalité: Danoise
Age du personnage: 29 ans
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ◄ J'aurais du partir en courant [Pv Jesper] Mar 7 Juin - 15:48

    Et lui, pour qui la prenait-il ? Pensait-il sincèrement qu’elle n’avait pas ses gants avec elle ? La jeune femme n’était pas suicidaire, et n’ayant jamais appris à compter sur les autres, elle avait apprit à compter sur elle même et également sur son arme. Cette dernière étant la seule chose que la blonde jugeait fiable et digne de confiance, aussi stupide cela peut être. Elle n’hésiterait donc pas à les enfiler, et n’hésiterait pas non plus à briser quelques côtes au rouquin si jamais ce dernier tentait la moindre chose contre elle. Comme un serpent. Car un serpent siffle, un serpent menace et il finit toujours par mordre. Mais revenons donc à ce film qui, d’après l’infirmier, semblait vraiment captiver la belle. Il fallait admettre qu’en critiquant ainsi la séance, elle devait bien s’y intéresser un minimum mais elle aurait tout donné pour voir autre chose. En effet, elle ne prend aucun plaisir à soupirer devant chaque scène d’un film, et préfère de loin le regard en silence, admirative et prête à tuer le premier qui oserait faire le moindre bruit. La blonde se tourna alors vers Jesper quand celui-ci annonça que tout le monde était fragile. Haussant un sourcil, elle répliqua.

    « Normal que l’être humain soit fragile. Il peut mourir si facilement… »

    Oui, bon, elle détournait largement le sujet là. Ils ne parlaient pas de la même fragilité, mais ça arrangeait plutôt la belle de pouvoir parler de la courte vie des hommes, qui peuvent d’ailleurs être tués à n’importe quel moment. C’était tellement plus simple que de parler d’une quelconque sensibilité intérieure, la fragilité de l’esprit et tout le tralala. Non pas que ce genre de sujet était tabou aux yeux de la jeune femme, mais cela le devenait lorsque l’on parlait de sa fragilité à elle. Car Jesper avait raison, tout le monde était « faible » comme elle le dirait si bien. Même elle, bien qu’elle ne veuille le reconnaître et bien qu’elle désire encore moins que d’autre s’en rende compte. Malheureusement le rouquin semblait bien partit pour tenter de lui arracher des bribes de vérité. Coriace. Ou suicidaire. Mais Drathir finit par penser à autre chose, finissant même par sourire – légèrement amusée – en entendant son compagnon du soir lui dire qu’elle lui faisait de l’effet lorsqu’elle lui murmurait des mots doux. Bah voyons, narquoise, elle rétorqua

    « Je te fais souvent de l’effet dis donc, et de pleins de manières différentes en plus. Je vais finir par croire que je te plais vraiment. »

    C’est vrai qu’à force. Entre les remarques sur son physique, puis sur ses simples paroles, on pouvait croire qu’il était vraiment attiré. Mais c’était jouer avec le feu, après tout elle le traînerait peut être de force dans sa couchette, et là non plus ça n’aurait pas été qu’une simple menace. A son tour, elle se replongea finalement dans le film, tout en guettant la réaction du rouquin face à cette scène où une femme se retrouvait nue. Bon, quoi qu’on en dise, un homme reste un homme. Prévisible au possible quand ça concernait les jolies filles. Et après c’était elle la petite chose fragile ? Il suffit de mettre une belle paire de seins sous les yeux d’un homme pour que ce dernier vous obéisse aveuglément et croit toutes les conneries que vous pouvez dire. Décidément, les femmes avaient un pouvoir considérable. Le pire, c’est que Drathir en avait parfaitement conscience. Et alors qu’elle s’apprêtait à sourire, ou lancer une remarque à ce sujet, le rouquin la prit de court et elle su, en voyant sa mine sérieuse, que la suite ne lui plairait pas. Bordel, alors un coup c’était elle qui plombait l’ambiance avec des questions à la con, et maintenant c’était son tour. Où va le monde !

    Elle aurait pu se contenter d’une réplique ironique, moqueuse, afin d’esquiver cette question qui décidément revenait souvent sur le tapis. Mais lorsqu’elle sentit la main de Jesper sur la sienne, elle ressentit sa compréhension et son empathie. Et la main que tenait le rouquin devint alors un poing, tremblant. Elle avait envie de le frapper, encore. Mais elle se donna le temps de se calmer, laissant un long silence suivre la question, pour finalement s’emparer de cette même main agaçante et entrelacés leurs doigts, comme elle l’avait fait à la piscine. Ce ne fut qu’à ce moment là qu’elle vrilla ses prunelles vertes – brillantes de colère – dans l’œil unique de son interlocuteur. Ce fut d’une voix froide, les mots claquants à la manière d’un fouet, qu’elle répliqua.


    « Tu veux quoi Jesper ? Ou plutôt, que veux-tu être pour moi ? Un allié, un ami ? Un frère qui serait là pour me protéger et me conseiller ? A la piscine tu m’as clairement fait comprendre que, de part mon égoïsme, il était impossible d’avoir une conversation sérieuse avec moi et pourtant tu reviens sans cesse à la charge pour évoquer mes sentiments. Je vais donc te le demander une dernière fois : arrête ça, tout de suite. Tu peux penser ce que tu veux, mais fais le en silence, ou je vais à mon tour évoquer des sujets qui fâchent. »

    Cela avait le mérite d’être clair. Et elle ne se répéterait pas. C’était tellement simple de lui demander de ne pas le juger, ne pas évoquer son passé, pour ensuite poser à la belle des questions sur ses sentiments, uniquement parce qu’elle ne les évoque jamais. Et puis il disait bien la connaître, alors comment pouvait-il imaginer une seule seconde qu’elle s’ouvrirait la première ? Et même s’il fait le premier pas, rien ne garantissait qu’elle réponde sincèrement à une question ensuite. Elle ne se sentait pas obligée de lui devoir quoi que se soit, pas même des réponses.
2nd Class
2nd Class


« Drathir Linath »

Messages : 47

Boarding Pass
Nationalité: Irlandaise
Age du personnage: 27 ans
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ◄ J'aurais du partir en courant [Pv Jesper] Mer 8 Juin - 12:02

  • Jesper soupira quand Drathir interpréta d'une autre façon la fragilité humaine. C'est tellement facile de transformer les paroles des autres pour en faire ce que l'on veut. C'était vraiment un problème pour elle, la fragilité. S'il en avait le pouvoir à cet instant, il claquerait des doigts pour mettre à nu la blonde près de lui. Pas dans le sens où il voulait la mater nue, hein. Même si... Bref'. La mettre à nue, mettre à jour sa fragilité, lui faire prendre conscience qu'elle est comme tout le monde. Mais c'était bien trop cruel, il n'oserait même pas. N'empêche qu'il la détestait quand elle faisait ça. La belle faisait semblant d'être forte, indétrônable. Alors qu'il y a encore une heure, il lui avait déballé ses vérités. Ce n'était plus la peine de jouer un rôle face à lui. Mais soit. Le jeune homme ne voulait pas d'un nouveau débat et que ça dégénère. Heureusement, la belle lui changea les idées en lui faisant remarqué sa sensibilité concernant ses charmes. Il se contenta de sourire

    - Je te l'ai déjà dit non ? Tu me plaît.

    Bon, les choses étaient en train de s'envenimer. C'est vraiment bizarre leur relation. Pendant un moment, ils sont capable de s'entendre parfaitement en déconnant et à d'autres, ils deviennent comme chien et chat, au bord de la tuerie. La jeune femme n'avait pas très bien cerné la boutade de Jesper. Il n'était en aucun cas sérieux en lui caressant la main et en lui confiant qu'il aimait être frappé. Mais la perche qu'elle lui tendait ensuite ne pouvait pas être abandonné. La main de la belle prit la sienne avec affection, ce qui fit peur à l'infirmier qui l'ôta de suite par peur. La dernière fois qu'il avait subit ça, elle l'avait emballé, je vous rappelle. Ce qu'il voulait être pour elle ? Pff, elle ne comprenait vraiment rien. Et voilà qu'elle le menaçait de l’embarrasser avec certains sujets.

    - T'es vraiment blonde toi. Je ne cherche pas à être quoi que ce soit, ni à te mettre mal à l'aise ou à me révéler quoi que ce soit. Je souhaite que tu sois naturelle avec moi. Juste dans le moment qu'on passe ensemble. Tu ne peux pas oublié la réputation que tu veux avoir. Et cette distance émotionnelle, tu penses qu'elle te protège ? Tu te sens en danger avec moi ? Tu as de te protéger ? Tu penses que je vais te faire du mal ? Peut être que ça me gêne quand tu évoques mon passé mais en ce moment et depuis le début d'après midi, je suis sincère avec toi. Toi, tu ne me dis pas ce que tu penses vraiment et ça, ça me gonfle. Tu ne me laisses aucune chance.

    Voilà, c'est sortit. Après ce discourt assez long et le ton assez haut, il se plaqua contre son siège et regarda l'écran. Bien sûr, il ne comprenait rien mais il regardaient les deux acteurs s'embrasser. Si tout était aussi simple, comme dans les films. En fait, ce qui emmerdé le plus Jesper, c'est qu'il faisait énormément d'effort avec Drathir et il ne recevait pas grand chose en retour. Ou alors, ce n'était pas assez pour qu'il le remarque. Rapidement, le jeune homme culpabilisait d'avoir fait tant de reproches à la demoiselle. Peut être que c'était difficile pour elle aussi, qu'elle prenait sur elle pour être avec lui en ce moment. Se mordillant la lèvre inférieure, il se tourna de nouveau vers elle.

    - Excuses moi, oublies ce que je viens de dire, d'accord ? C'est juste que... Enfin laisses. C'était peut être pas une bonne idée de venir ici avec toi. J'avais pas l'intention de te blesser.

    Le jeune homme était sincère. Peut être qu'il s'était perdu dans le jeu qu'il jouait avec Drathir. Il n'avait pas le droit de la juger. Soupirant légèrement, Jes' ne savait vraiment plus quoi faire ou dire. Le plus simple était d'attendre une réaction de la blonde. Cette fois-ci, il méritait une belle baffe. Instinctivement, comme après tout moment un peu délicat, il sortit une clope pour la coincer entre ses lèvres et l'allumer. Et il emmerdait les autres s'ils ne supportaient pas l'odeur. Après avoir expiré sa fumée à l'opposé de la belle, il se tourna vers elle, son œil vert la regardant, un peu anxieux.
2nd Class
2nd Class


« Jesper Pederson »

Messages : 69

Boarding Pass
Nationalité: Danoise
Age du personnage: 29 ans
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ◄ J'aurais du partir en courant [Pv Jesper] Mer 8 Juin - 12:57

    Il avait retiré sa main, à peine s’en était-elle emparée. Et l’espace de quelques secondes, la blonde se demanda ce qu’il craignait le plus. Sa fureur, ou son amour ? Avait-il peur qu’elle lui en colle une, ou avait-il peur qu’elle l’embrasse à nouveau ? Bah, peu importe, il avait vite été fixé vu le discours que lui avait balancé la belle, qui était restée sérieuse au possible. Mais le rouquin répliqua bien vite, s’emportant, lui débitant ainsi un discours également long au possible. Un discours qui représentait le réel agacement de l’infirmier, qui était las de jouer aux devinettes, las devant le manque de sincérité de la blonde. Et voila qu’encore une fois, il lui parlait de distance émotionnelle. Et ne parlons même pas de ce qu’il lui disait ensuite. Il lui balançait tout ce qu’il pensait, sans mâcher ses mots. Voila donc ce qu’il avait vraiment sur le cœur. Elle en aurait presque sourit, mais elle se contenta plutôt de garder le silence, tout en observant son interlocuteur. Ce dernier s’était finalement renfoncé dans son fauteuil avant de regarder la scène de baiser du film. Drathir quand à elle, continuait de le fixer, furieuse. Et après on osait lui demander pourquoi elle refusait tout lien positif avec une personne. Ce fut d’une voix calme – parfois secouée par des tremblements, dû à sa colère qu’elle avait du mal à maitriser – qu’elle répliqua

    « Toi t’es incapable de te mettre dans le crâne que je ne suis on ne peut plus sincère. Tout ce que je te dis je le pense, et je préfère me taire plutôt que de te mentir. Et au risque de te décevoir je suis également naturelle, mais bordel t’espérais quoi ? Tu pensais vraiment que je me cachais juste derrière une carapace et qu’au fond j’étais douce, gentille et affectueuse ? Ce n’est pas le cas. Je te le dis depuis le début, je ne suis pas la personne qu’il te faut. Je ne serais jamais la confidente, je ne serais jamais celle qui irait pleurer dans tes bras. Je ne serais pas non plus cette fille qui te dira constamment ce qu’elle à sur le cœur. Et cette distance émotionnelle dont tu parles, oui elle me protège ! Car quoi qu’on en dise : les sentiments tuent ! Serais tu capable de me jurer que tu n’as jamais souffert par amour, que tu n’as jamais souffert de tes amitiés, que tu n’as jamais souffert de la mort des autres ? Alors oui, pour moi, avouer des sentiments – quels qu’ils soient – c’est signer mon arrêt de mort. »

    Elle finit, enfin, par se taire, presque essoufflée. C’est fou, à peine en colère, elle déballait tout et entamait de longs monologue. Elle parlait trop. Vraiment trop. Surtout qu’elle avait l’impression de parler à un mur qui était incapable de la voir comme elle était vraiment. Depuis le début il s’attachait à une envie, l’envie de la voir s’ouvrir et devenir différente. Or elle ne serait jamais celle qu’il voulait qu’elle soit. Pourquoi s’obstinait-il ? Elle ne comprenait pas. Fermant les yeux le temps d’une longue inspiration – dans le but de se calmer – Drathir les rouvrit et vit Jesper se mordre la lèvre, juste avant qu’il ne lui fasse de nouveau face, dans le but de s’excuser. Dans d’autres circonstances, elle l’aurait admiré. Admirer pour ces excuses, alors qu’elle ne les méritait nullement. Et, pendant un instant, elle se demanda ce qu’elle faisait là. Il était trop gentil pour elle, s’en était presque perturbant et surtout elle ne comprenait pas. Pourquoi l’agneau voulait-il devenir ami avec le loup ? Mais la belle finit par sortit de sa rêverie quand l’infirmier sortit une clope, et elle se rendit compte que sa colère était tombée, bien qu’il ne faudrait pas grand-chose pour la raviver pour de bon. Desserrant lentement son emprise autour du paquet de pop corn, ce dernier avait prit cher, elle finit par soupirer.

    D’une main elle repoussa ses cheveux en arrière, pensive. L’avait-il blessée ? Non. Elle était plus exaspérée par le fait qu’il ne parvenait pas à comprendre, il ne parvenait pas à comprendre le point de vue de la belle et c’est cela, plus que tout le reste, qui avait été la source de sa colère. Même si, en cet instant, ce fut les derniers mots de Jesper qui la faisait réfléchir. « C’était peut être pas une bonne idée de venir ici avec toi. » En repensant à cette phrase, elle ricana, secouant la tête à la manière d’une idiote qui venait prendre conscience de quelque chose d’important. Ce n’était de toute manière jamais une bonne idée de faire quelque chose avec elle. On le regrettait toujours et elle avait toujours vécue avec cette idée : elle n’était pas fréquentable. Jesper s’en rendait enfin compte ? Regrettait-il également d’être aux côtés de la blonde ? Elle n’en était pas sûre ce fut pour cela que, dans un nouveau soupir elle répondit, plus calme et surtout plus sérieuse.


    « T’excuses pas, tu ne m’as pas blessée. Mais je suis lasse Jesper. Lasse de devoir me justifier, moi et mon caractère de merde. J’ai tenté, il y a longtemps, de plaire aux autres et j’ai juste perdu mon temps. Et je me suis perdue au passage. Alors désormais je fais simple : on me prend comme je suis, ou on ne me prend pas. Tu semblais prêt à m’accepter comme j’étais et, puisque tu tiens tant à le savoir, c’est pour ça que je t’ai accompagnée ici. Mais comme tu viens de le dire, c’était une mauvaise idée alors je vais te poser une seule question. Veux tu que je parte ? »

    Les prunelles vertes, désormais apaisées, de la belle se vrillèrent dans l’œil unique de l’infirmier. Elle venait de poser une seule question, qui devait cependant être comprise dans un sens très large. Soit il l’acceptait vraiment comme elle l’était, en espérant un éventuel changement de sa part s’il le désire, et lui disait de rester ; dans ce cas elle le ferait. Soit il ne l’acceptait pas et elle partirait, non seulement elle quitterait le cinéma mais elle le laisserait tranquille et ne prendrait même plus la peine de l’emmerder au détour d’un couloir.

    Je préfère me dire
    Que je n’ai plus rien à attendre.
    Je préfère haïr
    Plutôt que de dépendre.
2nd Class
2nd Class


« Drathir Linath »

Messages : 47

Boarding Pass
Nationalité: Irlandaise
Age du personnage: 27 ans
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ◄ J'aurais du partir en courant [Pv Jesper] Mer 8 Juin - 16:12

  • Drathir lui en foutait plein la gueule et elle avait bien raison. Jesper ne bronchait pas, car il savait que la colère de la belle était légitime. Il avait été un peu trop loin en lui balançant tout ça à la figure. Oui, c'est possible que le jeune homme penser découvrir une jeune femme, un peu moins agressivité et drue qu'elle ne paraissait. Il s'était mis le doigt dans l’œil alors. Selon ses dires, elle était naturelle. Il ne ressentit aucun déception, juste du soulagement en fait. Elle ne lui mentait pas, et ne jouait pas de jeux en sa compagnie. Il aurait presque eu envie de sourire. Par contre, il n'avait pas trop apprécié qu'elle répète, ne pas être faite pour lui. Ça ne veut rien dire. On est pas fait pour quelqu'un, on est ce qu'on est. Son raisonnement n'était pas sot. Les sentiments, s'impliquer dans des relations fortes, c'était un appel au suicide. Mais contrairement à la belle blonde, Jesper n'avait jamais réussit à s'empêcher de ressentir des choses et de parfois les exprimer. Masochiste.

    - Tu as raison. Mais tu penses sincèrement que je te ferai du mal ? Même si j'ai beaucoup souffert, peut être pas autant que toi, je n'arrive pas à fermer la porte aux autres. Et je crois être attiré par les personnes comme toi... Comme si j'avais une mission divine, tu vois ?

    Il osa un léger sourire puis se confond en excuses auprès de la demoiselle. Mais elle ne lui dit rien. C'était assez dur comme réaction. Était-elle perméable à ce qu'il éprouvait en ce moment ? Et surtout, l'effort qu'il faisait en le lui avouant. Mais tant pis, c'est tout ce qu'il mérite. Mais tout de même, la blonde semblait se détendre. Malgré les dommages fait au pot de pop-corn, la tension était en train de descendre tout comme son envie de nicotine. Après un certain moment, paraissant long mais ne durant que quelques minutes, Drathir lui adressa de nouveau la parole. Elle refusait ses excuses et ne se sentait même pas blessé. En trois phrase, elle lui avait dit plus sur elle que depuis ses dernières heures. Pour la première fois, il avait l'impression qu'elle parlait avec son cœur sans penser à se cacher derrière une connerie. Mais devait-il lui faire remarqué ? Cela l'énerverait sûrement alors il ne dit rien. Quand elle termina par sa question. C'était un peu comme un coup de poing. Il regrettait tellement ces paroles à la con. Posant son mégot éteint sur le sol – il le ramasserait en partant – il laissa son regard dans celui de la belle. Sans ajouter un mot, il se baissa dans son siège puis se mit un peu en diagonale. Sa tête se posa délicatement sur l'épaule de sa voisine.

    - Non, ne me laisses pas maintenant...

    Libre à elle de partir si elle le voulait. Mais en lui montrant physiquement son envie qu'elle reste, il voulait la retenir. Il n'y avait rien de sentimentale. Enfin, pas d'amour plutôt. Les sentiments étaient tellement présent en lui et si différent que ça le chamboulait. C'était de l'affection qu'il ressentait pour le moment. D'un côté, il avait tout en main pour haïr et détester sa voisine. D'un autre, il avait tellement usé d’empathie pour elle qu'il ne voulait plus la quitter pour l'aider à se soulager, à avoir une relation avec quelqu'un. Tout cela mutait dans sa tête qu'il n'arrivait plus à mettre des mots sur ce qu'il ressentait à ce moment précis. Mais son geste s'était fait naturellement. Peut être qu'il allait se prendre un coup de d'épaule en pleine joue ? Probable. Mais au moins, il lui avait exprimé ce qu'il n'arrivait pas à lui dire. Un autre moyen de communication. Sentant la peau de Drathir contre sa joue, son œil fixant l'écran, il soupira et son corps se détendait peu à peu.

    - Je vais pas te lâcher, tu sais ? Je compte bien devenir quelqu'un pour toi. Je ne sais pas encore ce que je veux être, peu m'importe en fait. Et puis, je suis plutôt têtu.

    Voilà, la demoiselle était mis au parfum. C'est vrai qu'il répondait un peu en retard à une de ses questions précédentes mais vaut mieux tard que jamais. L'infirmier était bien installé ici finalement. Dans un autre contexte, il l'aurait ouvertement comparé à un canapé mais là, c'était pas le moment. Apparemment, ils aimaient bien les phases débiles et d'autres sérieuses. Le dénouement du film était en cours, la fin était donc proche ? Déjà ? Et merde...
2nd Class
2nd Class


« Jesper Pederson »

Messages : 69

Boarding Pass
Nationalité: Danoise
Age du personnage: 29 ans
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ◄ J'aurais du partir en courant [Pv Jesper] Jeu 9 Juin - 10:35

    Une mission divine. Quelle idée. Quoi qu’il en soit elle ne comprenait pas vraiment où il voulait en venir et surtout elle se demandait bien ce qu’il entendait par « des personnes comme toi », et la blonde lui aurait volontiers demandé des explications si les premiers mots qu’il avait prononcé ne l’avait pas autant perturbé. Il pensait qu’elle avait plus souffert que lui, alors qu’elle était elle même persuadée du contraire. La jeune femme n’avait pas vraiment souffert, sauf quand trois membres de sa famille furent tués et encore, elle n’avait même pas assisté à cette scène. Elle estimait donc qu’elle n’était vraiment pas à plaindre, cependant elle ne désirait pas le lui dire, de peur de devoir s’expliquer plus clairement et donc d’évoquer son passé. Elle ne le voulait pas. Drathir finit par esquisser un pauvre sourire, qui s’effaça bien vite, avant qu’elle ne lève sa main à hauteur du visage de son interlocuteur. Dans un geste doux – une douceur que l’on ne lui aurait pas soupçonnée – elle effleura le bandeau noir de l’infirmier, avant de faire glisser sa main le long de sa joue, caressant cette dernière du bout des doigts. Elle vrilla alors son regard dans le sien, pour murmurer dans un souffle.

    « Non. C’est moi qui te ferais du mal Jesper, d’une manière ou d’une autre. Et si je me mets à t’apprécier un peu trop, alors j’en souffrirais aussi. »

    Voila pourquoi les sentiments tuaient. Car la moindre dispute vous fait culpabiliser, voir même pleurer. Car à la moindre blessure, au moindre problème, vous tremblez de peur. Et aux yeux de la blonde il s’agissait là de la plus grande des faiblesses. Il suffisait par exemple qu’on kidnappe la personne que vous aimez et vous voila inoffensif, incapable de vous défendre. Et, pour rien au monde, elle ne voudrait en arriver là, pour rien au monde elle ne voudrait subir cela. Dans un soupir elle finit par ramener sa main contre elle, jetant un bref coup d’œil à l’écran, pour constater que le film avait plutôt bien avancé. Leur conversation avait-elle été aussi longue ? Au passage, la blonde croisa les regards de certains spectateurs outrés. Oui, elle et son compagnon avaient un peu haussé le ton, mais pas bien grave. Elle emmerdait le peuple. Ce fut finalement le rouquin qui capta de nouveau son attention quand il déposa son mégot avant de la fixer pour ensuite s’approcher, déposant ainsi sa tête sur l’épaule dénudée de la belle. Qui ne sut comment réagir. Encore moins quand le jeune homme lui demanda de ne pas le laisser, pas maintenant… pas comme ça.

    Immobile l’espace de quelques secondes, elle était incroyablement attentive et se rendit compte que son interlocuteur était en train de se détendre, petit à petit. Elle ne lui donna pas de coup d’épaule, mais cela ne l’empêcha pas de se décaler quelque pas, fuyant ainsi un contact qui – à ses yeux – n’avait que trop duré. Décidément elle était compliquée. Elle était capable de l’embrasser, mais refusait de le voir contre son épaule plus longtemps que nécessaire. Elle avait un besoin permanent : celui de tout contrôler, de digérer, de commander. Elle l’autorisait à la toucher, puis lui refuser ce droit quelque minute plus tard. Plus chiante, tu meurs. Quoi qu’il en soit elle ne se montra pas violente, ce qui était déjà un exploit en soi. Ce fut l’ombre d’un sourire aux lèvres, tout en restant sérieuse, qu’elle répondit alors.


    « C’est un pari totalement fou. Et j’espère sincèrement que tu le perdras. »

    Dans mon intêret.
    Elle jeta finalement un nouveau coup d’oeil sur l’écran, observant le film qui touchait à sa fin. Le mec qui s’amusait à briser les couples était finalement tombé amoureux d’une femme qui lui ressemblait étrangement, moralement parlant. Et enfin ces deux infidèles de premières changeaient totalement, et eurent beaucoup d’enfants. Génial. Dans le genre fin merdique… La blonde préférait largement quand il y avait trois morts, au minimum et dont un des personnages principaux, et qu’il n’y avait pas de gosses à la fin de l’aventure. Les enfants… berk. Elle même se demandait comment ses parents avaient pu la supporter, sans jamais éprouver l’envie de l’abandonner au bord de la route. Du moins, elle n’avait jamais été mise au courant. Bref. Il y eu finalement le générique de fin, alors qu’elle était en train de dévorer son ultime poignée du pop-corn. Elle n’avait rien ajouté de plus, se cloîtrant dans un silence presque effrayant. Mais lorsque la lumière refit son apparition, éclairant la salle, le poing fermé de la blonde s’abattit de nouveau sur le ventre de son compagnon. Se penchant vers lui, elle murmura.


    « Tu le mérites. C’était naze ! »

    Lentement elle se redressa, s’étirant au passage, à la manière d’un félin un peu trop paresseux. Observant les autres spectateurs, elle jetait des regards assassins à ceux qui osaient la regarder de travers. Vu la qualité merdique du film, la blonde estimait avoir offert une belle distraction à toutes les personnes présentes. Me dîtes pas qu’ils avaient aimé quand même ? Tiens, faudra qu’elle cherche sur internet quelle note la population avait donné à ce film. Si ce dernier atteignait la note de 2 étoiles sur 5, elle se suicidait. Promis.
2nd Class
2nd Class


« Drathir Linath »

Messages : 47

Boarding Pass
Nationalité: Irlandaise
Age du personnage: 27 ans
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ◄ J'aurais du partir en courant [Pv Jesper] Jeu 9 Juin - 12:51

  • - C'est con, ta façon de penser. Même si une relation fait souffrir, cela n'efface en rien les bons moments, tu vois ? Parfois, quand j'y pense, je me dis que ça vaut le coup de se faire du mal en échange des souvenirs agréables.

    Mais cela, il ne pouvait pas forcer Drathir à y croire. C'est dommage, il voulait qu'elle est l'expérience d'une relation stable, basé sur la confiance et l'entente. Le tableau n'est pas toujours noir. Malgré ce qu'il avait vécu, l'infirmier gardait un état d'esprit naïf et optimiste, constamment. Mais c'est tellement facile de s'occuper sans cesse des autres et de trouver des solutions pour eux. Alors que pour lui-même, c'est le chaos totale. On ne dirait pas mais dés qu'il se retrouve seul, c'est la déprime et u retour vers le passé constant. Pourquoi passe-t-il autant de tant au boulot ? Pourquoi traine-t-il si tard dans les bar du train ? C'est amusant, il était toujours là pour les autres mais personne n'essayait de l'aider lui. Le pauvre jeune homme ne s'en rendait même pas compte, trop bon sûrement. Le monde était injuste.

    La belle blonde l'accepta sur son épaule, à sa plus grande surprise. Mais malheureusement, cet agréable moment – à ses yeux – n'avait duré que très peu de temps, elle s'éloigna de lui. Soupirant, il avait comprit le message et s'était redressé. Quelques minutes plus tôt, elle lui avait caressé le visage avec tant de douceur. Il pensait vraiment que son contact était moins invasif que le sien. Et pourtant, elle y avait mis un terme. Peut être que la belle ne souhaitait pas qu'il la touche. Décidément, Jesper avait encore du chemin à faire avant d'atteindre la belle Drathir. Mais qu'elle n'espère pas trop qu'il laisse tomber avec ses refus, ce n'est pas du tout son genre et au fond d'elle, elle doit en être consciente.

    - Je suis fou, tu me l'as dis tout à l'heure. Mais j'ai confiance en toi, je sais que tu ne me feras pas souffrir volontairement. Si je souffre par ta faute, c'est juste que je l'ai mérité en abusant un peu.

    Le film avait un fin vraiment con. Comme la plupart de ce genre de film en fait. Si seulement tout pouvait être si facile dans la réalité. C'est le cas pour certaines personnes mais pour d'autre, la vie est un peu plus troublé. Foutu destin, pour ceux qui y croient en tout cas. Jesper ne croit plus en rien depuis longtemps. Les héros s'étaient mariés, avaient eu des enfants. Curieux, le jeune homme se demandait si sa vie aurait été comme ça, si sa fiancée n'avait pas été tué ? Comment aurait été sa vie si rien n'avait été chamboulé. Sûrement mieux, à n'en pas douter. Mais quand même, le Cinderella était devenu important à ses yeux et il s'y sentait bien. Drathir se tourna vers lui et lui décocha un nouveau coup de poing. Cette fois-ci, il n'avait rien vu venir et se tordit en avant pour essayer d'atténuer la douleur. Son estomac l'avait bien sentit. Foutue blonde.

    - T'abuses, tu pourrais prévenir. Je t'ai fais un câlin pour me faire pardonner du film, tu pourrais être indulgente ! Ça vaut bien dix heures de film pourris.

    Mais elle s'en foutait royalement de ce qu'il racontait, elle préférait intimider du regard les autres personnes dans la salle. Cela fit sourire Jesper. Il aimerait la voir se battre, là, maintenant. Sérieux, c'est sexy une belle femme qui se bat. Il secoua la tête pour se changer les idées. Se levant avec la blonde, il s'étira doucement et ressentit encore la vive douleur dans son ventre. Il se massa l'abdomen en grimaçant. Attrapant le pot de pop-corn vide, il y mis son mégot à l'intérieur et alla le jeter dans une poubelle, au bout du rang. Se retournant vers la jeune femme, la regarda, hésitant.

    - Tu comptes faire quoi maintenant ? Te coucher en t'imaginant être l'héroïne du film ?

    Au début, sa question était sincère, il voulait savoir ce qu'elle allait faire. S'il y avait moyen qu'il passe encore un peu de temps ensemble ou pas. Pour faire passer le truc, il avait lâché une petite blague débile. Peut être que Drathir avait eu son quota de Jesper pour la journée. Et puis, que pouvaient-ils bien faire maintenant ? Il devait être vingt-deux heures, pas plus. A part boire encore un coup, il n'y avait pas des centaines de possibilités. En y repensant, la belle avait bien descendu les pop-corn, la répartition avait été vraiment inégale. Alors qu'ils sortaient du cinéma, son œil se posa sur elle, n'hésitant pas à la reluquer un peu.

    - Au fait, tu m'as bouffé tout mes pop-corn, tu me devrais un resto, d'accord ?

    Faut pas être con pour comprendre, le jeune homme trouvait simplement une excuse pour être sûr de la revoir. Il était loin d'en avoir finit avec elle.
2nd Class
2nd Class


« Jesper Pederson »

Messages : 69

Boarding Pass
Nationalité: Danoise
Age du personnage: 29 ans
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ◄ J'aurais du partir en courant [Pv Jesper] Jeu 9 Juin - 13:41

    C’était peut être con oui, mais c’était ainsi. Et puis elle tirait bien plus de satisfaction en voyant les autres la détester, que de les voir l’apprécier. Alors quitte à s’amuser, autant le faire en s’assurant de ne pas en souffrir d’une quelconque manière. Au moins ceux qui la haïssaient n’avaient aucune importance aux yeux de la blonde, qui ne s’inquiétait donc pas pour eux, tout en conservant d’excellents souvenirs de toutes les engueulades qu’elle ait pu avoir. Cette vie là lui avait toujours convenu jusqu’alors, donc pourquoi changer ? Mais peu importe car à peine s’était-elle décalée que le rouquin avait reprit la parole, lui disant à nouveau qu’il avait confiance en elle. Elle ne lui ferait jamais de mal. Drathir esquissa un mince sourire, elle n’y croyait pas. Elle avait réussit à décevoir, le temps de plusieurs mois, les personnes qui comptaient le plus à ses yeux. Alors comment réussirait-elle à épargner Jesper, qui pour le moment, n’était à ses yeux qu’une compagnie agréable – sauf quand ça tournait au vinaigre bien sûr, là elle voulait plutôt le tuer –. C’est ce qu’elle se répétait sans cesse. Sérieusement, cette fille avait besoin d’un psy’… mais il était bien sûr hors de question pour elle de voir ces prétendus spécialiste. Elle piquerait une crise en même pas deux minutes.

