Partagez|

Les forces cosmiques nous jouent parfois bien des tours [pv Candice]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: Les forces cosmiques nous jouent parfois bien des tours [pv Candice] Ven 15 Juil - 18:55

Sofia déambulait dans le train, comme à son habitude. En cette période, elle ne rencontrait pas beaucoup de monde, car la plupart préparaient la prochaine escale qu'était l'Alaska. Ou bien ils hibernaient. En fait, elle ne savait pas trop. Ce qui était sûr, c'est qu'il n'y avait pas grand monde ces jours çi. Une expérience scientifique qui avait mal tournée? Un effet quantique d'un pauvre imbécile se prenant pour schrodinger en faisant joujou avec un chat et une boîte? La lune, bien décidée à faire encore des siennes? Ou encore les forces cosmiques, qui mettent toujours leur grain de sel partout?
Mais peu importait l'hypothèse, puisque les effets étaient là: le train était vide. Niet. Couic. Personne. Nobody. D'une déprime totale. Les 2nd class se faisaient plus rares eux aussi, elle n'avait même plus ça pour se défouler! Et même Jesper, son meilleur ennemi avait décidé de disparaître de la circulation. Elle savait qu'il se terrait, mais la question était: où? C'est comme si... comme si tout le monde avait décidé de prendre ses vacances en même temps... Des vacances! Non mais la blague? Ce mot n'était-il pas rayé du dico depuis longtemps? Depuis quand prenaient-on des vacances d'un train parcourant le monde? Ah, la belle affaire. Et même du côté du wagon bar, où Sofia avait l'habitude de traîner à ses heures perdues (c'est à dire, quand elle ne dormait pas), Aaron s'était fait porter pâle selon les dires des quelques waiters survivant à la folie cosmique qui s'abattait sur le Cinderella.

Mais qu'importe! Après tout, le train était plus calme, et semblait bien plus vaste sans les innombrables fourmis qui pullulaient en temps normal. Alors autant en profiter un max! C'était d'ailleurs une des premières fois où la jeune femme pouvait faire des glissades sans rentrer dans quelqu'un, et où s'en suivait un longue et pathétique discussion prouvant de son indéniable innocence et que "oui, le doudou de votre enfant est passé par la fenêtre à cause d'un de ces idiots qui ouvrent les fenêtres pour que le gel prenne mieux sur le sol. Non, mais dans quel monde vit-on?".

Cependant, s'amuser ainsi avait un prix, et de temps à autres, un vent glacial s'engouffrait dans les wagons pour venir congeler ses voyageurs. On s'approchait du pays glacé, et cela se ressentait jusque dans les doigts de pieds. Aussi, Sofia avait prit pour habitude de s'emmitoufler dans une énorme écharpe, et de rentrer ses mains dans de chouettes petites mitaines, lui permettant de toujours pouvoir pianoter sur son Ipod chéri. Et voila bien une chose qui ne bougerait jamais! Elle savait qu'elle pouvait toujours compter sur ce petit boitier magique !
Prise d'ailleurs d'une furieuse envie d'écouter un bon morceau de hip hop, histoire de se réveiller, elle farfouilla dans sa veste. Un poche. Deux poches. Trois poches. Le coeur de Seven s'accéléra. Non! Ce n'était pas possible! Elle tenta les poches de son pantalon. Une.. Deux... Trois... Puis, elle senti un objet métallique, et elle soupira en se disant qu'elle avait évité le pire, jusqu'à ce qu'elle vit l'objet devant ses yeux: ses clés. C'était juste ses clés! Un vent de panique souffla sur la jeune femme. Non, non, non! Comment cela pouvait-il être possible? Mais où était donc l'amour de sa vie? La prunelle de ses yeux? Maiiiiiis oùùùùù étaiiiiiit-iiiiiiiiiiiiiiiil? T_T
Elle reprit ses esprits. Après tout, elle l'avait peut-être fait tomber quelque part? Elle refit le chemin inverse, cherchant dans tous les recoins, le coeur bondissant de peur. Pas là, pas là, encore moins là.. La boule au ventre, après une demi-heure de recherche éprouvante, Sofia se posa sur une chaise. Trop éprouvée pour penser quoique ce soit, elle se rassura en se disant qu'elle avait toujours son super casque customisé en effet pastèque. Elle voulu le reprendre de son cou, mais ce qu'elle palpa n'avait rien d'un casque. En vérité, elle brassait du vent. Elle se releva d'un bond, et regarda son reflet dans la vitre d'une des fenêtres. Il....il...il n'était pas là! Son écharpe prenant une bonne partie de son cou, elle avait prit le réflexe de ne plus sentir le casque autour du cou. Mais... mais... de là à ne plus l'avoir du tout..? Non, non, ce n'était pas possible. Il s'agissait surement d'un mauvais rêve. Où était-il? L'amouuuuuuuuur de sa vie? La pruneeeeeeeeelle de ses yeux? (bis)

Elle frappa de son poing la vitre, qui vibra. Ravalant ses larmes naissantes, elle se mit à tourner en rond, en cherchant l'endroit où on aurait pu kidnapper ses objets les plus précieux. Il ne pouvait s'agir que de ça, ou bien un coup foireux de ces forces cosmiques. Après tout, elle faisaient un sacré ravage ces derniers temps! Elle piétina ainsi une dizaine de minutes, puis, elle eu un flash d'intelligence (une fleur venant des forces cosmiques?) et se rappela de la salle de musique. Mais oui! C'était là! Là bas qu'elle avait posé pour la dernière fois ses objets précieux pour mieux jouer du triangle!

Elle fit alors un de ses meilleurs temps pour arriver jusque là bas, alternant glissade et course. Elle ne reprit même pas son souffle, et ouvrit la porte en la fracassant. Et là, Ô vision d'horreur. SON Ipod et SON casque étaient bel et bien là. Mais...mais... Ils étaient entre les mains d'une jeune fille frêle dont les cheveux blancs descendaient jusque ses hanches. SON casque perché sur SA tête. méh méh méh?
Elle ne put lâcher qu'un seul son:

"EEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEHHHH !"

Et une mot aussi. Quand même:

"Quit'asdonnélapermissiondefoutretonnezettesoreillessurmesbienspersonnelsnamého?" (qui a dit qu'il devait être intelligible?)

Il n'y avait pas de doute maintenant. C'était à cause des forces cosmiques tout ça !

Invité


« Invité »


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les forces cosmiques nous jouent parfois bien des tours [pv Candice] Sam 23 Juil - 9:14

Wagon Culturel
25ème jour à bord du Cinderella
Température extérieure : -2°C
~

Alaska. Alaska. Alaska.

Ce mot résonnait délicieusement aux oreilles de Candice. Promesse de neige, de paysages déserts et immaculés, de sérénité.

Alaska, Alaska, Alaska.

Le Cinderella attendrait bientôt cette contrée dont la jeune fille avait maintes fois rêvé. Candice ne s'était jamais sentie aussi impatiente, aussi excitée. Il lui semblait à présent qu'elle avait attendu ce moment depuis des siècles. Elle qui d'ordinaire était d'un tempérament calme et posé se trouvait extrêmement agitée. Quelques jours plus tôt, elle avait même été prise d'un accès de fièvre incompréhensible qui l'avait condamnée à rester au lit une journée entière, toute faible et anémiée. Heureusement, elle avait recouvré sa santé dès le lendemain, et s'était promis d'attendre calmement l'arrivée du Cinderella en Alaska, ce qui lui était bien difficile.

En ce matin ensoleillé, elle s'était sentie particulièrement énervée, et avait décidé de s'adonner entièrement à une activité, ce qui lui permettrait, pensait-elle, d'évacuer ses tensions. Elle avait donc décidé de se rendre à... *suspense insoutenable*... la Bibliothèque. Quelle activité meilleure que la lecture pour apaiser les âmes ? Candice n'en connaissait pas d'autre. Elle était donc entrée dans le Wagon Culturel, et se dirigeait d'un pas dansant vers son havre personnel, lorsqu'elle avisa la porte de la salle de musique, grande ouverte. Par curiosité, elle se risqua à y jeter un oeil... et cet oeil fut attiré par quelque chose de vert fluo, posé sur une chaise près de la batterie mise à dispostion des passagers.

Et là, nous arrivons à un point crucial dans notre histoire : qu'allait donc faire Candice ? A priori, ce qui se trouvait dans la salle de musique n'était pas vraiment à même de l'intéresser, car elle ne s'y connaissait pas vraiment... alors quelle force maléfique, quelle intuition saugrenue poussa la jeune fille à entrer dans la salle et à empoigner avec curiosité le casque vert fluo sur la chaise ? Je n'en ai aucune idée, mais cela n'a pas d'importance. Ce qui est important, au contraire, c'est la présence d'un autre objet posé en dessous du premier... un objet que Candice, pas férue de technologie pour deux sous, mit au moins une minute à identifier : c'était un Ipod, ou un Ipad, bref, un truc du genre.
Candice n'avait jamais écouté de musique avec un tel objet, aussi la raison pour laquelle elle posa délicatement le casque sur sa tête était bien simple : elle était juste poussée par la curiosité. Et bien évidemment, elle était à mille lieues de se douter que le malheureux propriétaire de ces objets était en train de les chercher éperdument à travers tout le train, et qu'il ne serait sans doute pas ravi s'il apprenait qu'une parfaite inconnue était en ce moment même en train d'utiliser son précieux Ipad.

Enfin, "utiliser" était un bien grand mot, car pour ce faire, il aurait déjà fallu que Candice sache comment allumer l'étrange petit rectangle coloré... l'Ipad fut donc tourné et retourné entre les mains délicates de la jeune fille pendant un certain moment, avant qu'elle n'esquisse un petit sourire de triomphe : elle venait de découvrir l'existence du bouton "on". Ô joie, Ô suprême félicité.

-"EEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEHHHH !"

Candice sursauta violemment. Elle leva des yeux effarés vers la porte de la salle de musique, et aperçut alors une petite jeune fille aux cheveux roses à l'air pas commode qui la toisait avec colère.

-"Quit'asdonnélapermissiondefoutretonnezettesoreillessurmesbienspersonnelsnamého?"

Tout d'abord, Candice ne comprit pas grand chose aux paroles de la jeune fille. Néanmoins, elle devina bien vite que la demoiselle lui en voulait personnellement, et, comme elle n'était pas encore trop cruche, elle conclut quelques secondes plus tard que la cause de cette agressivité inexplicable pouvait en fait être expliquée en une phrase : le casque et le Ipad appartenaient à la jeune fille aux cheveux roses. Et la jeune fille aux cheveux roses n'était pas contente, pas contente du tout. Candice en fut quelque peu surprise : à ses yeux (ô combien naïfs), ce qu'elle était en train de faire n'était pas du tout répréhensible. Elle regarda la demoiselle qui venait de faire irruption avec un étonnement sincère : non, vraiment, elle ne comprenait pas pourquoi la jeune fille semblait lui en vouloir autant. Aussi, elle répondit très calmement :

-Bonjour. Je m'appelle Candice.

Elle se tut quelques secondes, avant de reprendre :

-Je suppose que "ça" vous appartient... ? demanda-t-elle en désignant le Ipad d'un signe de la tête. Je l'ignorais, je suis vraiment désolée. Il ne faut pas vous mettre dans de tels états, vous savez.

Elle enleva délicatement le casque de sa tête, prit le Ipad dans sa main et se dirigea vers Miss-cheveux-roses, avec l'intention de lui rendre les deux choses auxquels elle semblait tenir comme à la prunelle de ses yeux (même si elle portait des lentilles).
Controllers
 Controllers


« Candice Michelle Robbs »

Messages : 53

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

Les forces cosmiques nous jouent parfois bien des tours [pv Candice]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Train Station :: 
Le Cinderella ;
c'est toute ma vie !
 :: Le Wagon Culturel :: Salle musicale
-
Sauter vers:
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com | Forums RPG | Fantastique - autres