Partagez|

Luce Harter ◊ Comme un courant d'air

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: Luce Harter ◊ Comme un courant d'air Ven 8 Avr - 2:50

۩ Luce Angela Harter ۩



Écho © winter
~ Don't mess with me...

Fiche d'identité

Né(e) : le 31 Juillet
Age : 17 ans
Sexe : Féminin
Nationalité : Française
Groupe voulu : Controllers
Poste : L'Imprévisible
Talent : Intangibilité
Situation amoureuse : Célibataire
Surnoms : Ange, Luciole, Lucifer
Chanson thème : In The Waiting Line

Votre caractère

- Billets !

La voix de Luce est cassante. Et inattendue. Les pauvres bougres pris pour cible ont eu un léger sursaut en l'entendant proférer son ordre. Ils bégayent :

- Mais...
- Quand est-elle...?


La jeune Controller est toujours comme ça. Elle arrive à l'improviste pour faire son devoir. Froide, acerbe, elle semble dénuée de compassion ou de tendresse. Mais à la vérité, elle ne semble pas plus ressentir du plaisir à se montrer aussi sèche avec les passagers. Elle n'est donc pas fondamentalement méchante. Juste...insensible à ce qui l'entoure. Rien ne l'atteint. Et elle ne s'embarrasse pas de convenances ou de subtilité quand elle s'adresse aux gens. C'est pourquoi on la trouve parfois insolente, cruelle ou simplement trop directe. Prendre des gants ? Y aller avec des pincettes ? Ce n'est pas pour Luce !
Il faut dire aussi qu'elle a un caractère plutôt déroutant. Lunatique, il lui arrive de changer brusquement d'humeur, passant de l'indifférence la plus totale à un mépris venimeux. Ce qui peut être effrayant je vous l'accorde. Elle ne montre aucune faiblesse, ne pleure jamais, rit très peu. Rares sont les sourires qui illuminent son visage et on les voit généralement lorsqu'elle est en compagnie de William, son frère de cœur. Certains Waiters se plaignent du manque d'humour de la jeune fille, d'autres s'en amusent. Les Passagers eux tentent le plus souvent d'éviter cette terreur, ou s'énervent contre elle. Un surnom circule depuis peu d'ailleurs : Lucifer. Mais la jeune fille n'y prête pas attention.
Pourtant sous ses airs de petite fille placide, Luce est une gamine intelligence et perspicace. Elle réfléchit avant d'agir et une fois sa décision prise, elle n'hésite pas. Elle est téméraire, sûre d'elle. Le danger ne lui fait pas peur. Peut-être que son don y est pour quelque chose... En tous cas il est assez difficile de se lier avec la jeune fille. Elle n'est pas très sociable, même si la vie en communauté ne la dérange pas plus que ça. En fait, elle peut paraître hostile mais elle n'est pas spécialement réticente à l'idée de communiquer avec son entourage. Elle a été seule trop longtemps après tout. Le problème, c'est seulement qu'elle ne sait pas trop s'y prendre...


Belle histoire, histoire ancienne. Votre passé.

~ Le bleu... J'aime bien le bleu. C'est une couleur qui ne m'a jamais vraiment quitté. Mais à l'époque, les bleus que j'avais sur la peau étaient bien plus douloureux. Vous trouvez ça bizarre que j'aime le bleu ?