    Finalement, la jeune femme avait donc frappé son compagnon qui, cette fois, n’avait rien vu venir. Le sourire de la belle s’accentua, satisfaite. Et l’autre il osait lui dire qu’elle abusait. Elle ricana, narquoise, avant de répliquer, toujours ce sourire incroyablement fier – et donc agaçant – aux lèvres.


    « Faut que tu te décides, tu veux me voir naturelle ? Ou indulgente ? »

    Car une Drathir au naturel était tout, sauf indulgente. Au contraire elle pouvait – lorsqu’on lui faisait une des pires crasses possibles – être rancunière au possible, et dans ces moments là il valait mieux la fuir le restant de votre vie. Car c’est bien connu, Drathir tue. Mais elle le fait sans hésiter. Mais revenons donc à nos moutons, la blonde observa avec amusement l’infirmier, pus particulièrement quand ce dernier se massa l’abdomen. Par moment, elle s’adorait. Il finit par lui prendre le pot de pop-corn vide afin d’aller le jeter, puis de revenir vers elle. Et le sourire de la belle s’accentua encore quand le jeune homme lui demanda, hésitant, ce qu’elle comptait faire. Mon dieu. Il était vraiment accro cet idiot. Elle répliqua, mi-sérieuse, mi moqueuse. Le regard brillant d’un amour largement simulé.

    « Me coucher oui. Mais en rêvant de toi bien sûr… Tu as bien vu que je n’avais d’yeux que pour ton torse musclé. »

    Déclara-t-elle tout en faisant glisser un doigt le long du menton du concerné. Bien qu’il l’ignore probablement, elle pensait ce qu’elle disait. Il était plutôt bien foutu. Mais, comme bien d’autres choses, elle préférerait crever que de lui avouer un truc pareil. Et elle était également sincère sur le fait d’aller se coucher, elle se voyait pas faire autre chose ce soir – surtout que vu l’heure il ne restait plus grand-chose à faire à part se bourrer la gueule dans le bar du coin – en ayant l’intention de passer la journée à s’entraîner le lendemain. La folle. Elle ne vivait vraiment que pour ça : chasser puis tuer les first class. Cela tournait à l’obsession, bien que personne dans ce train ne connaisse la raison de cet acharnement. Le savait-elle elle même ? Bonne question. Bref. Drathir finit par sortir de la salle avant de quitter pour de bon le cinéma. Il faisait désormais totalement nuit et, aux yeux d’une bonne partie de la population, il devait faire froid. Mais pas pour elle. Malgré son débardeur et son short, elle se sentait bien là, même si le changement brutal de température l’avait fait frissonner.

    Ce fut l’infirmier qui reprit la parole, accusant la belle d’avoir bouffé tout le pop-corn. En guise de réponse elle l’observa, haussant un sourcil, pas convaincue. Ouais bah il avait qu’à pas en acheter, ou bien se battre pour conserver son bien. Drathir était une sacré voleuse quand elle voulait, s’appropriant ce qui techniquement appartenait à d’autre. Fort heureusement elle ne faisait cela qu’avec des objets sans valeurs, comme le pop-corn qui, au final, n’était pas si important que ça. Non ? Mais l’allusion au restaurant la fit sourire. Il était décidément plutôt doué pour trouver des prétextes ou des excuses totalement bidon. Mais le pire, c’est que ça fonctionnait plutôt bien. Haussant les épaules, la blonde joua la carte de la désinvolture, comme si elle s’en contrefoutait totalement. Un restau’, c’était un restau’, point barre. Peu importe la personne qui l’accompagne d’ailleurs, au pire elle se concentrera sur sa salade tiens. C’est passionnant les salades.


    « Si ça peut te faire plaisir, même si je préfère préciser que si tu espérais me voir en robe, tu peux aller gentiment te faire foutre. »

    Ouais, on lui avait déjà fait le coup. Seulement elle et les robes c’était… la guerre on va dire. Probablement parce qu’elle était tout bonnement incapable de marcher avec des talons de plus de 5 cm. L’air con hein ? Fort heureusement personne n’était au courant de ce détail, et elle faisait tout pour que cela continue ainsi. Jetant un énième coup d’œil au rouquin, elle finit par esquisser un sourire, le saluant d’un simple geste de la main.

    « Allez bonne nuit chéri. Et te fais pas tuer en chemin, ça m’ennuierait que tu crèves par des mains autre que les miennes. »

    Et, sans un mot de plus, elle s’éloigna.
2nd Class
2nd Class


« Drathir Linath »

Messages : 47

Boarding Pass
Nationalité: Irlandaise
Age du personnage: 27 ans
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ◄ J'aurais du partir en courant [Pv Jesper] Aujourd'hui à 5:27




« Contenu sponsorisé »


Revenir en haut Aller en bas

◄ J'aurais du partir en courant [Pv Jesper]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Train Station :: 
Le Cinderella ;
c'est toute ma vie !
 :: Le wagon multimédia :: Cinéma
-
Sauter vers:
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit