Partagez|

Lóa Brandari - L'acrobate sanglante

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: Lóa Brandari - L'acrobate sanglante Dim 8 Jan - 11:25

۩ Lóa Brandari ۩



~ Moi ~© copyright

"Si tu vis jusqu'à cent ans, je veux vivre cent ans moins un jour, pour ne pas avoir à vivre sans toi."
Fiche d'identité

Né(e) : 30 Juin
Age : Seize ans
Sexe : Féminin ~
Nationalité : Islandaise
Groupe voulu : Les Waiters retiennent mon attention.
Poste : (réservé aux scénarii)
Animal/ Talent/Arme : Illusionniste
Situation amoureuse : /
Surnoms : Aucun pour le moment
Chanson thème : Mika ~ Happy Ending
Votre caractère


Vous désirez connaître mon caractère ? *agite le doigt de gauche à droite* Tut, tut, tut. Ne dites rien, j’ai comprit ce que vous vouliez. C’est dans votre regard. Non ! N’ouvrez pas la bouche pour protester, et laissez moi la parole.
Qui je suis, donc ? Je suis la taquine des rues. Qu’est ce qu’une taquine des rues ? Très simple, braves gens, extrêmement simple. Dès que quelqu’un s’approche de moi, je m’amuse à jouer avec son caractère. Ceux qui prennent tout à cœur et qui réagissent au quart de tour sont mes préférés. J’aime taquiner. Cela réponds à la taquinerie, mais qu’en est-il des rues, allez vous me dire ? Oh, non. Oh, non, non, non. Ne me regardez pas avec ce petit air frustré de ne pas savoir placer un mot dans cette conversation.
Les rues, donc. Vous vous êtes déjà promenés en rue, n’est ce pas ? Bien sûr que vous avez déjà parcouru les rues, tout le monde parcoure les rues un jour où l’autre ! Eh bien, rien qu’en vous voyant marcher, je peux définir votre réaction primaire à telle ou telle paroles. Bien sûr je suis humaine, pas une espèce d’être supérieur ou que sais-je encore. Il m’arrive de me tromper. Et dans la majorité des cas d’erreur, la personne que je titillais à mal réagit à mes propos. Pas de chance, n’est ce pas ? Enfin, j’ai des jambes plutôt rapides, il m’est facile de m’échapper.
Enfin ~ Rien que pour vous, mesdames et messieurs, rien que pour votre petit égo facilement perturbé, je me suis créée un style propre à ma personnalité. En parallèle à mes taquineries, j’aime…démonté. Démonté mots par mots, phrases par phrases, vos arguments qui, selon moi, ne tiennent pas bien souvent la route. Vous saviez, vous, que le commun des mortels disait bien souvent des choses idiotes ? Bien sûr que non, vous ne le saviez pas. Tout le monde articule des idioties. Ces dites idioties que je m’amuse à vous répéter, répéter, répéter et répéter encore, encore et encore ! Quoi ? Ne me regardez pas comme si je venais de sortir de l’asile. Oh ? Regardez ! Je viens de dire une phrase idiote. Après tout, je viens de sortir de l’asile. Ah ? Maintenant votre regard à changé. Il est incrédule. Si, si. Vous ne me croyez pas ? Libre à vous de choisir ce que vous voulez, je ne contrôle pas votre esprit ni vos pensées, braves gens. Sur ce, le spectacle est terminé, chers spectateurs muets
*Sort de la scène, un sourire narquois naissant sur ses lèvres.*

Belle histoire, histoire ancienne. Votre passé.


Seule à nouveau devant ce grand miroir, une jeune fille plaqua son front contre celui de son reflet et s’est observée. Oui, elle s’observait, et alors ? Elle observait ses yeux. Ses beaux yeux vert nacré. Ses magnifiques yeux vert nacré. Quelle chance elle avait d’avoir la même couleur d’yeux que cette femme. Elle ne sais pas qui c’était, mais cette femme était belle, une femme qui était proie de l’innocence et otage de la beauté. Elle n’avait qu’une seule image d’elle. Pas une photo une mémoire. Une mémoire qui ne lui appartenait surement pas. Elle n’avait que le visage de cette femme en tête. Ses yeux vert nacré, embués de larmes créant mille et un reflets ondoyant d’émotions diverses dans ses pupilles. Malgré tout, la rancœur s’y lisait principalement, la haine et ensuite, la tristesse. Ses mèches de cheveux blonds s’éclataient au gré du vent qui souffle. Ses joues étaient rosies, ainsi que le bout de son nez mignonnement retroussé. Ses lèvres sont pincées dans un rictus appartenant aux principales émotions de ses yeux. Ses traits doux et détendus. Mais le plus beau de tout restait ses yeux. Cette femme était belle. Elle ne savait pas qui ça pouvait être mais une fierté personnelle brûlait son esprit, lorsqu’elle constatait qu’elle avait, comme cette femme, des traits doux, même s’ils étaient plus tendus- ce qui la décevait un peu, elle aurait tant voulu qu’ils soient décontractés, comme cette dame blonde- , des yeux vert nacré, qui pétillent au soleil et un nez légèrement retroussé. Depuis ce qu’il lui semblait être toujours, elle avait l’image de cette femme en tête. L’observation de ses yeux à travers ses lentilles de contact fut interrompue par quelqu’un qui frappa à la porte.

-Lóa ! Dépêche-toi ! Sinon Frú Híldur va se mettre en colère.

Elle s’appelait Lóa. Elle n’avait pas de nom de famille car elle était orpheline. Elle avait toujours vécu dans cet orphelinat nommé Sigurjón. Ils avaient une gardienne, nommée Híldur. Elle répondit qu’elle arrivait à Sveinn, son meilleur ami, celui qui avait frappé à la porte. Elle s’observait une dernière fois dans le miroir, elle était dans mon uniforme de travail, mais elle s’y sentait comme dans ses habits habituels. Un chapeau de Joker souple en tissu qui lui tombait le long des épaules, une gaine multicolore lui descendant jusqu’aux genoux et jusqu’aux coudes. Elle flottait un peu dedans car elle était trop petite pour qu’il soit à sa taille. Une jupe frivole et de longues bottes noires la protégait principalement de la météo capricieuse et indécise d’Islande. Un clown, c’est ce qu’elle était. Lóa ouvrit la porte derrière laquelle se trouvait Sveinn, dont la tenue s’accordait à peu près à la sienne : des cheveux multicolores, et des vêtements pourpres. Sous ses yeux bleus glace se trouvent deux petites marques faites au crayon noir, doré et argenté. Elle lui sourit. Sveinn, c’était son collègue et meilleur ami.

-Tu es pire que Frú Híldur, tu te rends compte que tu as prit dix minutes pour te préparer ?

Son sourire redouble de taille.

-Mais voyons, mon petit Sveinn, dis la pré-adolescente d’un ton enjôleur, aurais-tu oublié que si nous avons bientôt dix minutes de retard au travail, c’est parce que tu ne voulais te laisser crayonner le visage ?

Il détourna les yeux et rougit. Dieux que Lóa aimait cette réaction. Des bruits lourds de pas leur indiquèrent que l’énorme Frú Híldur arrivait. Cette grosse était une vraie mégère. Sveinn attrapa la main de la jeune fille qui n’était pas recouverte par la mitaine et ils s’enfuirent comme des voleurs.

Pantelants, car ils avaient peur que la gardienne les poursuive, les deux adolescents étaient finalement arrivés à l’endroit de leur gagne pain. Après que Lóa ait reprit son souffle, elle s’en alla fouiller les ordures les plus proches, à la recherche d’une boite de conserve pas trop sale qui pourrait récolter l’argent qu’ils devaient gagner pour l’hystérique obèse, nommée Híldur. Elle trouva une conserve de raviolis assez propre et en déchira l’étiquette, pour que ça ne soit plus qu’un simple récipient de fer. L’adolescente se dirigea vers la fontaine sur laquelle Sveinn reprenait toujours sa respiration. Elle avait toujours été plus rapide et endurante que lui, et ça l’énervait, le pauvre garçon. Lóa énerver Sveinn, car il savait qu’elle le faisait toujours pour jouer. Elle nettoya l’objet qu’elle tenait en main dans l’eau de la fontaine et le sécha avec un pant de sa jupe.

-Alors mon petit Sveinn, près pour une journée de travail ?

Il hocha de la tête, sa respiration étant retombée à une cadence décente. Ils étaient un duo. Il était
son collègue, son partenaire, son meilleur ami. Ils étaient des artistes des rues, des acrobates des rues. Sveinn observa la fille à ses côtés, il voulait qu’elle sorte cet objet. Elle retira son chapeau et laissa tomber ses longues mèches rougeoyantes sur ses épaules. Elle plongea la main dans son chapeau et en ressortit une petite balle. Elle lui lança l’objet et replaça ses cheveux
dans son chapeau, et son chapeau sur ma tête. Si elle avait les cheveux longs, c’était pour être comme la femme de sa mémoire, plus tard, elle avait décidé qu’elle irait se teindre les cheveux en blond platine, comme cette femme. Il rameute du monde. Lorsqu’une de dizaine de personnes les encerclèrent pour savoir ce qu’ils voulaient, Sveinn lança la balle dans les airs, avant de la rattraper et la faire disparaître dans une douce fumée rouge.

~O°O°O~

Journée de congé. Lucky ~ Lóa se reposait tranquillement dans son lit, yeux fermés. Elle se souvenait de cette femme. Toujours cette magnifique femme aux yeux verts et aux cheveux blonds. Depuis que Frú Híldur, avait prit sa retraite il y a six mois, les temps étaient moins durs. Même si elle n’avait pas encore retenu son nom, le nouveau gardien avait l’air d’être un brave type… très manipulable. Un sourire prédateur fit son chemin sur ses lèvres, elle aimait les gens manipulables. Leurs réactions étaient toujours succulentes. Enfin, même si s’amuser avec lui était particulièrement
amusant – pas autant qu’avec Sveinn d’après Lóa -, la première chose qu’il avait voulu faire, était de les envoyer
à l’école. Quand la jeune fille avait dix ans, elle rêvait d’aller à l’école. C’était son second rêve, d’aller à l’école – le premier étant de rencontrer cette femme -. Lorsque qu’elle avait finit journée, elle s’imaginait rentrer dans une maison, où une famille l’attendait, un cartable sur le dos. Mais cette famille n’est jamais venue, et maintenant, elle avait quinze ans. Elle n’espérait plus aller à l’école, car elle resterait une acrobate avec Sveinn. Ils savaient lire et écrire, c’est ce qui leur suffisait, à présent. Même si l’adolescente se plongeait volontiers dans un bouquin. Une partie de son jeu préféré étant d’apprendre des mots de plus en plus précis pour taquiner ses victimes. Elle entendit le nouveau gardien l’appeler. Elle ouvrit les yeux et se dirigea vers le bureau du dirigeant. C’était pour faire les courses… Il sortit de l’argent de son portefeuille et laissa malencontreusement tomber une photo. Lóa se baissa et la ramassa. Elle en profita bien sûr pour regarder l’image en question. C’est qu’elle était toujours alerte pour le moindre détail sur lequel titiller. Mais, à la place d’afficher son inimitable sourire narquois, ses yeux se sont écarquillés. Si grand qu’elle aurait pu croire qu’on essayait de lui arracher les paupières. C’était elle. C’était la femme de sa mémoire. D’accord, avec quelques rides en plus mais qu’est ce qu’elle était belle lorsqu’elle souriait. Beaucoup, beaucoup plus. Ses magnifiques yeux vert grand ouverts, regardant la caméra. Ses cheveux blonds bien coiffés remontés en queue sur le côté. L’image lui glissa des mains. Le gardien l’avait reprise et l’avait remerciée. Elle se releva soudainement et ses mots se glissèrent hors de sa bouche, avant même qu’elle n’ait pu se rendre [/font]compte qu’elle les avait prononcés.

-Qui c’est ?

Il observa Lóa, lui adressant un regard interrogateur, et me demande de qui je parle. Je lui pointe la photo.

- Oh ? C’est mon grand frère et sa femme, le duo d’Alex. C’est un couple assez amusant, sachant que mon frère s’appelle Alexandre et sa femme Alexandra…

Alexandra… Un beau prénom, magnifique prénom. La clownesque Lóa jeta un regard rapide sur la petite plaquette du bureau du gardien : Mr Meofero. Le gardien l’a appelée, inquiet, où plutôt lui a hurlé après, inquiet. Elle déboulait à travers l’orphelinat. Une porte s’ouvrit, et un Sveinn aux cheveux ébouriffés et aux yeux endormit en sortit. Elle était incapable de s’arrêter. Le résultat fut une collision douloureuse. L’adolescente étant en position assise sur le ventre de Sveinn, elle lui attrapa violement le col et le souleva avant de le plaquer au sol. Il avait l’habitude de se genre de comportement de sa part, donc Lóa ne s’en préoccupait pas trop. Elle le secouait toujours comme un cocotier, avec une face de étraquée tout en répétant son nom à chaque fois qu’elle le plaquait au sol, jusqu’à ce qu’il prononce une seule question, formée d’un seul mot.

-Quoi ?

Lóa s’arrêta net. Avant d’hurler que qu’elle l’avait trouvée. Enfin ! Elle l’avait trouvée ! Elle se releva de Sveinn et recommença sa course folle dans l’orphelinat. En deux ans, Sveinn avait gagné en endurance et en vitesse. Ca dégoutait la jeune fille, pour tout dire. Elle progressait beaucoup plus lentement que lui.

~O°O°O~

Lóa atteint l’endroit qu’elle cherchait. Cet endroit. L’endroit magique pour connaître l’intimité des gens nommé "bottin" téléphonique. Elle tournait les pages rapidement tandis que Sveinn l’interrogeait vainement pour avoir plus de précision sur cette femme. Pour le moment, tout ce qu’il avait réussit à dégoté était qu’elle s’appelait Alexandra Meofero.

Elle avait déniché son adresse. Pas de chance, c’était à l’autre bout de l’Islande. Mais ce
n’était pas un petit obstacle de ce genre qui arrêterait Lóa, oh que non.

Cinq minutes plus tard, la jeune fille utilisa gracieusement ses dernières économies pour acheter des billets, à Sveinn et elle. Lorsqu’ils sont entrés dans le métro, Sveinn fit tout ce qui était en son pouvoir pour calmer sa partenaire. Des forces vainement utilisées. Pourtant, il le savait, que Lóa était impossible à calmer dans ce genre d’état. Enfin, son grand frère de coeur serait toujours lui-même, n'est ce pas ?

Après deux heures de voyage, Sveinn sentit un poids en plus sur son épaule. Lóa s’était endormie et ne s’était nullement gênée pour utiliser son meilleur ami en tant que coussin. Elle rêva d’Alexandra Meofero, Sveinn et elle-même. Elle lui avait expliqué leur passé à l’orphelinat, leur lien de fraternité, même s’ils n’étaient pas de vrai frère et sœur. Elle souriait, comme sur la photo, elles faisaient connaissance. Elles s’appréciaient, elle les invitait à vivre chez elle et ensuite, Lóa ce réveilla suite à des petites secousses sur l’épaule. Elle ouvrit les yeux et rencontra ceux de Sveinn, qui lui souriait.

-On y est, Lóa.

Soudainement, elle décida de taquiner Sveinn, comme elle le faisait, oh, tellement régulièrement.

-Maiis, Sveinn, je voulais que tu me réveilles avec un baisé, comme la belle au bois dormant ~

La seule chose qui rentra dans son champ de vision après cela fut des cheveux multicolores. Pour le sens du toucher, elle sentait quelque chose de chaud sur ses lèvres. Elle resta dans cet état amorphe pendant quelques secondes, jusqu’à ce qu’elle sente quelque chose d’humide sur la lèvre inférieure. Sveinn venait de lui voler son premier baiser sous son nez. Juste
devant elle. D’accord, pour lui voler son premier baiser, il fallait forcément être devant elle. Mais elle n’avait jamais consentit ! Son corps fit le premier mouvement qui lui vint à l’esprit : un coup de poing bien prononcé dans la mâchoire de Sveinn.

-P-Pourquoi t’as fait ça, crétin ?

Et là, un sourire que Lóa ne connaissais pas fit son apparition sur les lèvres de son voleur.

- Mais enfin, c’est ce que tu voulais, ma princesse.

Tant l’esprit de Lóa désirait ardemment renvoyé une réplique sanglante à Sveinn, tant elle ne réussit qu’à ouvrir et fermer la bouche comme un poisson hors de l’eau. Ses joues la brûlaient et elle ne pu s’empêcher de baisser le regard. Un rire
léger se fit entendre.

-Je comprends la jouissance que tu as à taquiner les gens, princesse.

-O-Oh, c’est bon. Ferme-là.

Il prit la main de sa petite sœur de cœur et la traîna dehors.

Sa petite main toujours calée dans la grande de Sveinn, Lóa déglutit sonorement. Elle était devant la résidence de la femme qu’elle avait espéré voir toute sa vie. Le voleur de baisé lui tira sur la main, pour capter son attention. Tremblant comme une feuille morte, elle se tourna vers lui. Et si Alexandra ne l’aimait pas ? Sveinn lui susurra des mots rassurants, mais Lóa n’osa toujours pas appuyé sur le bouton de la sonnette. Si elle perçait cette sonnette du regard, le bouton s’enclencherait seul, n’est ce pas ? Elle ne devrait pas appuyé et lever son bras, n’est ce pas ? Et apparemment la technique de fixation fonctionnait, elle n’avait fait qu’observer avec insistance ce bouton, et la sonnette retentit. Joie et bonheur intense, elle avait des pouvoirs surnaturels ! C’est alors qu’elle est sortie de ses pensées.

Après un hurlement d’indignation sur Sveinn, il s’est excusé d’avoir appuyé sur l’appareil, mais que ce n’était pas en lui envoyant des poignards qu’elle ferait avancer les choses. Comment ça ? Ca lui plaisait, elle, de lancer des poignards à la sonnette. Ils entendirent des pas venant de l’autre côté de la porte. Et elle s’ouvrit.

Le cœur de Lóa palpita d’une joie intense, elle était là. C’était cette femme qui avait ouvert la porte ! Elle bégaya sa
présentation, Sveinn en fit de même. Alexandra parut choquée. Et elle l’était, enfin, c’est évident : Elle tremblait de tout son corps et avait les yeux grands ouverts. Lóa allait lui demander si tout allait bien, mais Madame Meofero lui chassa violemment la main qu’elle lui tendait en signe d’aide.

Pourquoi ? Cette femme, elle ne la connaissait pas. Cette femme, elle l’adulait. Pourquoi la rejettait-elle ? Les murs construits en cas de coup durs dans l’esprit de Lóa s’effondrèrent sous le choc. Elle n’avait fait que se présenter. Rien d’autre. Rien de grave. Elle ne l’avait pas brusquée. Elle avait même bégayé lorsqu’elle s’était présentée. Preuve qu’elle lui était
soumise. Soumise, c’était le mot qu’elle ne supportait en aucun cas. Mais pour cette femme, rien que pour elle, elle acceptait ce mot, elle l’accueillait à bras ouverts. La sécheresse envahit sa gorge et sa bouche. Pourquoi l’avait-elle rejetée alors qu’elle n’avait rien fait du tout ? C’est d’une voix rauque qu’elle éleva la voix :

- Pourquoi ? Pourquoi vous m’avez rejetée ?

Aucune réponse ne vint en retour… Peut-être avait-elle été choquée ? Pourquoi ? Peut-être par quelqu’un qu’elle n’aimait pas qui s’appelait Lóa ? C’était de sa faute ? Peut-être devait-elle s’excuser pour son comportement brusque ? Quel comportement brusque ? Elle n’avait fait que tendre la main.

Voulant avoir des réponses à ses questions elle s’approcha d’un pas. Le pas sur son nouveau chemin ombragé de branches mortes appartenant à des arbres tout aussi inertes. Mais ça, Lóa ne le savait pas encore.

Dès qu’Alexandra entendit son pas, elle releva la tête qu’elle avait baissée pour cacher ses émotions et repoussa violemment la jeune fille, à nouveau.

Mais…cette femme ne la connaissait pas, n’est ce pas ?

La question muette de Lóa trouva sa réponse dans les cruelles paroles d’une blonde qu’elle adulait depuis sa tendre enfance.

- N-Ne ne m’approche pas ! Monstre !

Monstre ? Mais elle n’avait rien fait ! Lóa le savait, qu’elle n’avait rien fait. Elle était tombée sur le sol, son
arrière-train amortissant la chute, tandis que son esprit était tombé dans un profond gouffre, sa colère amortissant la douloureuse chute. Tout était noir, dans ce gouffre. Absolument tout. Elle ne voyait rien, rien sauf l’éblouissante
haine d’avoir été rejetée et insultée de monstre par une femme qui lui était totalement inconnue. Pourquoi adorait-elle
cette…cette sale chienne ?

Il y a moins de dix minutes, elle avait de magnifiques cheveux blonds soyeux, des yeux verts nacrés brillants d’innocence et de
beauté, des proportions admirablement bien taillées. Un sourire qui vous arracherait l’âme tant il était brillant. C’était un magnifique ange. Elle n’était pas à sa place sur la terre. C’était parmi les belles étoiles célestes qu’elle devait se trouver.

Maintenant, Lóa ne savait pas pourquoi, mais cette blondasse avait d’horrible cheveux de paille rêche, des yeux verts nacré brillant de haine et de monstruosité, des proportions trop bien taillées, telle un succube. C’était un horrible démon. Elle n’était pas à sa place sur la terre. C’était parmi les démons malfaisants qu’elle devait se trouver.

Il y a moins de dix minutes, Lóa aurait voué sa vie à cette femme.

Maintenant, elle ne voulait que mettre fin à la vie de cette…horreur.

Et elle ne se fit pas prier pour assouvir cette envie qui la démangeait.

Elle sortit un couteau suisse qui était rangé comme un pistolet dans un holster, sous son bras. Normalement, il servait uniquement à se défendre. D’un type qui pensait qu’elle était une prostituée, par exemple.

Elle ouvrit son couteau et chargea avec une précision extrême cette femme qu’elle détestait à présent.

Un liquide chaud coula le long du manche de son arme, puis le long de son avant bras. Cette sensation de rentrer dans la chair lui plaisait. Surtout cette chair là. Elle avait bien joué son rôle d’exorciste. Elle avait exorcisé un démon. L’un des plus dangereux, même : un succube. Cette sensation lui plaisait tellement qu’elle retira l’arme, lentement, avant de la replanter brusquement dans ce paquet de veines. Elle répéta l’action un nombre incomptable de fois, en souriant, en riant et en exprimant toute sa joie.

Mais ses mouvements sanglants furent stoppés par un bruit. Un seul.

Un bruit lourd, et mat.

Lóa se retourna, couteau encore bien coincé dans sa paume. C’était Sveinn. Comment avait-elle pu oublier sa présence. Elle accouru à ses côtés, lâchant le couteau et le cadavre qu’elle avait dans les mains.

-Sveinn ! Sveinn ! Ca va ?!

Sveinn se mit à trembler et s’éloigna le plus possible de sa ‘petite sœur’. Malheureusement, une barrière vint le bloquer. Lóa se rapprocha, apeurée. Quelqu’un lui avait fait du mal ?

-T-Tu es vraiment un monstre.

Et là, chacun de leurs deux mondes devint poussière. Deux monde tellement reliés que si l’un se détruisait, ou bien sombrait dans une pure folie, l’autre s’auto-anéantissait.

Train Station ▼ A bord du Cinderella


Sa tête posée contre le torse de son grand frère, Lóa méditait. Cela faisait un an, depuis qu’elle avait percé à jour sa véritable
nature. Un monstre. Et la preuve qu’elle en avait était deux meurtres.

L’un d’une femme à qui elle avait volé son journal intime après lui avoir rentré 48 coups de couteau dans le ventre.

Et le deuxième, était son grand frère, son voleur de premier baisé, son partenaire, son meilleur ami. Son corps était toujours vivant. Son esprit non. Il était mort de l’intérieur. La pire de toutes les morts. Depuis un an, Lóa prenait soin de lui. Ses cheveux avaient reprit leur douce couleur noisette habituelle.

Elle releva la tête et chassa des mèches du visage de son grand-frère.

Il y avait moyen de le soigner, ça le docteur l’avait dit. Mais le prix de ce soin était exorbitant. Pour en plus ne pas être sûr du
résultat final.


Elle avait essayé, Lóa. Depuis un an, elle essayait de récolter de l’argent en faisant le double de son travail. Mais non.

Ce qui attirait les foules, c’était le charisme de Sveinn. Ses tours de magie, ses acrobaties.

Pas une vulgaire fillette qui dépendait de lui.

Le meurtre de la femme n’avait toujours pas été élucidé. Et, quelques jours après ce meurtre, les deux adolescents de quinze et seize ans étaient comme devenus fous. Ils avaient été placés dans la même cellule, à l’hôpital psychiatrique.

Puis Lóa s’est calmée.

Puis Sveinn est mort.

L’acrobate maintenant âgée de seize ans devait trouver un travail. N’importe quoi ferait l’affaire. Tant qu’elle puisse conserver ses compétences d’acrobates. Compétences mièvres, ceci-dit, du moins, depuis que Sveinn était mort de l’intérieur.

Elle se releva doucement et se dirigea dans la salle de bain. La pièce n’avait pas changé, le miroir non plus. Lóa plaqua son front contre celui de son reflet et s’observa.

Elle avait de magnifiques cheveux roux longs et flamboyants dont elle ne désirait à présent plus changer la couleur, des yeux d’un vert nacré qui ressemblaient, de son point de vue, à une verte pourriture, et un
visage fin, mais tendu. Sous les yeux qu’elle détestait tant se trouvaient d’immenses cernes. C’était parce que Sveinn avait contracté une forte grippe il y a quelque jours. Lóa ne quitta jamais son chevet.

Elle observa ses cheveux. Longs. Très longs. Trop longs. Elle sortit le couteau avec lequel elle avait commit son premier meurtre, et se coupa les cheveux.

Court. Il faillait qu’ils soient court. Elle ne voulait plus ressembler à cette femme. Plus du tout. Plus à ce démon.

Elle sortit de la salle de bain pour aller dans sa chambre, ouvrir l’armoire et se glisser hors de son pyjama orange.

Elle troqua son vêtement de nuit contre sa tenue habituelle. Celle qu’elle portait depuis toujours et sortit en ville.

Elle ne voulait plus ressembler à cette bonne femme dont la seule chose qu’elle savait d’elle était son nom et qu’elle tenait un journal intime.

Elle rentra dans le premier magasin ‘à la mode’ qu’elle rencontra et s’acheta des lentilles souples de couleurs. Tout un tas. Plein de couleurs différentes. Et voilà que l’argent pour les soins de Sveinn volait dans des lentilles de couleurs. Pas que ça la dérange, ceci dit. Elle se trouverait un boulot qui paie mieux qu’acrobate des rues. Le seul problème étant que pour trouver un bon boulot, il fallait certaines dispositions que Lóa ne possédait pas. Un bulletin d’école, par exemple.

Après une demi-heure de marche, elle se reposa sur un banc, celui du parc, et s’occupa à écouter les conversations vacantes. Mais l’une d’entre elles attrapa néanmoins son attention.

-Hey tu as déjà entendu la légende du train des rêves ?

-Non…c’est quoi ?

-Il paraît qu’il y a un train fait uniquement de rêves nommé Cinderella qui passe une fois tous les six mois à la gare. A mon avis, c’est un train fantôme…

-Woah… Effrayant !

Le train des rêves ? Elle devrait y faire un tour. Peut-être auront-ils du travail pour elle ?

C’est ainsi qu’elle se retrouva devant les portes ouvertes d’untrain nommé Cinderella. Ses 52 variations de couleurs de lentilles, trois pyjamas, un double de sa tenue habituelle, et un certain nombre de sous-vêtements dans une valise.

Apparence

Couleur des yeux :Originalement vert nacré, mais je préfère mettre des lentilles colorées.
Couleur des cheveux : D'un roux pur. Plutôt pas croyable pour une islandaise, hein ?
Taille : 161 centimètres, j'ai peut être prit deux ou trois centimètres depuis la dernière fois que je me suis mesurée, mais bon.
Poids :Ça, c'est confidentiel ! Bon, d'accord. 51 kg.
Style vestimentaire : Haha ~ J'm'y attendais à celle la, mon style vestimentaire... Je porte un chapeau Joker mou, comprenant deux parties vide ( dans lesquelles j'aime planquer quelques objets ) qui me retombent sur les épaules. Je porte des gaines bien souvent multicolores, avec un petit gilet en short en jeans. Oh, et des longues bottines, aussi... Ne me regardez pas comme ça, c'est mon style. Et pour l'accentuer, je me fais des jolies
petits dessins sous les yeux ~
Maitrise

Animal/Arme/Talent : Illusionniste
Quoi qu'est-ce ? J'ai le pouvoir de vous faire voir des choses inexistantes. Talent plutôt utile lorsqu'on veut vous faire passer pour un fou, étant donné que si ce n'est dirigé que sur une seule personne, cette unique personne verra l'illusion. Ceci dit, vous pouvez passer à travers les illusions. Quelqu'un avec un esprit assez blindé pourrait dissiper facilement cette irréalité.
Maitrise : J'ai découvert ce talent il y a peu, donc de temps en temps, ou plutôt la plupart du temps, c'est l'opposé de ce que je veux montrer qui apparaît... Par exemple, si je veux faire une illusion de chat, c'est une illusion de chien qui va apparaître.




Dernière édition par Lóa Brandari le Dim 12 Fév - 13:36, édité 8 fois
Waiters
 Waiters


« Lóa Brandari »

Messages : 11

Boarding Pass
Nationalité: Islandaise
Age du personnage: 16 ans
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Lóa Brandari - L'acrobate sanglante Dim 8 Jan - 12:08

Bienvenue sur Train Station ! :carapuce:

Quelques petites remarques au passage... faut-il que nous changions ton Pseudo ? En effet il est obligatoire qu'il soit de forme Prénom Nom. (Lóa Brandari ?)
Je rectifierais le code de ta présentation un peu plus tard... et en profiterais pour valider le code du règlement si tu le trouves ? What a Face

Bon jeu parmi nous <3 nous n'allons pas tarder à te proposer un talent.

__________________________________________
Fondatrice ▬ Soul to squeeze.

Fondatrice ▬ Soul to squeeze.


« Edna C. Callaghan »

Messages : 300

Boarding Pass
Nationalité: Irlando-Russe
Age du personnage: 21 ans
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Lóa Brandari - L'acrobate sanglante Dim 8 Jan - 12:55

Merci ~

Je les avais bien trouvés, ces fameux codes... Sauf que j'avais comprit Embarassed

J'ai changé le pseudo, en fouillant un peu mes options et découvrant, grâce à ta remarque, que ce n'était pas le personnel. ( Débile en force o/ )

Bon. Ben... J'espère que tout est en règle, mise à part mon texte qui est tout décalé sur la gauche...
Waiters
 Waiters


« Lóa Brandari »

Messages : 11

Boarding Pass
Nationalité: Islandaise
Age du personnage: 16 ans
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Lóa Brandari - L'acrobate sanglante Dim 8 Jan - 14:01

Coucou,

Bienvenue sur TS, alors j'ai validé ton code et au passage régler le problème du texte à gauche ^^
Bonne chance pour la suite de ta fiche <3

__________________________________________
• Beauté :
Pouvoir qui permet à la femme de charmer un amoureux et de terrifier un mari.


Signature par Liliana
1st Class
1st Class


« Belle A. Starsky »

Messages : 152

Boarding Pass
Nationalité: Africaine (Rwanda)
Age du personnage: 22 ans
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Lóa Brandari - L'acrobate sanglante Dim 22 Jan - 10:26

Bonjour,

Sincèrement désolée, mais je me vois demander quelques jours de plus pour compléter ma fiche.

J'ai comme par hasard eu moins de temps libre ces dernières semaines...
Waiters
 Waiters


« Lóa Brandari »

Messages : 11

Boarding Pass
Nationalité: Islandaise
Age du personnage: 16 ans
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Lóa Brandari - L'acrobate sanglante Dim 22 Jan - 11:22

Pas de problème.
Tant que tu donnes des nouvelles ^^

__________________________________________
• Beauté :
Pouvoir qui permet à la femme de charmer un amoureux et de terrifier un mari.


Signature par Liliana
1st Class
1st Class


« Belle A. Starsky »

Messages : 152

Boarding Pass
Nationalité: Africaine (Rwanda)
Age du personnage: 22 ans
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Lóa Brandari - L'acrobate sanglante Dim 5 Fév - 9:35

Coucou

Ton délais est passé.
Pourrais-tu donné des nouvelles ?

__________________________________________
• Beauté :
Pouvoir qui permet à la femme de charmer un amoureux et de terrifier un mari.


Signature par Liliana
1st Class
1st Class


« Belle A. Starsky »

Messages : 152

Boarding Pass
Nationalité: Africaine (Rwanda)
Age du personnage: 22 ans
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Lóa Brandari - L'acrobate sanglante Dim 5 Fév - 9:39

Ah, oui.

Désolée pour le long délais. Je vais faire en sorte de terminer aujourd'hui.
Waiters
 Waiters


« Lóa Brandari »

Messages : 11

Boarding Pass
Nationalité: Islandaise
Age du personnage: 16 ans
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Lóa Brandari - L'acrobate sanglante Lun 6 Fév - 15:34

Pas de problème je déplace ^^

__________________________________________
• Beauté :
Pouvoir qui permet à la femme de charmer un amoureux et de terrifier un mari.


Signature par Liliana
1st Class
1st Class


« Belle A. Starsky »

Messages : 152

Boarding Pass
Nationalité: Africaine (Rwanda)
Age du personnage: 22 ans
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Lóa Brandari - L'acrobate sanglante Ven 10 Fév - 17:58

Hi there !

Je pense avoir terminer ma fiche... Shocked

Je m'excuse sincèrement pour le retard.
Waiters
 Waiters


« Lóa Brandari »

Messages : 11

Boarding Pass
Nationalité: Islandaise
Age du personnage: 16 ans
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Lóa Brandari - L'acrobate sanglante Sam 11 Fév - 8:56

Pas de problème. J'avais remis le codage mais il restait à tout justifier. Merci de l'avoir terminer car j'y ai passé 30 minutes ^^

Alors je te propose :
¤ Bulles de savon (lorsqu'elle parle et qu'elle active son pouvoir des bulles sortent de sa bouche, elle peut piéger une personne dans une de ces bulles).
¤ Clown (pouvoir faire rire sans plus arrêter les personnes)
¤ Illusionniste (pouvoir de créer des illusions psychiques)

Peux-tu me donner de nom de ton avatar (le mettre au passage) ainsi que l'auteur ? (si c'est de toi me donné le nom de ton copyright).

__________________________________________
• Beauté :
Pouvoir qui permet à la femme de charmer un amoureux et de terrifier un mari.


Signature par Liliana
1st Class
1st Class


« Belle A. Starsky »

Messages : 152

Boarding Pass
Nationalité: Africaine (Rwanda)
Age du personnage: 22 ans
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Lóa Brandari - L'acrobate sanglante Dim 12 Fév - 13:43

Merci à toi de t'être occupée des codages.

Alors je vais prendre illusionniste... Et je viens de compléter la fiche ^^
Waiters
 Waiters


« Lóa Brandari »

Messages : 11

Boarding Pass
Nationalité: Islandaise
Age du personnage: 16 ans
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Lóa Brandari - L'acrobate sanglante Lun 13 Fév - 6:17

Ok.

Talent et avatar recensés.
J'attends que tu mettes ton avatar pour te validé.

__________________________________________
• Beauté :
Pouvoir qui permet à la femme de charmer un amoureux et de terrifier un mari.


Signature par Liliana
1st Class
1st Class


« Belle A. Starsky »

Messages : 152

Boarding Pass
Nationalité: Africaine (Rwanda)
Age du personnage: 22 ans
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Lóa Brandari - L'acrobate sanglante Lun 13 Fév - 15:13

C'est fait ^^ !
Waiters
 Waiters


« Lóa Brandari »

Messages : 11

Boarding Pass
Nationalité: Islandaise
Age du personnage: 16 ans
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Lóa Brandari - L'acrobate sanglante Mar 14 Fév - 7:10

Tout est en règle. Je valide

Ta couleur et rang seront mis lorsqu'un admin passera ^^
Active bien ton Boarding Pass dans ton profil. Puis direction Diary Trip et Boarding Pass.
Bon rp.

__________________________________________
• Beauté :
Pouvoir qui permet à la femme de charmer un amoureux et de terrifier un mari.


Signature par Liliana
1st Class
1st Class


« Belle A. Starsky »

Messages : 152

Boarding Pass
Nationalité: Africaine (Rwanda)
Age du personnage: 22 ans
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Lóa Brandari - L'acrobate sanglante Mar 14 Fév - 15:41

Ayéé ~~~ :party:

Merci beaucoup ~
Waiters
 Waiters


« Lóa Brandari »

Messages : 11

Boarding Pass
Nationalité: Islandaise
Age du personnage: 16 ans
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Lóa Brandari - L'acrobate sanglante Jeu 16 Fév - 1:07

Un peu en retard, mais soit le bienvenu sur le forum ! =)

__________________________________________
--- ---
• Allan L. Hawkins; Né pour tuer •
Je suis fan de tout ça ! o/

Spoiler:
 
Modérateur CB

Modérateur CB


« Allan L. Hawkins »

Messages : 251

Boarding Pass
Nationalité: Anglaise
Age du personnage: 14 ans
Relations:

Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Lóa Brandari - L'acrobate sanglante Aujourd'hui à 5:28




« Contenu sponsorisé »


Revenir en haut Aller en bas

Lóa Brandari - L'acrobate sanglante

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Train Station :: 
En attendant le train,
découvre notre monde.
 :: → TICKET RESERVATION :: → OUR PASSENGERS
-
Sauter vers:
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Forums RPG | Fantastique - autres