Enfant, Luce se faisait régulièrement battre par l'homme qui la logeait sous son toit. Contrairement aux autres gamins, Luce n'avait pas de parents. Elle avait été recueillie bébé par un couple qui ne pouvait pas procréer. Mes ces deux êtres n'avaient jamais ressemblé, de près ou de loin, à des parents. Ils travaillaient dans les usines, l'homme dans l'automobile et la femme dans le textile. Initialement, le couple espérait que la fillette s'élève socialement et puisse alors subvenir à leurs besoins. Mais ils se rendirent vite compte qu'un enfant, c'était beaucoup de dépenses, trop de dépenses. Luce devint un fardeau pour le couple qui refusait pourtant de s'en débarrasser. Dans le petit coin où ils vivaient, ça aurait été mal vous comprenez ?
A tout juste 6 ans, la petite fille ne se rendait plus à l'école qu'une fois par semaine. Le reste du temps, elle aidait docilement à l'usine ou à la maison. Luce n'éprouvait ni affection ni haine envers ces deux personnes qui la nourrissaient et la logeaient. Ce manque de tendresse dans l'enfance est indubitablement une des causes du caractère plutôt froid de la jeune Controller aujourd'hui.
Et peu à peu, le vie bascula. Le couple devint plus cruel encore avec la fillette. L'homme finit par la battre. Une fois. Deux fois. Puis presque tous les jours. La femme n'intervenait jamais. Luce crut même apercevoir un jour un éclat de satisfaction dans ses yeux devant le spectacle. Luce, elle, se laissait faire sans dire mot. Il faut dire qu'on lui interdisait systématiquement de parler. Elle avait donc fini par ne plus ouvrir la bouche, s'enfermant dans le mutisme.

~ Ça faisait mal. Mes bras, mes genoux, mes côtes. Mais crier ne m'aurait valut que des coups supplémentaires.

Les années passèrent ainsi. Luce eut bientôt 10 ans. Elle n'allait définitivement plus à l'école mais lisait un peu, en cachette. Elle fêta ses 12 ans en passant la nuit entière à coudre pour la femme. Le jour de ses 13 ans, on lui offrit une belle volée de coups de ceinture, devenus de plus en plus fréquents d'ailleurs. C'est vers cet âge-là que son talent se déclencha pour la première fois. Tout d'un coup, de façon inexplicable, la ceinture avait traversé son dos pour claquer sur le sol. Luce n'avait rien senti. Le phénomène n'avait pas duré plus de 30 secondes mais avait suffi à rendre l'homme perplexe. De peur, il avait arrêté de frapper...pour aujourd'hui.
Ce pouvoir ne se manifesta pas de nouveau avant son quinzième anniversaire. La jeune fille grandissait, mûrissait, et était prise de temps à autre d'accès de violence. Était-ce pour tenter de se défendre ? Ou simplement l'indignation d'être si mal traitée ? Toujours est-il que cela ne l'aida pas à améliorer ses relations sociales. Son mutisme la mettait déjà souvent à l'écart. Et lorsqu'elle développa cette espèce de lunatisme, les jeunes de son âge l'évitèrent totalement.
Mais revenons à l'émergence de son talent. Alors que l'homme avait voulu gifler Luce pour une énième tâche mal effectuée, sa main s'était perdue dans le vide. La jeune fille prit soudain conscience de son don mais, loin de le maîtriser pour le moment, reçut durement la deuxième main.

~ Oui, je crois bien que c'est à ce moment que j'y ai pensé pour la première fois. Je me suis laissée faire toutes ses années. Mon corps se révoltait, mon esprit aussi. L'issue paraissait inévitable.

Le sang avait giclé sur les carreaux de la cuisine. La femme criait avec hystérie, une expression d'effroi peinte sur son visage marqué. Puis le silence. Elle gisait à son tour, morte, elle aussi. Luce les avait tué. Tous les deux, sans états d'âme. Après avoir subi tant de maltraitances toutes ces années, elle avait réagi de façon instinctive, dans une tentative désespérée de sauver son intégrité physique et psychique peut-être. Maculée de pourpre des pieds à la tête, elle se tint debout entre les deux cadavres pendant un long moment. La paix, enfin. Tout irait mieux maintenant. Oui, c'était fini...
Luce s'enfuit de la scène de crime quelques heures plus tard, après s'être soigneusement lavée et changée. Elle quitta la bourgade où elle avait toujours vécue et s'enfonça dans la campagne au beau milieu de la nuit. Il faisait frais, le ciel était dégagé, c'était agréable. Elle marchait droit devant elle, sans réfléchir, sans destination, vers un nul part. Elle n'avait jamais songé à l'avenir auparavant. Qu'allait-elle faire maintenant ? Cette question n'allait pas la tourmenter bien longtemps car elle était sur le point de faire une rencontre d'une importance insoupçonnée.

~ Will. Il est arrivé et m'a trouvé. Ça a tout changé...


Train Station ▼ A bord du Cinderella

Pourquoi Luce a-t-elle suivi ce garçon parfaitement inconnu à bord d'un train étrange et bruyant ? Peut-être parce qu'il était le premier depuis longtemps à lui parler. Elle qui avait toujours été seule... Il s'était assis à ses côtés et lui avait raconté sa vie, ce qu'il aimait ou n'aimait pas, ce à quoi il rêvait, ce qu'il avait découvert à travers le monde. Luce ne prononçait pas un seul mot. Il n'avait pas insisté, mais il n'était pas parti non plus. Non, il est resté là jusqu'au matin...

Le lendemain, Luce et William se retrouvaient tous deux à bord du Cinderella. La jeune fille ne s'étonna pas d'y découvrir des gens capables de se transformer en animaux, d'autres armés jusqu'aux dents, et quelques uns encore dotés de pouvoirs. Des pouvoirs ? Comme celui qu'elle possédait ? Eh oui, tout les membres du personnel du train ont un talent particulier. D'ailleurs, à partir du moment où elle était montée à bord, Luce avait commencé à mieux contrôler son pouvoir, l'intangibilité.
Elle s'est donc fondue dans cette masse de gens bizarres, avec comme attache ce jeune garçon blond, toujours là pour elle, pour la protéger, pour l'aider...et pour l'écouter quand elle se décida enfin à sortir de son mutisme. Aujourd'hui, Luce a pris de l'assurance. Ce train est devenu sa maison. Elle s'y sent plutôt à l'aise et commence même à apprécier la vie. Laissant son passé derrière elle, elle s'est appliquée à sa tâche de Controller tant et si bien qu'on finit par la surnommer l'Imprévisible. Elle surgit à tout instant derrière vous, au moment où vous vous y attendez le moins. Certains passagers la craignent, d'autres ne peuvent s'empêcher de râler en voyant une gamine faire sa loi. Mais dans les faits, elle est bel et bien le bras-droit du chef des Controllers. Elle bénéficie ainsi une certaine influence au sein du Cinderella et sait se faire respecter malgré son âge.
En ce qui concerne le conflit entre les 1st et les 2nd Class, Luce intervient rarement, même si elle penche inconsciemment pour le camp de William, celui des animaux.


Apparence

Couleur des yeux : Gris-bleus
Couleur des cheveux : Blanc argentés
Taille : 1m56
Poids : 45kg
Style vestimentaire : Tantôt banal tantôt surprenant. Toujours avec une robe ou une jupe, on la voit le plus souvent en bleu et blanc. Ses tenues sont parfois agrémentées de dentelles, de bas, de collants... Mais ça ne va jamais jusqu'à l'excentricité ou la coquetterie. D'ailleurs, elle ne s'encombre ni de bijoux ni de maquillage.
Maitrise

Talent : Intangibilité
Quoi qu'est-ce ? Peut rendre son corps immatériel pour traverser les murs, passer à travers les choses et les êtres, éviter les blessures physiques.
Maîtrise : Malgré son âge, la jeune fille maîtrise déjà bien son pouvoir. Elle n'est pas le bras-droit de Geoffroy pour rien ! Elle s'est fortement améliorée depuis qu'elle est à bord du train et peut user de son talent sans grand effort. Le plus souvent, elle doit activer ou désactiver son pouvoir volontairement. Mais il arrive qu'il s'active de façon instinctive.



Administrateur

Administrateur


« Luce A. Harter »

Messages : 402

Boarding Pass
Nationalité: Française
Age du personnage: 17 ans
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

Luce Harter ◊ Comme un courant d'air

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Train Station :: 
En attendant le train,
découvre notre monde.
 :: → TICKET RESERVATION :: → OUR PASSENGERS
-
Sauter vers:
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit